Paye Ndella
Militante afroféministe et antiraciste
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 sept. 2018

La Milice Afrofem

Création d'une milice Afrofem pour dénoncer les agressions dont sont victimes les femmes noires dans les milieux militants afro-descendants.

Paye Ndella
Militante afroféministe et antiraciste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La Milice Afrofem

La Milice Afrofem est une “armée” de femmes noires bien décidées à entreprendre des actions pour stopper les agressions qu'elles subissent dans les milieux militants afro-descendants de la part d'hommes noirs.
Ces hommes, la plupart du temps, se font passer pour des alliés woke (conscients) auprès de qui nous n'aurions aucune crainte à avoir les concernant face aux agressions dont nous sommes victimes dans une société patriarcale venant de tous les hommes cisgenre hétérosexuels...eux nous respecteraient.


Nous avons décidé de nous concentrer sur ces agressions intracommunautaires ayant lieu dans tous les milieux militants afro-descendants, pas parce que ce sont les seules que nous subissons, mais parce qu'elles affectent nos pouvoirs et capacités à militer. Donc à résister face aux autres agressions. De plus ces milieux militants sont pour la plupart d’entre eux un marché à la femme noire. Notre engagement politique n’est pas pris au sérieux parce que nous serions des objets de plaisir masculin. Comme dans les milieux professionnels les rencontres se produisent, mais les milieux militants ne sont pas des lieux de rencontres sexuelles, amoureuses ou romantiques, ce sont des lieux de travail militant et politique.


Les femmes noires sont l’angle mort des luttes antiracistes et féministes. Les premières sont taillées sur mesure pour les hommes racisés et les secondes, quant à elles, sont centrées exclusivement sur les femmes blanches.


Depuis des décennies, il nous est demandé d’attendre notre tour. Il faudrait qu’on prenne sur nous car c’est connu, les femmes noires ont été créées pour porter tous les maux du monde sans se plaindre. L’injonction nous est faite d'être solidaires avec nos “frères” qui subissent tant de racisme. Et pourtant, les femmes noires sont celles qui subissent le plus car elles sont au plus bas de l’échelle sociale. Ces agressions viennent souvent s’ajouter à une précarité sociale. Nous sommes celles à qui les femmes blanches délèguent leurs travaux domestiques pour être en mesure de lutter pour leur égalité avec les hommes. Nous sommes celles qui nous occupons des tâches les plus ingrates professionnellement.


Nous subissons le racisme des Blanc.he.s et le patriarcat de tous les hommes, y compris noirs. Oui, concernant le patriarcat, tous les hommes font alliance.
Il nous est demandé de protéger nos prétendus frères d'une justice raciste qui les violente et les tue. Pourtant, les soeurs sont au premier plan et prennent à bras le corps la lutte contre les violences policières. Qui nous protège à notre tour d’une justice raciste, patriarcale et classiste ? Personne! Nous sommes toutes seules face aux violences que nous subissons.
Certes le patriarcat des hommes noirs en Occident n'est pas institutionnel mais il est bel et bien systémique. La plupart des violences que les femmes et minorités de genre subissent se passent dans le cercle familial. Les femmes noires ne font pas exception à la règle. Ces violences ainsi que celles dont nous sommes victimes dans les milieux militants sont systémiques. La domination des hommes noirs sur les femmes noires fait bien système.
Ces violences ont des conséquences désastreuses sur notre santé mentale et physique. En effet, c’est nous qui nous retrouvons exclues des cercles militants parce que nos agresseurs continuent de les fréquenter et y maintiennent leurs agressions sans être inquiétés. C’est nous qui sommes isolées suite à ces violences pendant que nos agresseurs poursuivent leur vie militante, personnelle et professionnelle sans broncher.


Il est plus que temps que cela cessent.

En ce qui concerne les relations interpersonnelles qui sont pour nous aussi politiques, il faudrait arrêter d'attendre une reconnaissance parce que vous respectez le consentement des femmes. Nous ne sommes pas récompensées parce que nous respectons votre consentement. C'est le minimum vital pour qu'une relation ait lieu. Sinon il s’agit de viol.

Nous, la Milice Afrofem, avons donc décidé de prendre les choses en mains. Nous allons, à partir de maintenant, dénoncer tous les hommes noirs auteurs d’agressions dans nos milieux militants. Nous allons organiser des actions pour que les agresseurs soient exclus des cercles militants et non les victimes. Nous soutiendrons toutes les femmes noires désireuses d’aller en justice. Nous leurs apporterons un soutien psychologique, juridique, et une écoute bienveillante.

Il est temps que la peur change de camp.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Écologie
Incendies en Gironde : « C’est loin d’être fini »
Dans le sud de la Gironde, le deuxième méga-feu de cet été caniculaire est fixé mais pas éteint. Habitants évacués, élus et pompiers, qui craignent une nouvelle réplique, pointent du doigt les pyromanes avant le dérèglement climatique, qui a pourtant transformé la forêt des Landes en « grille-pain ».
par Sarah Brethes
Journal
Été de tous les désastres : le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal
Des avocates et journalistes proches de Julian Asssange poursuivent la CIA
Deux journalistes et deux avocates américains ont déposé plainte contre l'agence de renseignements américaine et son ancien directeur, Michael Pompeo. Ils font partie des multiples proches du fondateur de WikiLeaks lui ayant rendu visite dans son refuge de l'ambassade équatorienne de Londres alors qu'il été la cible d'une vaste opération d'espionnage.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Écologie
Pour plus d’un quart des Alsaciens, l’eau du robinet dépasse les normes de concentration en pesticides
Dans le Bas-Rhin, des dépassements des limites de qualité ont été constatés dans trente-six unités de distribution qui alimentent en eau potable plus de 300 000 habitants, soit un quart de la population. Le Haut-Rhin est touché dans des proportions similaires.
par Nicolas Cossic (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Quand la langue nous fait défaut
Les mots ne sont plus porteurs de sens, ils ne servent qu'à indiquer ce que l'on doit penser et ce qu'il est interdit de penser. La réaction du gouvernement français aux bombardements de Gaza le démontre une fois de plus.
par ekeland
Billet de blog
« Le canari dans la mine de charbon » : chronique annoncée de la crise du Sri Lanka
La grave crise économique que traverse le Sri Lanka, la suspension du paiement de la dette souveraine et le soulèvement populaire de 2022 ont attiré l’attention du monde entier. Le Sri Lanka est décrit comme le « canari dans la mine de charbon », c’est-à-dire un signe avant-coureur de l’avenir probable d’autres pays du Sud.
par cadtm
Billet de blog
De Kaboul à Kyiv : femmes déchues de leur citoyenneté
[Rediffusion] Rien en apparence semble lier le sort des femmes afghanes à celui de leurs contemporaines ukrainiennes si ce n’est déjà la dure expérience d’une guerre sans fin. A travers leur corps de femme, peu importe leur âge, elles subissent une guerre menée contre leur statut durement gagné en tant que citoyennes ayant des droits, au nom d’une violence patriarcale que l’on espérait révolue.
par Carol Mann
Billet de blog
Russie, une guerre criminelle, une opinion complice ?
Une analyse du sociologue russe Lev Goudkov, qui démonte les leviers de la propagande du pouvoir russe et y voit l'explication du soutien passif, mais majoritaire apporté par la population russe à l'intervention militaire en Ukraine. Il ne cessera, selon lui, qu'avec un choc qui lui fasse prendre conscience des causes et des conséquences de la guerre, processus qui n'est pas encore engagé.
par Daniel AC Mathieu