peter gabor
graphic designer et enseignant
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 mai 2017

Une série américaine Sense8 qui ne parle pas de Dieu ni d’un avenir dystopique.

Choqué par la superficialité d'un critique du Huffington Post. Car quel est le propos majeur et constant de la série. De nous donner à voir l’opposition entre le Sapiens et les humains sensoriels qui auraient été antérieurs à celui-ci. Où il est même question d’un Homo-Sapiens qui se serait débarrassé violemment des Sensoriels au cours de l’évolution décrit par Darwin.

peter gabor
graphic designer et enseignant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pas d’accord avec l’énoncé de la critique du Huffington Post (http://bit.ly/2rpYptz). Non parce qu’elle n’est pas factuelle ni objective mais parce qu’elle passe à coté de l’essentiel.
Pour que vous compreniez bien ma position, j’évoquerais un fait. 95 %  des Américains sont croyants. Croient en Dieu. Le sociologue Raymond Boudon en a fait une excellente analyse lors d’une des ses conférences et dans ses nombreux écrits.

image extraite de la saison 1 de Sense8 © la Production de Sense8

Or pour la première fois dans l’histoire des séries américaines, voire du Cinéma américain, on ne parle pas de Dieu. On parle de tout, sauf de Dieu. Il s’agit d’une première à marquer d’une croix non religieuse.
Car quel est le propos majeur et constant de la série. De nous donner à voir l’opposition entre le Sapiens et les humains sensoriels qui auraient été antérieurs à celui-ci. Où il est même question d’un homo-sapiens qui se serait débarrassé violemment des sensoriels au cours de l’évolution décrit par Darwin.
Ceci pour dire et affirmer que pour la première fois dans l’histoire du cinématographe américain on n’invoque plus Dieu ni ses anges (déchus ou pas), ni les zombies et les revenants, mais bien une forme d’humanité qui aurait survécu malgré l’intelligence programmé du Sapiens. Que faut-il comprendre ?
Il y a eu Tristes Tropiques de Claude Levi-Strauss et plus récemment un anthropologue vient de faire une conférence brillante au Mucem, par Philippe Descola. (https://youtu.be/FG-hW53S_G8 au Mucem | Mediapart en était partenaire). Où il est question de l’anthropocène. Des rapports de l’homme avec la nature. Il y aurait une autre relation possible avec la nature que celle de la consommation d’une nature disponible à l’infini. Et les combats des Sensoriels rejoignent cet ultime défi qui est proposé à l’humanité. Le trait commun de ces groupes, ces cercles de « senso » est l’empathie. Cette qualité humaine totalement honnie, bannie de nos sociétés, malgré la résonance dans les réseaux sociaux, ces derniers n’arrivent pas à promouvoir cette qualité humaine majeure sans laquelle il ne peut y avoir d’humanité. Sense8 c’est précisément l’histoire d’une humanité qui se cherche d’autres formes de communication, télépathie (allo qui téléphone, remplacé par le « olla qui télépathe » de Raymond Devos).
Les anthropologues nous expliquent comment les hommes retirés dans la profondeur des forêts amazoniennes ou en Inde ou en Afrique font survivre un équilibre fragile entre nature et humanité. Où il est démontré que la violence que se fait l’humanité n’est pas un progrès mais une régression majeure qui passe par la corruption et l’exploitation des richesses naturelles que l’on croit infinies.
Il s’agit d’une œuvre politique comme rarement la production hollywoodienne en a été capable. Tout ce que dit le critique du Huff Post est vrai, en apparence. La lenteur, les confusions, les bons sentiments, etc. Mais Maxime Bourdeau semble être passé à coté de l’essentiel. Dénoncer les exclusions sexistes, les a-priori sociales concernant l’Amour et ses manifestions polymorphes. Oui Sense8 est une étude des plus intéressantes sur le devenir d’une humanité enfermée dans ses préjugés et dans son formatage exclusivement financier. Nous pourrions débattre durant des heures de cette série, aussi je m’arrête là et vous laisse la liberté de me répondre sur vos propres ressentis.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl