Non Monsieur Blanquer: votre affaire n’est pas «une affaire à partir de rien»!

Quelle honte d’entendre le ministre de l’éducation nationale afficher à ce point son mépris face à une affaire qui entache les missions dont il a la charge, des missions qui portent pourtant sur l’éducation !

Jean-Michel Blanquer vient donc de balayer d’un revers de main les accusations dont il fait l’objet en déclarant qu’il s’agit d’une « affaire à partir de rien ». C’est vrai que l’enjeu financier des largesses accordées par son ministère ne porte que sur environ 90 000 euros d’argent public dilapidés ou sur le point de l’être par quelques jeunes admirateurs et admiratrices de leur ministre préféré  pour satisfaire leurs petits plaisirs personnels : mais quelle importance ?

Je n’ose même pas demander à notre ministre de l’éducation de cliquer sur le site des « Restos du cœur » qui nous apprend que le coût d’un repas distribué aux plus démunis revient à 1 euro, compte tenu du travail des bénévoles et des dons reçus ! Je n’ose pas davantage lui suggérer de faire une ou deux opérations arithmétiques de division pour constater qu’avec 90 000 euros, les Restos du cœur pourraient confectionner et distribuer 90 000 repas aux plus pauvres : sur la période hivernale de 3 mois (soit 90 jours), ce sont donc 1000 personnes, pas moins, qui pourraient ainsi bénéficier d’un repas quotidien.

Voyez-vous Monsieur Blanquer, pour vous qui ne sortez jamais des salons rutilants de votre république qui n’est pas notre République aujourd’hui si malmenée, pour vous qui vivez dans un vase clos, la présente affaire que vous traitez avec tant de mépris, c'est peut-être « rien » ! Mais pas pour moi, et sans doute pas pour la plupart de tous ces riens qui vous laissent indifférents.

Et puis, sur un terrain purement juridique, ce que vous estimez relever de « rien » n’est pas forcément considéré comme tel par la Justice. Par exemple, la Cour d’appel de Rennes vient de condamner à huit mois de prison avec sursis, 10 000 euros d’amende et 3 ans d’inéligibilité, pour abus de confiance, un député LREM de vos amis politiques qui a utilisé à des fins personnelles les fonds d’une association qu'il présidait : or, Monsieur Blanquer, cette condamnation repose sur l’utilisation de sommes d’un montant total de « seulement » 21 545 euros, soit une somme bien inférieure à celle dilapidée par l’association que vous avez aidé de vos largesses.

Que vous dire de plus, à vous qui prétendez surveiller que soient enseignées du mieux possible et  défendues à l’école les grandes valeurs de notre République ?

Je ne sais pas, à moins peut-être de vous inviter à méditer cette fine remarque exprimée de façon désabusée par André Frossard, il y a plus de vingt ans de cela : « Il a été décidé qu'on reparlerait, dès les petites classes, d'éducation civique, d'honnêteté, de courage, de refus du racisme et d'amour de la République. Il est dommage que l'école ne soit fréquentée que par les enfants ».

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.