paul report
Retraité. Ancien magistrat administratif.
Abonné·e de Mediapart

52 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 août 2021

Pour M. Macron, les Afghans, même désespérés, doivent nous laisser tranquilles !

En écoutant hier l’interminable discours prononcé d’urgence par le Président Macron, je pensais à cette remarque d’André Frossard : « Il a été décidé qu'on reparlerait, dès les petites classes, d'éducation civique, d'honnêteté, de courage, de refus du racisme et d'amour de la République. Il est dommage que l'école ne soit fréquentée que par les enfants ».

paul report
Retraité. Ancien magistrat administratif.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je ne sais pas si le Président Macron a entendu parler de M. Mahmud Nasimi, un demandeur d’asile afghan entré récemment en France, en 2017. Il ne parlait alors ni ne lisait notre langue. Mais il l’a apprise passionnément et s’est épris pour la littérature française au point d’écrire un livre, en français (« Un afghan à Paris » Éditions du Palais, 2021), où il raconte ce qu’il a vécu, comment et pourquoi il a quitté son pays, et pourquoi il aime la France. Dans ce livre, on trouve la phrase suivante, qui aurait pu inspirer Emmanuel Macron si seulement il s’intéressait à autre chose qu’à sa réélection : « C’est une profonde peine d’être jugé au lieu d’être compris ».

Il est vrai que depuis le lamentable débat entre Mme Le Pen et M. Darmanin, nous savons désormais que la question cruciale que se posent cette dernière et Emmanuel Macron est celle savoir quel est le niveau de mollesse à l’égard des étrangers qui caractérise le mieux la volonté politique de l’une par rapport à celle de l’autre. Le cœur du discours assourdissant de Mme Le Pen, c’est en effet de marteler à l’envi que c’est l’immigré qui est la source principale des maux de notre société, discours relayé efficacement dans les médias par les analyses piteuses et approximatives de chroniqueurs en vue, tel Éric Zemmour pour ne citer que le plus connu d’entre eux. Alors, la surenchère bat son plein.

Et quand Emmanuel Macron, en sa qualité de Président de la République, a fait le choix d’accorder  en octobre 2019 un long entretien à l’hebdomadaire Valeurs actuelles - qu’il qualifie de « très bon journal » - pour y décrire la vision de sa politique migratoire en y affirmant notamment, s’agissant des immigrés, que « mon objectif, c'est de sortir tous les gens qui n'ont rien à faire là », ne banalisait-t-il pas déjà ce discours humainement inacceptable, ce discours où l’immigré « est jugé avant d’être compris » ?

Depuis hier, il va encore plus loin : il propose une variante, à savoir celle d’interdire aux afghans persécutés de sortir de leur pays pour fuir la tyrannie. La convention de Genève sur les réfugiés n’est donc plus, à leur égard, qu’un « vieil instrument » à jeter au rebut !

Mais il y a des réalités que les chantres des airs de haine contre l’étranger, experts dans l'art de la manipulation des cerveaux et de la cajolerie collective, n’aiment pas reconnaître comme, par exemple, cette évidence énoncée par Zygmunt Bauman selon lequel « dans le monde où nous vivons, il est possible de tenter de contrôler l'immigration (bien que sans grand succès), mais la migration, elle, est destinée à suivre son propre cours, quoique nous fassions ».

Albert Camus a écrit que « Le mépris des hommes est souvent la marque d'un cœur vulgaire ». Il aurait sans doute ajouté aujourd'hui qu’un tel mépris visant l’étranger en situation de danger est souvent la marque d’un cœur éteint.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
Affaire Darty : cinq mises en examen pour blanchiment et association de malfaiteurs
En juillet 2021, Mediapart révélait un système d’encaissement illégal d’argent liquide au sein du groupe Fnac-Darty. Depuis, quatre directeurs de magasins Darty et un directeur régional ont été mis en examen. Selon de nouveaux documents et témoignages, de nombreux cadres dirigeants du groupe auraient eu connaissance de ces opérations réalisées dans toute la France, au-dessus des seuils légaux. 
par Nicolas Vescovacci
Journal — Maghreb
En Libye, l’impasse politique provoque la colère sociale
Un an et demi après le cessez-le-feu, le pays est bloqué, à nouveau divisé entre le camp du maréchal Haftar, à l’est, et le gouvernement reconnu par l’ONU, à l’ouest. À l’instabilité politique s’ajoute une crise sociale alarmante.
par Ariane Lavrilleux
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin

La sélection du Club

Billet d’édition
60 ans d’indépendance : nécessité d’un devoir d’inventaire avec la France
L’année 2022 marque les 60 ans de l’indépendance de l’Algérie. Soixante ans d’indépendance, un bail ! « Lorsqu'on voit ce que l'occupation allemande a fait comme ravage en quatre ans dans l'esprit français, on peut deviner ce que l'occupation française a pu faire en cent trente ans.» Jean Daniel  Le temps qui reste, éditions Plon, 1973.
par Semcheddine
Billet d’édition
La révolution, le martyr et l’avenir
Comme toute chose périssable, une Révolution peut-elle vieillir ? Au rendez-vous des célébrations décennales, elle est convoquée au gré des humeurs présentes. La Révolution se met à la table des incertitudes du moment, quand elle n’est pas mobilisée en morphine mémorielle afin d’endormir les espérances d’émancipation encore vivaces.
par Amine K.
Billet de blog
Abd el Kader au Mucem : une vision coloniale de l'Émir
La grande exposition de l'été du Mucem est consacrée à Abd el Kader, grand résistant algérien à l’invasion coloniale. On pourrait y voir le signe d'une avancée dans la reconnaissance du caractère illégitime de l'entreprise coloniale. Il n'en est rien. Derrière une beauté formelle se dissimule la même vision coloniale du « bon » rebelle Algérien, à l'opposé des « mauvais fellaghas » de 1954.
par Pierre Daum
Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
[Rediffusion] Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison