Paul ORIOL
Retraité, vivant à Paris 20°
Abonné·e de Mediapart

195 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 mai 2015

Samedi, gare de Lyon, les déboulonneurs

Les déboulonneurs (1, 2) protestent par des actions de désobéissance civile contre l'invasion de la publicité qui privatise et pollue l'espace public et gaspille de l'énergie. Ils ont organisé, samedi 2 mai, leur 65ème action parisienne de barbouillage de panneaux publicitaires depuis 2005.

Paul ORIOL
Retraité, vivant à Paris 20°
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les déboulonneurs (1, 2) protestent par des actions de désobéissance civile contre l'invasion de la publicité qui privatise et pollue l'espace public et gaspille de l'énergie. Ils ont organisé, samedi 2 mai, leur 65ème action parisienne de barbouillage de panneaux publicitaires depuis 2005.

Place Aligre, consignes et informations

Au rendez-vous place Aligre, des informations ont été données sur la campagne ainsi que des consignes pour une opération de désobéissance civile, pacifique, non-violente : il était évident que la police interviendrait mais il fallait éviter tout affrontement.

Une trentaine de personnes se sont ensuite rendues en cortège avec mégaphone et distribution de tracts à la gare de Lyon.
Les déboulonneurs ont alors entrepris de barbouiller quelques panneaux pendant que certains d'entre eux distribuaient des tracts pour expliquer leur action.

Comme prévu, l'opération a été rapidement interrompue par la police et 7 d'entre eux ont été interpellés et dirigés vers le commissariat de la gare de Lyon et ensuite transférés, menottes au poignets, au commissariat du 20ème arrondissement de Paris.

Les déboulonneurs assument leur action/ Ils sont appréhendés par la police

Par ces actions pacifiques, ils contestent la privatisation de l'espace public, l'apologie de la consommation, le gaspillage : « A l'échelle de la planète, la publicité engouffre plus de 14000 milliards d'euros par an : c'est le premier budget mondial à égalité avec les dépenses militaires ».

S'il est possible de défendre sa « part de cerveau libre » en éteignant la radio, la télé ou en regardant ailleurs, il est difficile d'échapper à la publicité qui envahit nos rues et encore plus quand elle est faite de panneaux lumineux...

Les revendications des déboulonneurs sont simples :

- respecter la loi, ce que ne font pas un tiers des panneaux publicitaires ;

- aligner les règles de l'affichage publicitaire sur celles de l'affichage associatif ou politique (affiches de 50cm x 70cm) ;

- limiter la densité de l'affichage ;

- interdire les panneaux lumineux et animés.

Dans les mois qui viennent, des procès auront lieu contre des déboulonneurs en juin à Lille et, au mois de septembre, à Paris, la partie civile ayant fait appel d'un jugement de relaxe pour une de leurs actions de mars 2013.

Par leurs actions illégales mais non violentes, barbouillage de panneaux publicitaires, assumées publiquement et devant les tribunaux, ils s'adressent aux citoyens pour faire évoluer la loi. C'est possible !
Ainsi, l’article L. 621‑29‑8 du code du patrimoine prévoyait « dans le cadre de l’instruction des demandes d’autorisation de travaux sur les immeubles classés ou des demandes d’accord de travaux sur les immeubles inscrits, l’autorité administrative chargée des monuments historiques peut autoriser l’installation de bâches d’échafaudage comportant un espace dédié à l’affichage ».
Ce texte a été abrogé le 12 mars 2015 (3).

Ce n'est qu'un début. Les déboulonneurs ont encore beaucoup de travail devant eux.

1 - http://www.deboulonneurs.org

2 - http://telebocal.org/actu/les-deboulonneurs-anti-publicitaire/

3 - http://www.assemblee-nationale.fr/14/amendements/2064/AN/1005.asp

Lesmalheureuses victimes

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch