Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

162 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 déc. 2016

Teach for France recrute…

Une expérimentation pour préparer la privatisation du recrutement enseignant

Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Teach for France engage une nouvelle campagne de recrutement. L’association continue à affirmer ses objectifs de lutte contre la pénurie d’enseignants et ce, particulièrement dans les « académies les moins favorisées ». Mais en quoi une association pourrait-elle réussir à combattre la pénurie de recrutement, là où l’État peine à le faire ?

A-t-elle choisi d’accompagner la préparation aux concours ? A-t-elle choisi d’aider matériellement des lauréats pour faciliter leur installation dans les académies déficitaires ?  A-t-elle choisi de peser dans le débat politique pour que les conditions de rémunération et de travail des enseignants soient plus attractives ?  A-t-elle décidé de témoigner par une campagne pour faire découvrir positivement le métier d’enseignant ? 
Non, elle a décidé de favoriser le recrutement de contractuels.

Il serait intéressant de connaître les motivations des 29 contractuels qui les ont conduits à accepter un contrat précaire en Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne, alors qu’ils ne l’auraient pas fait dans le cadre contractuel ordinaire. La plus grande opacité règne sur une éventuelle rémunération supplémentaire accordée par l’association, « bruit » qui n’a jamais été ni infirmé, ni confirmé.

Pour être recruté, ces contractuels doivent adhérer aux valeurs du programme Teach for France. C’est donc un engagement idéologique précis qui vient désormais se substituer aux critères de recrutement des enseignants de l’école publique. 
Quant aux compétences requises, rien qui puisse relever d’une nécessaire maîtrise des contenus disciplinaires mais l’exigence d’un profil comportemental : « courage intellectuel, ouverture d’esprit, esprit critique, goût de transmettre, aptitudes à conduire le changement, humilité. ». On peut se demander en quoi l’humilité constitue une valeur intrinsèque pour transmettre des savoirs et comment elle s’articule avec l’esprit critique, se questionner sur ce qu’est le courage intellectuel ?  On peut aussi constater que l’engagement pour l’égalité qui est pourtant un argument de justification de l’action est absent des critères d’éligibilité. 

Enfin, pour la première fois, l’État accepte de confier l’accompagnement de ces contractuels à des tuteurs qui sont choisis par l’association, ouvrant la brèche d’une délégation de la formation des enseignants publics, à des organismes privés.

Le projet, sous les apparences d’un discours généreux pour les élèves de banlieue cache mal ses véritables intentions : privatiser le recrutement et la formation des enseignants des établissements scolaires publics. Tout cela commence par une petite expérimentation, en banlieue, en donnant à l’opération toutes les apparences d’une lutte contre les inégalités. 
Mais en fait, le projet est tout autre. Il entend bien permettre à Teach for France d’être prêt pour le jour où le développement de l’autonomie des établissements confierait aux chefs d’établissement la compétence à recruter. Teach in France pourrait être alors capable de devenir un recruteur garantissant des enseignants profilés sur d’autres critères que ceux de leurs compétences didactiques et pédagogiques.

Paul Devin sur twitter : @pauldevin59

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Climat : militer dans l’urgence
Une quinzaine de départements français sont touchés par la sécheresse, dix ont déjà dépassé le seuil d’alerte. On en parle avec Simon Mittelberger, climatologue à Météo-France, Cécile Marchand d’Alternatiba et Les Amis de la Terre, et Julien Le Guet, du collectif Bassines non merci.
par À l’air libre
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon
Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet
Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena