Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

162 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 mai 2017

En finir avec le pédagogisme?

Jean-Michel Blanquer annonce vouloir en finir avec le pédagogisme. Pour quelqu’un qui avait annoncé vouloir transcender les clivages stériles, la période de volonté conciliatrice aura été bien courte. Car l’opposition binaire qui enjoint aux enseignants de se ranger soit du côté des « pédagogiques », soit du côté des « républicains » est une opposition stérile.

Paul DEVIN
Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l'Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l'Institut de Recherches de la FSU
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans une interview publiée le 23 mai dans Le Point, Jean-Michel Blanquer annonce vouloir en finir avec le pédagogisme. Pour quelqu’un qui avait annoncé vouloir transcender les clivages stériles, la période de volonté conciliatrice aura été bien courte. Car l’opposition binaire qui enjoint aux enseignants de se ranger soit du côté des « pédagogistes », soit du côté des « républicains » est une opposition stérile.

Les débats qui prétendent cerner la question scolaire dans de telles dichotomies n’offrent aucune possibilité de construire un avenir raisonnable pour l’école. On peut faire croire que la question essentielle serait de choisir entre transmission et construction des savoirs mais la réalité est que le travail enseignant procède à la fois de la transmission et de la construction. Celui qui ne voudrait pas admettre la nécessité de la construction prendrait le risque d’ignorer que l’apprentissage est une activité intellectuelle de l’élève. Mais celui qui refuserait la transmission prendrait un autre risque, pas moindre, celui d’ignorer la réalité intrinsèque des connaissances.

Ce qui constitue le cœur du travail enseignant est justement de devoir traiter conjointement l’objectivité des connaissances et les conditions de leur accès. Décréter que l’élève en sait autant que le professeur est une mystification mais le considérer uniquement au travers de son ignorance est un mépris. Rêver que la modernité d’un dispositif pédagogique suffirait, par essence, à apporter des améliorations est une imposture mais l’immobilisme de principe est une impasse. Prôner la bienveillance comme le vecteur fondamental de l’apprentissage est un leurre mais mépriser l’importance de la relation de l’enseignant avec ses élèves est une source d’échecs.

Connaîtrons-nous à nouveau ces récurrents effets de balancier d’un discours institutionnel qui après avoir encensé les enseignements pratiques interdisciplinaires, la classe inversée et les îlots bonifiés vont désormais louer le cours magistral ? Mais derrière ces incessantes fluctuations, nous savons que se logent des finalités idéologiques qui ont peu à voir avec la volonté de démocratisation des connaissances et de la culture commune. On pouvait jusque-là croire que les choix d’interviews récentes du ministre et de son directeur de cabinet accordées à Brighelli ou à SOS-Éducation étaient des maladresses mais, désormais suivies d’une déclaration de guerre au pédagogisme, elles prennent une autre perspective.

Il serait temps de laisser les enseignants faire leur travail, celui de concevoir des enseignements dont l’ambition est de permettre à tous leurs élèves d’accéder aux savoirs. Plutôt que de se mêler de leur prescrire une méthode, l’État devrait se consacrer à ses missions essentielles. Celle de donner aux enseignants la formation initiale et continue qui leur permette à la fois de maîtriser les connaissances et de disposer de la culture didactique nécessaire à leur exercice quotidien en classe. Celle de leur donner les moyens d’enseigner qui permettent les conditions de travail des enseignants et les conditions d’étude des élèves qui seront les plus favorables à la démocratisation de la réussite.

Et ce que les enseignants attendent de leur ministre, plutôt qu’il disserte sur ses conceptions personnelles de l’enseignement, c’est qu’il défende l’investissement majeur dont l’École a besoin pour répondre aux enjeux qui lui sont donnés. Nous ne pouvons plus admettre que l’École soit ballottée au gré des certitudes ministérielles successives de chaque alternance politique. Et puisque notre ministre a annoncé qu’un des piliers sur lesquels reposeraient ses choix devait être celui des grandes enquêtes internationales, rappelons-lui qu’une des recommandations de l’OCDE est justement celle de la continuité des politiques éducatives.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la gauche devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Journal
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent
Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse
Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique