petit nuage
Abonné·e de Mediapart

60 Billets

2 Éditions

Billet de blog 17 avr. 2020

Méditations …

Autour de moi dans l'herbe basse, les dames d'onze heures, blanches et virginales semblaient moquer mes tentatives infructueuses de parvenir à l'extase.

petit nuage
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« la chose du monde à laquelle un homme libre pense le moins, c'est la mort et la sagesse n'est point la méditation de la mort, mais de la vie. » Baruch Spinoza

Une expérience spirituelle, posturale, mentale et introspective qui permet de contrôler ses émotions négatives, de chasser le stress et la dépression. Enfin, c'est ce que nous disent celles et ceux qui savent la pratiquer et qui semblent en tirer profit.

En cette période de rétention sanitaire très éprouvante pour la population, la méditation est devenue un passage obligé, une activité collatérale volontaire, spontanée ou subie. On nous y encline, allant même jusqu'à nous en proposer gratuitement quelques instants pour la sauvegarde de notre santé psychique. Alors puisque le haut lieu a décidé de prolonger l'enfermement des vieux, j'ai décidé de m'y résoudre, même s'il m'est arrivé parfois de méditer sur l’intérêt ou non de la méditation, processus récursif inextricable qui ne semble mener que vers le néant de la pensée ; mais comme le temps suspendu ne nous est plus compté, pourquoi pas ? 

Après une rapide consultation bibliographique et donc persuadé d'accéder rapidement au nirvana, installé genoux-assis sur le tapis de mon salon, menton levé et mains sur les genoux comme indiqué sur la notice, avec une ferveur décuplée, j'ai tenté d'atteindre un état de la pensée « au-delà de toute pensée » sorte de vacuité de l'esprit.

Malgré de sincères efforts de concentration, je dois le confesser, la béatitude du vide ne s'est pas le moins du monde manifestée. Alors j'ai essayé un nombre considérable de combinaisons de postures : lotus, birmane, assise, à genoux ou allongée, et de types de méditation : la transcendantale, la zen et celle dite de pleine conscience. Le bide sur toute la ligne ! De cet échec cuisant, n'étant guère plus bête qu'un autre, j'en ai déduit logiquement que ce cadre intérieur était inadapté à ce genre de défit.

Alors, cet après-midi, je me suis rendu au sommet de ma colline, muni de mon sauf-conduit par crainte d'un quelconque pandore caché derrière un buisson d'épineux ou d'un chêne truffier, variété qui pousse en quantité sur nos collines (les chênes truffiers pas les pandores).

 En posture birmane, mains ouvertes vers le ciel, concentré sur la nitescence de mon nuage tout en évitant l'analyse cognitive du contenu de ma conscience je laisse au temps le temps de faire son œuvre. A peine je ressens ce que je présume être un début de lévitation, qu'elle se pose à une trentaine de mètres. Fouillant le sol puis relevant la tête elle pousse son houp houp houp si caractéristique auquel répond au loin le houp houp houp étouffé d'une future compagne. Sans bouger un cil et du coin de l’œil, cette huppe charmeuse, je la regarde, fasciné, envieux, interrogatif … et si moi je poussais le brame du cerf, peut-être me répondrait au loin une jolie biche en jupon ? Mais tout timide, je n'ai pas osé.

Je reprends ma méditation avec entrain. Autour de moi dans l'herbe basse, les dames d'onze heures, blanches et virginales semblent moquer mes tentatives infructueuses de parvenir à l'extase sans pour autant diminuer mes ardeurs. Mais avant la félicité promise, il faut que je vous dise : un peu plus bas, à l'orée de la forêt de chênes et de châtaigniers, il y a un petit coin humide où foisonnent les fraises des bois. Avec du sucre vanillé et un peu de crème fraîche, c'est un véritable délice.

Pour la réussir cette méditation, il faut parait-il répéter inlassablement un son ou un mot même sans signification, c'est le mantra : fraise des bois, fraise des bois … bon, je vais en ramasser quelques poignées et puis je redescends, d'autant plus que le vent a chassé mon petit nuage. L'extase, je l'aurai sur les papilles.

Revenu à mon home de confinement, mi satisfait mi déconfit mais sans perdre l'espoir de maîtriser ce substitut d'évasion pour les longues semaines d'enfermement qui nous restent, il me vient à l'esprit que peut-être l'exemple de Thaïs m'aidera à trouver cette voie (sans trop d'illusion mais surtout avec l'envie d'écouter cette musique de rêve) :

Yo-Yo Ma - "Meditation" (J.Massenet) © maryk68ify

Thaïs, belle courtisane païenne vouée à Vénus, après les reproches de débauche exprimés à son encontre par le moine Athanaël, entre dans une longue méditation. Finalement, elle choisit le confinement au couvent d'Albine où bien plus tard elle meurt sous les yeux du moine accablé de douleur pour celle qu'il aimait secrètement d'une passion charnelle.

