Paul Quilès
Ancien ministre de la Défense, ancien président de la commission de la Défense de l'Assemblée nationale
Abonné·e de Mediapart

33 Billets

1 Éditions

Billet de blog 12 nov. 2011

Le 11 novembre de Nicolas Sarkozy

Nicolas Sarkozy n'est pas superstitieux ! Se souvient-il qu'en 1981, Valéry Giscard d'Estaing a voulu faire disparaître la commémoration du 8 mai 1945, date de la fin de la 2ème guerre mondiale ? Il s'agissait pour lui, disait-il, de tourner la page de l'affrontement avec l'Allemagne.

Paul Quilès
Ancien ministre de la Défense, ancien président de la commission de la Défense de l'Assemblée nationale
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nicolas Sarkozy n'est pas superstitieux ! Se souvient-il qu'en 1981, Valéry Giscard d'Estaing a voulu faire disparaître la commémoration du 8 mai 1945, date de la fin de la 2ème guerre mondiale ? Il s'agissait pour lui, disait-il, de tourner la page de l'affrontement avec l'Allemagne.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que cette initiative ne fut pas couronnée de succès, puisque, 2 jours après le 8 mai 1981, les Français élisaient François Mitterrand président de la République...qui avait promis qu'il maintiendrait la commémoration du 8 mai!

Ce rappel devrait faire réfléchir Nicolas Sarkozy, qui vient d'annoncer son intention de faire disparaître la spécificité du 11 novembre, en rassemblant ce jour là les commémorations de toutes les guerres auxquels les Français ont participé. Drôle d'idée que de vouloir ainsi gommer l'histoire de chacun de ces conflits, qui ne peut se confondre avec un autre.

J'ai pu le vérifier en ce matin du 11 novembre 2011, à Cordes, où nous avons célébré, comme chaque année, l'anniversaire de l'armistice de 1918. L'émotion était grande dans le public, lorsque les élèves du collège ont lu les lettres de « Poilus » racontant leurs souffrances et les horreurs de cette boucherie que fut « la Grande Guerre». Je me disais alors que, s'il y a une justification à cette commémoration, c'est bien celle de raviver le souvenir d'un évènement fort de l'histoire de notre pays, pour éviter qu'il disparaisse de notre mémoire collective.

C'est pour cela que j'ai rappelé devant les participants à la cérémonie que cette guerre, avec ses 20 millions de morts, ne fut pas -contrairement à ce que pensait mon grand père- la «der des ders » et que jamais autant de conflits meurtriers n'avaient déchiré la planète qu'au cours de ce 20ème siècle.

La SDN (Société des Nations) n'a pas su empêcher la montée des régimes autoritaires et le Traité de Versailles a contribué à attiser l'animosité entre Allemands et Français.

Après la tragédie de la 2ème guerre mondiale, tout aussi meurtrière et qui vit l'utilisation de l'arme nucléaire, l'ONU s'est efforcée de s'interposer et de pacifier les relations entre les Etats. Force est de constater cependant qu'elle n'a que trop rarement réussi à empêcher les guerres qui ont ravagé la seconde moitié du 20ème siècle.

La chute du mur de Berlin en 1989 a fait naître un instant l'espoir que la fin de l'affrontement entre les blocs de l'Est et de l'Ouest allait ouvrir une période favorable à la paix et au développement de la démocratie. La liste des conflits sanglants qui se sont déroulés depuis 22 ans * -et qui n'ont pas épargné l'Europe- montre, s'il en était besoin, que le chemin de la paix est encore long et semé de beaucoup d'obstacles.

Plus que jamais, dans la période de grave crise que traverse le monde, il va falloir que les gouvernants sachent faire preuve d'une grande prudence dans les relations internationales, alliée à une ferme volonté d'explorer toutes les voies qui apaisent les conflits : celle de l'aide au développement, celle du soutien à la démocratie, celle du désarmement**. Ils devront aussi montrer leur capacité à apporter des réponses claires à des populations inquiètes et de plus en plus excédées par les inégalités et les injustices, afin d'éviter qu'elles écoutent, comme en d'autres temps, les sirènes de la démagogie et de l'autoritarisme.
_______________________________________________________

* Serbie, Kosovo, Rwanda, Tchétchénie, Géorgie, Irak, Afghanistan, Israël/Palestine, Soudan, Région des grands lacs.......
** Les arsenaux nucléaires contiennent 22 600 têtes (dont 95% aux Etats-Unis et en Russie), ce qui correspond à 450 000 bombes d'Hiroshima; les dépenses militaires mondiales ont doublé depuis 10 ans et représentent 1630 milliards de dollars.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Culture-Idées
David Wengrow : « On semble ne plus avoir d’imagination sur ce que pourraient être les alternatives »
Pendant des milliers d’années, les humains ont expérimenté avec d’infinies variations des formes du pouvoir. Parfois saisonnier, parfois matriarcal, parfois autoritaire et brutal. Mais parfois aussi égalitaire et relativement libre, y compris à grande échelle, décrivent David Graeber et David Wengrow, dans un livre qui fait l’effet d’une bombe. 
par Jade Lindgaard
Journal — International
Soudan : un mois après, le coup d’État n’est pas achevé
En réinstallant le premier ministre dans ses fonctions, les militaires ont réussi à institutionnaliser leur putsch d’octobre. Mais un obstacle se dresse encore devant eux : la population, qui reste fortement mobilisée. Reportage à Khartoum, dans la manifestation du 25 novembre.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — France
De Calais à l’Angleterre, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila
Journal — Culture-Idées
« Les critiques de la chasse sont très liées à la notion de civilisation »
Alors que plusieurs accidents de chasse ont relancé le débat sur cette pratique, l’anthropologue Charles Stépanoff consacre un livre saisissant à ce qui se passe dans les forêts situées à l’orée de nos villes. Entretien.
par Joseph Confavreux