Crise du Covid-19 : c'est ma troisième pandémie !

Paul Cassia a publié hier un bel article intitulé « Les Diafoirus du confinement », article intelligemment critique auquel je souscris dans ses moindres détails. Cet article et d’autres du même genre (par exemple ceux de Laurent Mucchielli) sont là pour alimenter un débat contradictoire, c’est-à-dire un vrai débat. En lisant ce texte, me sont venues à l’esprit deux réflexions. Voici lesquelles.

La première réflexion est la suivante : j’en suis personnellement à traverser ma troisième pandémie, à savoir celle de la grippe de Hong-Kong qui a sévi en 1957/58, puis de la grippe asiatique de 1969/70, avant celle que nous subissons actuellement. Les deux premières pandémies ainsi vécues étaient aussi terribles que celle d’aujourd’hui, et peut-être même plus dès lors qu’elles affectaient les jeunes autant sinon plus que les personnes plus âgées (s’agissant de la grippe de Hong-Kong, les estimations du nombre de décès sont larges : mais elles se situeraient tout de même entre 40 000 et 100 000 morts en France pour une population de 44 millions d’habitants, et sans doute plusieurs millions dans le monde).

A l’époque, l’on se soignait quand même, souvent par des remèdes prescrits par des médecins de famille sans qu’un quelconque Conseil de l’ordre ou autre Conseil lambda ne vienne leur tirer les oreilles, voire les sanctionner au motif d’une prescription qui n’aurait pas respecté une doxa officielle décidée par le gouvernement ou autres experts encouragés par le monde des laboratoires pharmaceutiques (pour l’anecdote, je me souviens par exemple des doses d’huile de foie de morue bourrées de vitamine D ingurgitées presque de force, quotidiennement : c’était une torture nutritive, à vomir, mais c’était efficace !).

De plus, il n’y a eu ni confinement, ni couvre-feu, à savoir ces mesures peut-être utiles (ce qui reste à démontrer), mais qui rendent fou et détruisent le corps social, il faut bien le reconnaître … Et puis, le virus, comme tout virus « pandémique », a fait plusieurs fois le tour de la planète sur deux ans, puis nous a laissé tomber ...

                                                                                 *

Une autre réflexion, ou plutôt une interrogation, m’est également venue à l’esprit en lisant l’article de Paul Cassia, cette fois à propos du fameux Conseil scientifique présidé par le Pr Jean-François Delfraissy, s’agissant plus précisément de sa crédibilité.

Il faut tout d’abord rappeler que le règlement intérieur (en date du 30 avril 2019) de ce Conseil scientifique Covid-19 dispose expressément en son article 1-3 que « Le Conseil scientifique COVID-19 a un rôle d’aide à la décision. Il est consultatif et dépourvu de fonction opérationnelle. Il rend des avis simples qui ne lient pas le Gouvernement. Il les rend en toute indépendance au seul vu de l’intérêt général du pays » et, en son article 3-1 que « Les membres nommés exercent leur fonction d’expertise à titre bénévole. Ils ne perçoivent aucune rémunération ou avantage dans le cadre de leur fonction ».

Ce qui me questionne, peut-être à tort, c’est la contradiction apparente entre, d’une part, l’indépendance et le caractère bénévole des fonctions exercées et, d’autre part, l’appartenance et donc le positionnement hiérarchique officiel de son président, M. Jean-François Delfraissy, au sein de l’équipe des plus proches collaborateurs du ministre de la santé, M. Olivier Véran.

En consultant le site servicepublic.fr (ce site est celui de la Direction de l’information légale et administrative dépendant des services du Premier ministre), et plus précisément la rubrique Cabinet du ministre des Solidarités et de la Santé[1], l’on y trouve, en effet, la liste officielle, validée par le Premier ministre, des membres de ce cabinet dirigé par le Directeur du Cabinet, M. Jérôme Marchand-Chavrier, épaulé par deux directeurs-adjoints, dont Mme Marie Francolin, directrice-adjointe du cabinet en charge du covid-19. Suivent dans un ordre d’importance des missions confiées (et non un ordre alphabétique) les noms des 13 conseillers techniques et celui des domaines qui les concernent en propre.

En tête de l’équipe de ces conseillers proches collaborateurs du ministre, l’on trouve ainsi M. Antoine Tesnière, conseiller en charge de la lutte contre le covid-19, et la question que je me pose est alors la suivante : comment se fait-il que l’on y trouve aussi M. Jean-François Delfraissy, au onzième rang de ces collaborateurs appartenant au cabinet du ministre, en sa qualité de président du comité scientifique ?

Ce document officiel et public émanant, encore une fois, des services du Premier ministre comporte-t-il une regrettable erreur, auquel cas une correction s’impose rapidement pour lever toute ambiguïté ?

Mais si tel n’est pas le cas, cela voudrait dire que le Pr Delfraissy, comme tout collaborateur de cabinet, est impérativement tenu de respecter les instructions de son directeur de cabinet et lui rendre compte des actions qu’il mène selon les orientations qui lui sont données, et en premier lieu celles du ministre, M. Olivier Véran, telles qu’elles sont relayées par ce même directeur de cabinet.

Il y aurait alors une profonde contradiction entre cette réalité administrative et les obligations précitées qui s’attachent aux missions et au fonctionnement du Conseil scientifique : la crédibilité de ses avis s’en trouverait alors altérée.

Je me trompe peut-être, en tous cas je l’espère. Mais il paraît alors indispensable que le ministre de la Santé et le Pr Delfraissy nous rassurent sur ce point et, le cas échéant, que les services du Premier ministre apportent les corrections qui s’imposent à l’information, destinée au public, qu’ils publient sur leur site officiel.

 

[1]

Cabinet du ministre des Solidarités et de la Santé

Dernière modification le 23 février 2021

Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

  • Directeur du cabinet, Directeur du cabinet

Jérôme MARCHAND-ARVIER

  • Directeur adjoint du cabinet

Clément LACOIN

  • Cheffe du cabinet

Déborah DE LIEME

  • Directrice adjointe du cabinet, en charge du covid-19

Marie FRANCOLIN

  • Conseiller en charge de la lutte contre le covid-19

Antoine TESNIERE

  • Conseillère, cheffe du Pôle parlementaire

Margaux BONNEAU

  • Conseiller en charge des relations avec les élus locaux et les collectivités

Lies MESSATFA

  • Conseillère Protection sociale et chargée du suivi de l'exécution des réformes

Sarah SAUNERON

  • Conseillère spéciale et communication

Ségolène REDON

  • Conseiller chargé de la Presse

Edouard MONTCHAMP

  • Conseiller Sécurité sanitaire

Grégory EMERY

  • Conseiller chargé de l'Offre de soins, des financements et de l'organisation hospitalière

Arnaud VANNESTE

  • Conseillère chargée de l'offre de soins, des ressources humaines et de l'organisation territoriale

Bénédicte ROQUETTE

  • Conseiller Formation, recherche et sujets hospitalo-universitaires

Philippe MORLAT

  • Président du comité de scientifiques constitué au titre de l'état d'urgence sanitaire déclaré pour faire face à l'épidémie de covid-19

Jean-François DELFRAISSY

Courriel : jean-francois.delfraissy@comite-ethique.fr

  • Conseiller budgétaire, comptes sociaux et relance

Florian CAHAGNE

  • Conseiller en charge des produits et industries de santé

Thibault ZACCHERINI

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.