La Milice Afrofem

Création d'une milice Afrofem pour dénoncer les agressions dont sont victimes les femmes noires dans les milieux militants afro-descendants.

La Milice Afrofem

 

La Milice Afrofem est une “armée” de femmes noires bien décidées à entreprendre des actions pour stopper les agressions qu'elles subissent dans les milieux militants afro-descendants de la part d'hommes noirs.
Ces hommes, la plupart du temps, se font passer pour des alliés woke (conscients) auprès de qui nous n'aurions aucune crainte à avoir les concernant face aux agressions dont nous sommes victimes dans une société patriarcale venant de tous les hommes cisgenre hétérosexuels...eux nous respecteraient.


Nous avons décidé de nous concentrer sur ces agressions intracommunautaires ayant lieu dans tous les milieux militants afro-descendants, pas parce que ce sont les seules que nous subissons, mais parce qu'elles affectent nos pouvoirs et capacités à militer. Donc à résister face aux autres agressions. De plus ces milieux militants sont pour la plupart d’entre eux un marché à la femme noire. Notre engagement politique n’est pas pris au sérieux parce que nous serions des objets de plaisir masculin. Comme dans les milieux professionnels les rencontres se produisent, mais les milieux militants ne sont pas des lieux de rencontres sexuelles, amoureuses ou romantiques, ce sont des lieux de travail militant et politique.


Les femmes noires sont l’angle mort des luttes antiracistes et féministes. Les premières sont taillées sur mesure pour les hommes racisés et les secondes, quant à elles, sont centrées exclusivement sur les femmes blanches.


Depuis des décennies, il nous est demandé d’attendre notre tour. Il faudrait qu’on prenne sur nous car c’est connu, les femmes noires ont été créées pour porter tous les maux du monde sans se plaindre. L’injonction nous est faite d'être solidaires avec nos “frères” qui subissent tant de racisme. Et pourtant, les femmes noires sont celles qui subissent le plus car elles sont au plus bas de l’échelle sociale. Ces agressions viennent souvent s’ajouter à une précarité sociale. Nous sommes celles à qui les femmes blanches délèguent leurs travaux domestiques pour être en mesure de lutter pour leur égalité avec les hommes. Nous sommes celles qui nous occupons des tâches les plus ingrates professionnellement.


Nous subissons le racisme des Blanc.he.s et le patriarcat de tous les hommes, y compris noirs. Oui, concernant le patriarcat, tous les hommes font alliance.
Il nous est demandé de protéger nos prétendus frères d'une justice raciste qui les violente et les tue. Pourtant, les soeurs sont au premier plan et prennent à bras le corps la lutte contre les violences policières. Qui nous protège à notre tour d’une justice raciste, patriarcale et classiste ? Personne! Nous sommes toutes seules face aux violences que nous subissons.
Certes le patriarcat des hommes noirs en Occident n'est pas institutionnel mais il est bel et bien systémique. La plupart des violences que les femmes et minorités de genre subissent se passent dans le cercle familial. Les femmes noires ne font pas exception à la règle. Ces violences ainsi que celles dont nous sommes victimes dans les milieux militants sont systémiques. La domination des hommes noirs sur les femmes noires fait bien système.
Ces violences ont des conséquences désastreuses sur notre santé mentale et physique. En effet, c’est nous qui nous retrouvons exclues des cercles militants parce que nos agresseurs continuent de les fréquenter et y maintiennent leurs agressions sans être inquiétés. C’est nous qui sommes isolées suite à ces violences pendant que nos agresseurs poursuivent leur vie militante, personnelle et professionnelle sans broncher.


Il est plus que temps que cela cessent.

En ce qui concerne les relations interpersonnelles qui sont pour nous aussi politiques, il faudrait arrêter d'attendre une reconnaissance parce que vous respectez le consentement des femmes. Nous ne sommes pas récompensées parce que nous respectons votre consentement. C'est le minimum vital pour qu'une relation ait lieu. Sinon il s’agit de viol.

Nous, la Milice Afrofem, avons donc décidé de prendre les choses en mains. Nous allons, à partir de maintenant, dénoncer tous les hommes noirs auteurs d’agressions dans nos milieux militants. Nous allons organiser des actions pour que les agresseurs soient exclus des cercles militants et non les victimes. Nous soutiendrons toutes les femmes noires désireuses d’aller en justice. Nous leurs apporterons un soutien psychologique, juridique, et une écoute bienveillante.

Il est temps que la peur change de camp.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.