Un sondage surprise?

Cela fait plus de 30 ans que l’on sait comment fonctionnent les sondages, les sondeurs, les médias, les politiques et tous ceux qui vivent de l’exploitation de ces chiffres prétendument magiques. Et pourtant, hier soir, sur toutes les chaînes de télévision et sur la plupart des sites Internet, on nous a refait le coup du "sondage magique" !

Cela fait plus de 30 ans que l’on sait comment fonctionnent les sondages, les sondeurs, les médias, les politiques et tous ceux qui vivent de l’exploitation de ces chiffres prétendument magiques. Et pourtant, hier soir, sur toutes les chaînes de télévision et sur la plupart des sites Internet, on nous a refait le coup du "sondage magique" !

Ainsi, selon un sondage effectué par l’Institut Harris Interactive, commandé par le Parisien, « Marine Le Pen serait au second tour de la présidentielle de 2012 ». Mais, « attention », ajoutent les commentateurs, « on est à 14 mois de cette élection et cela n’est pas significatif ». Cela n’empêche pas qu’on ouvre tous les journaux télévisés du soir sur ce « coup de tonnerre » et qu’on fait réagir, à droite, au FN, à gauche, les sondeurs, les politologues, les simples électeurs….

Bref, c’est le nouveau feuilleton, qui va occuper le monde des commentateurs politiques et le « buzz » d’Internet, en attendant le « coup de tonnerre » suivant ! A moins qu’il s’agisse là d’une commande. Mais alors, de qui ? Pourquoi ?

 

La façon dont les chiffres de ce sondage sont présentés devrait quand même faire réfléchir. En effet, une récente note de l’IFOP donne le tableau des « marges d’erreur » des sondages, en fonction de la taille des échantillons et des pourcentages trouvés. On y lit que, pour un échantillon de 1600 personnes interrogées (cas de cette enquête), si le résultat est de l’ordre de 20%, la marge d’erreur est de 2,1%. Cela signifie que :

- quand on donne 23% (Marine Le Pen), la fourchette est de 20,9% à 25,1%

- quand on donne 21% (Nicolas Sarkozy ou Martine Aubry), la fourchette est de 23,1% à 18,9%.

 

On voit donc bien que le résultat pourrait aussi bien être 20,9% pour Marine Le Pen, 22% pour Nicolas Sarkozy et 23,1% pour Martine Aubry ! Autant dire qu’on n’aurait probablement pas ouvert le Journal télévisé sur ces chiffres…..

 

Il n’est pas besoin de ce genre de démonstration approximative pour constater que la ligne suivie par Nicolas Sarkozy et l’UMP vise à récupérer les voix du FN et qu’il se pourrait que « les électeurs préfèrent l’original à la copie ».

 

C’est d’ailleurs un des thèmes de "18 mois chrono", le livre que j’ai écrit il y a 6 mois avec Marie-Noëlle Lienemann et Renaud Chenu et dont je vous recommande vivement la lecture !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.