petit nuage
Abonné·e de Mediapart

60 Billets

2 Éditions

Billet de blog 13 juin 2020

Un enchaînement inexorable

La France, démocratie exemplaire, pays des droits de l'homme et regardée comme telle par le reste du monde … il y a bien longtemps, en est arrivée en 2020 à un conflit triangulaire entre le peuple, le pouvoir exécutif et l'institution policière ...

petit nuage
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La France, démocratie exemplaire, pays des droits de l'homme et regardée comme telle par le reste du monde … il y a bien longtemps, en est arrivée en 2020 à un conflit triangulaire entre le peuple, le pouvoir exécutif et l'institution policière, affrontements qui, après les crises sociales non traitées et celle calamiteuse du covid19, ne vont guère faciliter la nécessaire union des bonnes volontés pour affronter un avenir incertain que certains voient comme un inévitable collapsus.

Un Président à la hauteur de ce défi ?

- La constitution de la Ve République donne au pouvoir exécutif doublé d'un parlement trop souvent complaisant, un pouvoir exorbitant qui lui permet durant tout un quinquennat, d'imposer sa politique sans réel contre-pouvoir autre que celui dérisoire de la rue.

- Pour museler ces opposants citoyens, négligeant le dialogue républicain via les parlementaires représentants du peuple, ou les syndicats, ce pouvoir coercitif utilise les forces de police et de gendarmerie. A cours des derniers mandats présidentiels, il n'a jamais été question de réformer un tant soit peu une institution policière trop zélée, pour la rendre vraiment républicaine et au service des citoyens. Au contraire, le pouvoir a tout fait pour qu'elle apparaisse comme une force de dissuasion à manifester. Un pouvoir autoritaire, une police robocop, une démocratie en lambeau, la suite se devine déjà !

- Ce dernier rempart contre des manifestants en grande majorité pacifistes, n'a jamais été formé à l'apaisement par le dialogue, à l'image de la hiérarchie administrative et politique. L'exclusive dissuasion physique a coupé cette police d'état, d'une population qui prend peur. Est-ce de la part du pouvoir, une option délibérée ?

- Consciente de son rôle primordial pour la pérennisation d'un exécutif maintenant aux abois et forte d'une impunité rarement démentie, l'institution policière refuse une remise en cause de méthodes dénoncées pour leur violence excessive. Nous ou le chaos : un non-dit tonitruant. Sera-t-il perçu comme tel ?

- Le piège se referme sur un gouvernement et surtout un président hors sol qui, ayant toujours nié les violences policières va devoir choisir soit de rester sur la même ligne au risque d’apparaître encore plus dictatorial et répressif, soit d'engager une transformation plus républicaine de l'institution policière (et judiciaire, ce serait bien aussi), option courageuse et nécessaire qui l'obligerait à revoir dans la foulée tout son logiciel de gouvernance et pour tout dire, son idéologie néolibérale qui écrase les plus faibles. Il peut aussi choisir de ne rien dire mais de le faire avec dignité et toute l'emphase qui sied à un président ... en attendant des jours meilleurs.

Mais si ce Jupiter voulait faire dans le sublime, il devrait envisager de passer à une VIe république et pour cela, le mieux serait de passer la main. Ce serait beau non ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
« La Cour suprême des États-Unis a un agenda : celui de l’extrême droite »
La Cour suprême des États Unis vient de rendre plusieurs arrêts inquiétants. Le premier, actant la fin de l’autorisation fédérale d’avorter, a mis le monde en émoi. Jeudi 30 juin, elle a nié l’autorité de l’agence pour l’environnement américaine a réduire les gaz à effets de serre. Pour l’américaniste Sylvie Laurent, elle est devenue une institution « fondamentaliste ».
par Berenice Gabriel, Martin Bessin et Mathieu Magnaudeix
Journal — Budget
Le « paquet pouvoir d’achat » ne pèse pas lourd
Le gouvernement a confirmé une série de mesures pour soutenir le pouvoir d’achat des fonctionnaires, des retraités et des bénéficiaires de prestations sociales. Mais ces décisions ne permettent pas de couvrir la hausse des prix et cachent une volonté de faire payer aux plus fragiles le coût de l’inflation.
par Romaric Godin
Journal
Covid : face à la septième vague, les 7 questions qui fâchent
Risques de réinfections, protections, efficacité des vaccins actuels et attendus, avenir de la pandémie… Nos réponses pour s’y retrouver face à cette nouvelle vague de Covid-19.
par Rozenn Le Saint
Journal
Urgences : vers la fin de l’accueil inconditionnel ?
La première ministre a reçu, jeudi, 41 recommandations pour l’été « à haut risque » qui s’annonce à l’hôpital. Parmi les mesures mises sur la table : la fin de l’accès sans filtre aux urgences et la revalorisation des heures de travail la nuit et le week-end.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Oui, on peut réduire le soutien populaire aux identitaires !
Les résultats de la Nupes, effet de l’alliance électorale, ne doivent pas masquer l'affaiblissement des valeurs de solidarité et la montée des conceptions identitaires dans la société. Si la gauche radicale ne renoue pas avec les couches populaires, la domination des droites radicales sera durable. C'est une bataille idéologique, politique et parlementaire, syndicale et associative. Gagnable.
par René Monzat
Billet de blog
Boyard et le RN : de la poignée de main au Boy's club
Hier, lors du premier tour de l’élection à la présidence de l’Assemblée nationale, Louis Boyard, jeune député Nupes, a décliné la main tendue de plusieurs députés d’extrême droite. Mais alors pourquoi une simple affaire de poignée de main a-t-elle déclenché les cris, les larmes et les contestations ulcérées de nombres de messieurs ?
par Léane Alestra
Billet de blog
Quels sont les rapports de classes à l’issue des élections 2022 ?
On a une image plus juste du rapport des forces politiques du pays en observant le résultat des premiers tours des élections selon les inscrits plutôt que celui des votes exprimés. Bien qu’il y manque 3 millions d’immigrés étrangers de plus de 18 ans. L’équivalent de 6% des 49 millions d’inscrits. Immigrés qui n’ont pas le droit de vote et font pourtant partie des forces vives du pays.
par jacques.lancier
Billet de blog
Quand le RN est fréquentable…
La dernière fois que j'ai pris ma plume c'était pour vous dire de ne plus compter sur moi pour voter par dépit. Me revoilà avec beaucoup de dépit, et pourtant j'ai voté !
par Coline THIEBAUX