Un peu de cohérence!

      Il faut être cohérent! Même si on n’aime pas le fonctionnement quasi-monarchique de la Vème République –ce qui est mon cas-, il faut en respecter les règles ou se battre pour qu’il évolue. 

      Il faut être cohérent! Même si on n’aime pas le fonctionnement quasi-monarchique de la Vème République –ce qui est mon cas-, il faut en respecter les règles ou se battre pour qu’il évolue. 

      J’ai eu l’occasion (dans mon livre, publié en 2001 : « Les 577, des députés, pour quoi faire ? ») de présenter les réformes susceptibles de mieux répartir les pouvoirs et de rétablir l’Assemblée nationale, censée représenter le peuple, dans un rôle plus conforme à celui qui devrait être le sien dans une véritable démocratie. 

      C’est à cette époque que j’ai également mis en garde contre une évolution (quinquennat, inversion du calendrier électoral) qui accentuait les risques de dérive de nos institutions. 

      Aujourd’hui, nous sommes donc toujours régis par la Constitution de 1958, qui, bien que fréquemment modifiée depuis, a conservé les prérogatives quasi-monarchiques du Président. Les principaux responsables politiques ne semblent pas pour l’instant désireux d’y toucher, constatant probablement qu’au cours des deux derniers siècles, les Français n’ont changé la constitution de la République qu’à l’occasion d’une révolution, d’une guerre ou d’un coup d’Etat….sans parler des changements de régime. 

    Dans ce contexte, ceux qui, présents à une place importante au gouvernement, affichent publiquement leurs désaccords, font fausse route. Non pas que leurs critiques soient infondées ; nous sommes nombreux à gauche à dire depuis 2 ans que le cap fixé par François Hollande n’est pas conforme à ses engagements de 2012. Par contre, ils feignent d’oublier que leur comportement n’est pas conforme à l’esprit de la Vème République….qu’ils ne dénoncent pas par ailleurs ! 

      La cohérence aurait voulu qu’ils aillent jusqu’au bout de leur démarche en démissionnant de leur fonction ministérielle et qu’ils s’engagent désormais à agir pour faire évoluer le fonctionnement de nos institutions. 

      Cette situation est une nouvelle preuve de l’urgence pour le principal parti de la majorité présidentielle, le Parti socialiste, de prendre ses responsabilités, en engageant rapidement la préparation d’un congrès. 

       C’est ce que j’ai déjà demandé le 14 juin dernier, dans une intervention que l'on peut relire ici ("Mort ou résurrection?").

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.