Job dating pour recrutement d’enseignants : le cercle vicieux de la précarisation …

Nous sommes rentrés dans un jeu de facteurs concomitants qui se dégradent mutuellement : insuffisance de formation, précarité de l’emploi, dégradation des conditions de travail, détérioration des conditions de réussite scolaire… A rebours des discours tenus, une telle politique tourne décidément le dos à la justice sociale.

Le rectorat de Poitiers a demandé à Pôle Emploi d’organiser une sélection destinée à constituer son vivier de contractuels : dix minutes d’entretien avec un conseiller Pôle Emploi pour recruter un professeur.

L’institution cherche à rassurer en expliquant que ces contractuels seront suivis par des inspecteurs. Il faut comprendre qu’il n’y a pas grand risque puisqu’une erreur de recrutement se solderait facilement par une non reconduction du contrat. La précarité de l’emploi comme garantie compensatoire d’un recrutement bâclé.
Toutes les justifications seront tentées…
On promet une formation dont le volume sera d’évidence bien insuffisant. Un récent rapport Talis a pourtant bien montré que la qualité de la formation universitaire disciplinaire ne pouvait suppléer la nécessité d’une formation pédagogique et didactique de haute qualité.
On promet un suivi qui se réduira à quelques visites, les personnels qui en sont chargés ne disposant pas du temps nécessaire à assurer un accompagnement à la hauteur des besoins.

Bien sûr parmi ces contractuels recrutés à la va vite, certains réussiront à compenser ces manques de formation et d’accompagnement. D’autres non ! Non que leur implication professionnelle soit insuffisante mais que les compétences pour enseigner, tout particulièrement quand il s’agit d’aider des élèves qui rencontrent des difficultés d’apprentissage, nécessitent un cadre de formation permettant leur construction. Débarquer du jour au lendemain dans une classe est loin d’être le cadre le plus favorable à cette construction et parfois elle y fait même obstacle.

Bien sûr pour les élèves dont les parcours scolaires se soldent par des apprentissages réguliers et sans obstacles, cela n’aura pas grande incidence d’autant que leurs familles disposent des ressources financières permettant de compenser avec du soutien scolaire. Pour les autres, cela contribuera à renforcer encore leur difficulté à réussir les apprentissages scolaires, cela les poussera à se réfugier davantage dans les dérives comportementales. Tout cela constituant un cercle vicieux qui complexifie encore la tâche enseignante et rend encore plus pressant le besoin de formation. Emplois précaires, exercices professionnels fragilisés par l’absence de formation, … l’attrait pour la profession est loin de se renforcer.

Nous sommes rentrés dans un jeu de facteurs concomitants qui se dégradent mutuellement : insuffisance de formation, précarité de l’emploi, dégradation des conditions de travail, détérioration des conditions de réussite scolaire… 
A rebours des discours tenus, une telle politique tourne décidément le dos à la justice sociale.

 

 

 

Textes de Paul Devin sur l'école et l'éducation
https://pauldevin.com

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.