Peut-on en tirer une morale ? Accepter le confinement ou se rebeller ? Profiter du reste de sa vie ou bien comme les vieillards inuits se laisser aller lentement à la mort pour la survie de la communauté ? Une régulation démographique programmée ? 

Méditer

, le plus vertueux du temps présent, mais tellement difficile !

                Médire, mais plutôt révéler les failles d'un système et les manquements multiples des responsables.

                              Maudire, tenter de s'en abstenir malgré les décès évitables et malgré la détresse insondable de celles et ceux qui sont partis sans un regard, sans un je t'aime, sans la pression d'une main, sans la chaleur d'un corps, sans une larme sur leur peau parcheminée ou un dernier sourire comme remerciement de toute une vie d'amour … et peut-être dans une indicible souffrance.

Méditations, analyse, réflexions mais certainement pas oubli, la suite appartient à la juste Justice des hommes.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
« La Cour suprême des États-Unis a un agenda : celui de l’extrême droite »
La Cour suprême des États Unis vient de rendre plusieurs arrêts inquiétants. Le premier, actant la fin de l’autorisation fédérale d’avorter, a mis le monde en émoi. Jeudi 30 juin, elle a nié l’autorité de l’agence pour l’environnement américaine a réduire les gaz à effets de serre. Pour l’américaniste Sylvie Laurent, elle est devenue une institution « fondamentaliste ».
par Berenice Gabriel, Martin Bessin et Mathieu Magnaudeix
Journal — Budget
Le « paquet pouvoir d’achat » ne pèse pas lourd
Le gouvernement a confirmé une série de mesures pour soutenir le pouvoir d’achat des fonctionnaires, des retraités et des bénéficiaires de prestations sociales. Mais ces décisions ne permettent pas de couvrir la hausse des prix et cachent une volonté de faire payer aux plus fragiles le coût de l’inflation.
par Romaric Godin
Journal
Covid : face à la septième vague, les 7 questions qui fâchent
Risques de réinfections, protections, efficacité des vaccins actuels et attendus, avenir de la pandémie… Nos réponses pour s’y retrouver face à cette nouvelle vague de Covid-19.
par Rozenn Le Saint
Journal
Urgences : vers la fin de l’accueil inconditionnel ?
La première ministre a reçu, jeudi, 41 recommandations pour l’été « à haut risque » qui s’annonce à l’hôpital. Parmi les mesures mises sur la table : la fin de l’accès sans filtre aux urgences et la revalorisation des heures de travail la nuit et le week-end.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Boyard et le RN : de la poignée de main au Boy's club
Hier, lors du premier tour de l’élection à la présidence de l’Assemblée nationale, Louis Boyard, jeune député Nupes, a décliné la main tendue de plusieurs députés d’extrême droite. Mais alors pourquoi une simple affaire de poignée de main a-t-elle déclenché les cris, les larmes et les contestations ulcérées de nombres de messieurs ?
par Léane Alestra
Billet de blog
Oui, on peut réduire le soutien populaire aux identitaires !
Les résultats de la Nupes, effet de l’alliance électorale, ne doivent pas masquer l'affaiblissement des valeurs de solidarité et la montée des conceptions identitaires dans la société. Si la gauche radicale ne renoue pas avec les couches populaires, la domination des droites radicales sera durable. C'est une bataille idéologique, politique et parlementaire, syndicale et associative. Gagnable.
par René Monzat
Billet de blog
Quels sont les rapports de classes à l’issue des élections 2022 ?
On a une image plus juste du rapport des forces politiques du pays en observant le résultat des premiers tours des élections selon les inscrits plutôt que celui des votes exprimés. Bien qu’il y manque 3 millions d’immigrés étrangers de plus de 18 ans. L’équivalent de 6% des 49 millions d’inscrits. Immigrés qui n’ont pas le droit de vote et font pourtant partie des forces vives du pays.
par jacques.lancier
Billet de blog
Quand le RN est fréquentable…
La dernière fois que j'ai pris ma plume c'était pour vous dire de ne plus compter sur moi pour voter par dépit. Me revoilà avec beaucoup de dépit, et pourtant j'ai voté !
par Coline THIEBAUX