PaulineLondeix
Access to medicines advocate - Movies - Work in progress
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

1 Éditions

Billet de blog 23 févr. 2020

Merci Vacarme!

Le dernier numéro de la revue Vacarme vient de paraître, j'y co-signe un article sur la transparence dans les politiques du médicament. Ce numéro sera le dernier dans tous les sens du terme. Vacarme nous manquera.

PaulineLondeix
Access to medicines advocate - Movies - Work in progress
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La revue Vacarme s’arrête. Il faut saluer la façon dont la fin de cette aventure a été annoncée dans l'éditorial du dernier numéro : «Arrêter une forme pour une autre est parfois plus vivant et désirant que vouloir la maintenir à tout prix. Cet arrêt peut aussi nous libérer pour d’autres tâches, d’autres échelles, d’autres collectifs. Aujourd’hui de nouvelles revues ne cessent d’apparaître, qui pensent, proposent, renouvellent le regard et les formes. »

Il n’en reste pas moins que cette revue nous manquera, par son approche singulière et unique « entre arts et politiques » et qu’on continuera d’y découvrir et redécouvrir des articles.

J'ai eu la chance d'en écrire plusieurs :

Le premier, en février 2011, co-signé avec Jérôme Martin, sur l’accès sur Peg-Interferon et à la ribavirine lorsque les brevets de Shering Plough et Roche empêchaient l’accès à ce traitement très toxique mais qui restait le seul existant pour traiter l’hépatite C ("Guerre contre les usagers de drogues, accès aux traitements et répression en Thaïlande", Vacarme n°55, avril 2011).

Le second article ("Quand les malades investissent les rues de Bâle, récit d’une mobilisation réussie", Vacarme n°64, juin 2013), co-signé avec Cécile Cadu, avec qui entre autres j’ai co-fondé Act Up-Basel fin 2011, revient sur cette campagne contre le laboratoire Novartis et ses tentatives d’empêcher la production de génériques d’un traitement contre le cancer en Inde.

Mon troisième article pour Vacarme, co-signé avec Marcela Vieira ("VIH & Banque mondiale", Vacarme n°85, octobre 2018), traite de la nocivité des mesures d’austérité en matière de santé et établi le lien avec les prix illégitimes des médicaments qui ne sont jamais, eux, remis en question et la crise des hôpitaux en France [1]. L'article qui avait fait l'objet d'un encart dans le journal Libération ("Vacarme, sida et néolibéralisme", le 5 décembre 2018), fait également largement référence aux conséquences dramatiques des politiques néolibérales menées par le gouvernement Macri en Argentine, dont l’une des dernières mesures aura été de supprimer le ministère de la santé et de rendre incertain l’accès aux traitements pour les personnes vivant avec le VIH en Argentine.

Les deux derniers articles portent sur la transparence et sont co-signés avec Jérôme Martin, avec qui j'ai fondé l'Observatoire de la transparence dans les politiques du médicament en juin dernier. Le premier article porte sur la bataille de l’Assemblée Mondiale de la santé 72 (en mai 2019) autour de la "résolution transparence" ("Prix des médicaments : dans l’arène du débat", Vacarme n°88, octobre 2019), et le second sur la bataille de "l’amendement transparence" lors des débats parlementaires autour du projet de loi de finances de la sécurité sociale pour 2020, en France, à l’automne 2019 ("Le Conseil constitutionnel contre la transparence du prix des médicaments", Vacarme n°89, février 2020).

Sur la transparence, la revue Vacarme avait par ailleurs co-signé la lettre ouverte initiée par l'Observatoire de la transparence dans les politiques du médicament en novembre dernier demandant au gouvernement de soutenir les amendements transparence lors de la présentation du texte au Sénat.

Merci Vacarme de nous avoir offert cet espace.

Pauline Londeix 

[1]"En France, sous la présidence d’Emmanuel Macron, une réforme du système de santé est prévue pour cet automne, alors que de nombreux personnels soignants dénoncent des conditions de travail qui se dégradent et qui mettent en danger les usagers du système de soins comme la qualité des soins. Si certaines dépenses sont constamment rabotées, comme les effectifs de soignants, leur salaire, les équipements, le nombre de médicaments remboursés, d’autres phénomènes ne sont jamais remis en question, comme par exemple les monopoles de certaines firmes pharmaceutiques qui conduisent à fixer des prix exorbitants pour certains médicaments.

Si les réformes d’austérité vont toujours dans le sens de moins de personnel soignant, et d’une dégradation de la qualité des soins, les prix des produits de santé, pourtant supposés être négociés par les États avec les firmes pharmaceutiques, sont rarement remis en question. En 2015, l’assurance maladie en France avait acheté pour deux milliards d’euros le sofosbuvir, un nouveau médicament permettant de traiter l’hépatite C. Alors que des études réalisées en 2013 par des pharmacologues de l’université de Liverpool estimaient le coût de production du traitement d’une personne à 100 euros maximum, contre les 40 000 euros payés par l’assurance maladie française.
Pourtant, le droit de l’OMC, autre institution issue du « Consensus de Washington », comme la BM et le FMI, permet aux pays de définir leur loi en matière de propriété intellectuelle et de brevets et de prendre des mesures (comme les « licences obligatoires » ou « licences d’office ») permettant le recours à des médicaments génériques, nettement moins chers que les spécialités sous brevets. Une fois encore, le choix de ne pas remettre en cause ces monopoles et les prix qu’ils imposent revient à privilégier les multinationales aux dépens des populations et de l’intérêt des États.
En novembre 2014, Marisol Touraine, alors ministre de la Santé avait déclaré à propos de la négociation en cours entre l’assurance maladie et le laboratoire américain Gilead pour fixer le prix du sofosbuvir : « Recourir d’emblée à la licence d’office nous conduirait sans doute à un rapport de force difficile avec le laboratoire », confirmant ainsi que les choix effectués par de nombreux gouvernements vont davantage favoriser les multinationales plutôt que l’intérêt public.
Des chercheurs ont récemment révélé que les multinationales pharmaceutiques pratiquaient massivement l’évasion fiscale. Ils estiment l’évasion fiscale de Pfizer à 20 milliards de dollars, celle de Merck à 16 milliards, Johnson & Johnson 14 milliards, etc."

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi
Journal
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon
Journal — Europe
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Attaques racistes : l'impossible défense de Pap Ndiaye
L'extrême droite et la droite extrême ont eu le réflexe pavlovien attendu après la nomination de M. Pap Ndiaye au gouvernement. La réponse de la Première ministre est loin d'être satisfaisante. Voici pourquoi.
par Jean-Claude Bourdin
Billet de blog
La condition raciale made in USA
William Edward Burghardt Du Bois, alias WEB Du Bois, demeure soixante ans après sa mort l’une des figures afro-américaines majeures du combat pour l’émancipation. Magali Bessone et Matthieu Renault nous le font mieux connaître avec leur livre « WEB du Bois. Double conscience et condition raciale » aux Editions Amsterdam.
par Christophe PATILLON
Billet de blog
Pap Ndiaye : la nouvelle histoire des migrations
En décembre dernier, en direct de Pessac, Pap Ndiaye a évoqué de façon magistrale la nouvelle histoire des migrations, estimant que la France n’est pas un bloc, mais faite de « variations ». On se grandit en les prenant en compte, disait-il, contrairement au projet des « marchands de haine ».
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
L'extrême droite déchaînée contre Pap Ndiaye
Le violence des propos Pap Ndiaye, homme noir, annonce une campagne de criminalisation dangereuse, alors que les groupes et militants armés d'extrême droite multiplient les menaces et les crimes.
par albert herszkowicz