Ce n’était pas un fait divers

Il fait beau, la France passe à l’heure d’été, le plan Ecarlate est levé après la fin de la traque du tueur de Toulouse et Montauban, la campagne présidentielle reprend…..Bientôt, le drame qui a bouleversé le pays pendant une semaine et endeuillé tant de familles pourrait être ramené à un fait divers tragique, s’il ne suscitait pas une réflexion en profondeur sur l’état de notre société, sur son fonctionnement et sur les graves problèmes qui la traversent.

Il fait beau, la France passe à l’heure d’été, le plan Ecarlate est levé après la fin de la traque du tueur de Toulouse et Montauban, la campagne présidentielle reprend…..Bientôt, le drame qui a bouleversé le pays pendant une semaine et endeuillé tant de familles pourrait être ramené à un fait divers tragique, s’il ne suscitait pas une réflexion en profondeur sur l’état de notre société, sur son fonctionnement et sur les graves problèmes qui la traversent.

Certes, l’ambiance électorale, avec ses excès et ses caricatures, ne facilite pas la tâche. Nombreux sont ceux, aussi bien dans la sphère politique que dans le monde médiatique, qui n’ont pas résisté à la tentation d’utiliser l’évènement à des fins politiciennes. Et l’on a tout mélangé, le terrorisme, l’islamisme, le communautarisme ….en oubliant (ou en évitant) d’analyser les raisons qui ont conduit un jeune à devenir un psychopathe fanatique.

Au delà de la responsabilité pénale gravissime de l'auteur de ces crimes, au delà de l'immense douleur qui nous bouleverse, au delà même de la lutte incessante contre le terrorisme, les responsables politiques se doivent en effet d'analyser à fond toutes les conséquences de cette tragédie. Y avait-il une fatalité à ce que ce jeune, décrit comme un délinquant de droit commun, se transforme en criminel embrigadé dans le terrorisme international? Il faut s'interroger, en évitant les simplismes, pour savoir quelles politiques (sociale, carcérale, de prévention, de répression...) pourraient éviter de mettre en danger à ce point la sécurité des citoyens.

Vu sous cet angle, le drame constitue une sorte de révélateur de plusieurs grands débats que notre société n’a pas été capable jusqu’ici de traiter sereinement: les sources de la violence, la sécurité des Français, la religion et la laïcité…. Je n’aurai pas la prétention de les aborder ici en quelques lignes, mais je souhaite qu’une fois passée la période électorale, le nouveau président de la République sache créer le climat propice à ce que ces questions soient abordées à l’écart des anathèmes, des simplifications outrancières et des coups à vocation médiatique, assénés chaque fois que l’émotion et la peur prennent le dessus sur la raison.

S’agissant de l’intervention policière et des polémiques qui ont suivi, je pense disposer, de par mes responsabilités passées, de certaines connaissances me permettant de formuler un avis, mais je ne le ferai pas. Je ne mêlerai pas ma voix à celles des commentateurs, experts auto-proclamés ou anciens fonctionnaires ayant eu à connaître ce domaine, qui n’ont pas hésité à parler de façon imprudente. J’ai du respect pour ceux qui risquent leur vie et qui exercent leur mission périlleuse dans des conditions difficiles et parfois extrêmes. Je sais l’angoisse des responsables qui doivent prendre des décisions fortes dans l’urgence, en étant conscients qu’ils peuvent se tromper.

J’ignore s’il y a eu des «failles» dans l’opération, pour reprendre une expression largement utilisée depuis quelques jours, mais, de grâce, qu’on n’apporte pas les réponses avant d’avoir posé les bonnes questions –auxquelles il faudra naturellement répondre, y compris avec l’aide d’une commission d’enquête- et surtout sachons donner du temps au temps.

Il faut sortir du climat dans lequel nous avons baigné pendant plusieurs jours, avec cette déferlante d’informations, parfois non vérifiées, de commentaires exaltés et dévidés en continu, sans la moindre retenue. J’ai suivi dans le détail les reportages qui ont rendu compte des évènements relatifs à cette abominable série de tueries et j’ai trouvé insupportable l’incapacité de certains médias et de plusieurs responsables politiques à se taire ou, au moins, à modérer leurs propos. Dans la débauche des récits médiatiques, j’ai noté par exemple une propension incroyable des commentateurs à parler sans savoir, à faire des hypothèses gratuites et en tirer des leçons, à accuser sans preuves.

La chasse à l’homme en direct a été le "clou" des reportages. L’obsession de prévoir avant les autres, sans attendre de connaître la vérité des faits, a conduit à présenter et à largement commenter des scénarios imaginaires. Pire encore, il ne semble pas que l’on ait pesé le risque que pouvait représenter le fait que les informations diffusées, vraies ou fausses, auraient pu (au moins au début de la traque) être entendues à la radio par le tueur et orienter son comportement !

Je suis certain de ne pas être seul à juger durement cette pénible séquence politico médiatique, qui s’est ajoutée à la profonde tristesse que nous avons tous ressentie. La décence à l’égard des victimes et des familles aurait dû imposer un devoir de modération. Cela s’appelle tout simplement le respect. Un mot à méditer dans une société où le souci exacerbé de la transparence et de l’instantanéité conduit trop souvent à des excès très regrettables.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.