peter gabor
graphic designer et enseignant
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 31 déc. 2017

Proscrire la Violence

j’ai essayé d’imaginer, parce que l’imagination est mon métier de tous les jours, ce que serait l’après-Macron. Et pour cela il me faut avouer que j’ai emprunté quelques raisonnements basiques à la multitude de commentateurs et d’experts en sciences politiques.

peter gabor
graphic designer et enseignant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Louis XVI guillotiné © inconnu


Proscrire la Violence

D’abord un postulat.

Je n’y connais rien en politique politicienne.
Ce qui ne veut pas dire que votre humble serviteur ne sait pas lire la Politique.

Alors j’ai essayé d’imaginer, parce que l’imagination est mon métier de tous les jours, ce que serait l’après-Macron. Et pour cela il me faut avouer que j’ai emprunté quelques raisonnements basiques à la multitude de commentateurs et d’experts en sciences politiques.

1. l’accès au pouvoir d’Emmanuel Macron s’est fait en deux temps. Une présidentielle sur le fil du rasoir compte tenu du nombre d’abstentions et de bulletins nuls et une élection législative qui elle fut un raz de marée. On ne peut contester cela. C’est un fait. Le paysage politique de la France traditionnelle a été profondément bouleversé par cette deuxième séquence. Éliminant au passage tous les partis, tous les fonds de commerce classiques qui depuis l’après-Gaullisme et l’après Mitterrandisme cherchaient à récupérer l’héritage d’un pouvoir qui leur échappait comme un savon mouillé.

2. donc en prenant acte qu’il n’y a plus de Gauche et plus de Droite, il reste un marais, celui d’un CENTRE-gauche et d’un CENTRE-droit qui a l’air de convenir aux millions de Français en mal d’un conservatisme de bon aloi.

Il fallait tout changer pour que rien ne change (phrase du Guépard). Et cela est acté.

Alors évidemment quid de l’avenir politique en France. Il y faudrait un Data-viz (Data Vizualition) de très grande qualité et interactif pour comprendre cet avenir. Imaginons un curseur qui parte de la Gauche de la Gauche, et un autre curseur qui parte de la Droite de la Droite…

Imaginons que vous puissiez tirer, allonger ces deux curseurs pour les ramener progressivement vers le centre afin de tenter de superposer et dépasser les chiffres du CENTRE de Macron.

Et l’on s’aperçoit alors que SI le Président élu ne fait pas de grosses bourdes, cela n’arrivera jamais. Car le mystère de la victoire de Macron ne tient pas exclusivement à son personnage.

Ce serait trop facile que d’attribuer tout le mérite de ce raz de marée à la seule personnalité du Président. Les Français ont en horreur le changement. Ils ont en horreur les Révolutions. Nous fêtons le 14 juillet dans le secret espoir que cela ne recommence jamais.

Chassez le naturel… Les Français honorent la Marseillaise mais pour rien au monde ne voudraient Marcher, marcher «pour qu’un sang impur abreuve nos sillons». Alors la France en Marche serait donc une imposture sémantique. Oui sans aucun doute. Du moment que ce mouvement conserve les fondamentaux et fera mine de restaurer une monarchie républicaine, les français s’en sentiront grandis dans leur désir de conserver et de ne rien lâcher des acquis de quelque nature que ce soit. Une promesse du ni-ni qui résume assez bien le désir d’immobilité statuesque d’une France heureuse de ses positions traditionnelles.

Essayez de tirer ces deux curseurs, partant de la Gauche de la Gauche et de la Droite de la Droite et vous verrez alors que les jeux sont faits pour peut-être les vingt prochaines années. (M'étonnerait pas que le Congrès soit appelé à statuer sur une prolongation du nombre de mandats présidentiels)

Nous sommes entrés dans l’ère du management des acquis. Et cette majorité là, car la France est riche, encore et pour longtemps, ne lâchera rien pour changer quoique ce soit. Les exemples sont nombreux dans toute l’Europe, Allemagne, Autriche, Espagne, Hongrie, Pologne etc.

L’écologie ? On va gérer
La pauvreté extrême ? On va gérer
Les disparités Femmes / Hommes ? On va gérer
Les mal-logés ? On va gérer
L’immigration ? On va gérer
Les retraites et les niches fiscales ? On va gérer
Les équilibres budgétaires ? On va gérer.

Mais de quoi se plaint-on ? On va tout gérer au mieux d’un conservatisme qui a pour but de ne rien aggraver pour ceux qui possèdent et de ne rien lâcher aux va-nu pieds.

Et peut-être même que le miracle à la française c’est cela. Cet entre-deux merveilleux du consensuel économique et social. Au «Salauds de Riches» se superpose le «Salauds de Pauvres» d’Audiard. Et les deux expressions s’annulent dans une Traversée de Paris hasardeuse et brinquebalante.

Et vous l’aurez donc compris, je n’y connais rien en Politique Politicienne. M’y connais un peu en sociologie, en ethnologie, en éthologie, en prospective technologique et surtout en graphisme et en typographie.

Mais si je devais faire l’illustration de ce que je viens d’énoncer, ces fameux curseurs rouges et bleus se fracasseront pour les années à venir sur ce marais immense du Centre auquel aspirent une majorité de Français et que François Hollande et Emmanuel Macron ne font que décliner-servir depuis maintenant 2012.

— quid de la disparition de l’industrie Française.
— quid d’une économie de l’écologie que l’on oppose à l’efficacité à court terme
— quid d’une Justice plus efficace (une boule rouge dans les dépenses annuelles)
— quid d’une chasse aux évadés fiscaux,
— quid de la redistribution Finance Vs Travail
— quid de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur
— quid de l’éducation populaire qui redonne une chance à tous
— quid d’une Santé pour tous
— quid d’une économie du numérique qui ne vienne pas tarir l’économie du tangible, etc.

Et tout ceci en proscrivant toute violence sociale et individuelle.

Sur ce, je vous souhaite à toutes et à tous une année pleine de joies et de bonne santé. Faites du Yoga, respirez et marchez. Car l’essentiel ce n’est pas ce que l’on possède, mais ce que l’on fait de sa vie. Courte ou longue.

Gravure de Louis XVI guillotiné. Une violence inacceptable.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
A Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait
Journal — Asie
« Une grande purge est en cours »
Le militant hongkongais Au Loong-Yu réside temporairement à Londres, alors que sa ville, région semi-autonome de la Chine, subit une vaste répression. Auteur de « Hong Kong en révolte », un ouvrage sur les mobilisations démocratiques de 2019, cet auteur marxiste est sévère avec ceux qui célèbrent le régime totalitaire de Pékin. 
par François Bougon
Journal — France
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
Face à Mediapart : Fabien Roussel, candidat du PCF à la présidentielle
Ce soir, un invité face à la rédaction de Mediapart : Fabien Roussel, candidat du Parti communiste français à la présidentielle. Et le reportage de Sarah Brethes et Nassim Gomri auprès de proches des personnes disparues lors du naufrage au large de Calais.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky