Aux municipales du Havre, le groupe Lagardère vole au secours d’Édouard Philippe

… alors que "Bernard Arnault vole au secours d’Arnaud Lagardère"

Force est de constater que l’une des principales affaires de l’actuelle campagne des municipales qui préoccupe les médias, notamment la presse écrite et leurs lecteurs, tourne autour de l’affaire des assistants parlementaires recrutés pour aider une certaine Laetitia Avia, simple candidate dans un arrondissement de Paris que tout le monde aura sans doute oubliée une fois les élections municipales passées, et non autour de l’aide majeure apportée à Édouard Philippe par quelques puissants médias nationaux dans le cadre de sa campagne électorale pour éviter qu’il ne perde la mairie du Havre. Pourtant, il en aurait fallu des dizaines et des dizaines d’assistants parlementaires pour réussir à organiser une propagande électorale aussi puissante, aussi redoutable d'efficacité !

En y regardant de près, le JDD et Paris Match appartiennent tous deux au groupe Lagardère, et l’on trouve dans la presse des titres du genre « Bernard Arnault vole au secours de Lagardère », lequel semble, paraît-il, en mauvaise posture dans la gouvernance de son groupe. L’on ne trouve pas, en revanche, de titre du genre « Le groupe Lagardère vole au secours d’Édouard Philippe » !

C’est pourtant le cas. Et c’est tout l’art de certains journalistes béats d’admiration de vanter les qualités exceptionnelles (!) du Premier ministre dans sa gestion de la crise sanitaire, en oubliant de mentionner que son inaction avant la mi-mars en a aggravé le niveau. Et puis, il faut oublier au plus vite le mépris du Premier ministre à l’égard du travail parlementaire, celui que l’on a demandé d’accomplir à ceux qui nous représentent : gouverner à ce point par ordonnances et par décrets n’est pas respecter le Parlement ; utiliser le 49-3 pour faire passer en force une réforme des retraites inaboutie et bricolée sans concertation sérieuse, non plus. En son temps, un sociologue célèbre, Michel Crozier, écrivait « qu’on ne change pas la société par décret » : c’est pourtant la ligne de conduite politique qui guide l’action du gouvernement d’Édouard Philippe, depuis le début. En tous cas, c’est mon avis.

Dans un billet de mon blog publié hier, repris en partie dans un commentaire sur l’affaire Laetitia Avia, je cite le sondage fort bienvenu de l’Ifop qui "atteste" qu’une majorité de français approuverait l’action d’Édouard Philippe, relayé en cela par le JDD qui ne semble pas avoir pour autant - c’est quand même à vérifier - laissé la parole à son concurrent direct du deuxième tour.

Comme si cela ne suffisait pas, l’hebdomadaire Paris Match a décidé d’œuvrer pour la campagne d’Édouard Philippe au Havre en publiant une magnifique photo de l’intéressé en Une de couverture en y précisant noir sur blanc que c’était Édouard Philippe en campagne électorale qui était notamment visé par son reportage : ce qui est sûr, en revanche, c’est que cette Une ne mentionne ni ne publie la photo de quelque adversaire que ce soit. Cette couverture mise sous le regard permanent les électeurs havrais dans les kiosques, dans les rues, dans les gares etc ... est une façon subtile d’altérer, selon moi, la sincérité du scrutin sans aucune possibilité pour quelque concurrent que ce soit d’exiger une faveur équivalente.

Personne ne réagit. Mais je dois être probablement de ceux dont on dit qu’ils « ne comprennent rien à la politique », un peu comme ces riens dont le Président Macron aime dire qu’ils ne réussissent pas … Il reste, tout rien que je suis, que je suis très inquiet pour notre démocratie !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.