Philippe Blanchet
Professeur de sociolinguistique et didactique des langues, département Communication, université Rennes 2. Membre de la Ligue des Droits de l'Homme et du conseil d'orientation de la Fondation Copernic. Élu national FERC-SUP-CGT.
Abonné·e de Mediapart

26 Billets

1 Éditions

Billet de blog 12 juil. 2020

Une certification privée en anglais imposée pour valider licences, BTS et DUT

La chose est passée inaperçue, noyée dans l’actualité. C’est en pleine période de confinement et de fermeture des universités pour cause de crise sanitaire, que le gouvernement a publié, le 3 et le 5 avril, un arrêté et un décret qui rendent obligatoire de passer un examen d’anglais dans un organisme privé pour obtenir son diplôme.

Philippe Blanchet
Professeur de sociolinguistique et didactique des langues, département Communication, université Rennes 2. Membre de la Ligue des Droits de l'Homme et du conseil d'orientation de la Fondation Copernic. Élu national FERC-SUP-CGT.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Rendre l’anglais et rien que l’anglais obligatoire dans l’enseignement supérieur

Ces deux textes du 3 avril 2020 publiés au Journal Officiel du 5 avril constituent les deux volets d’un même projet qu’on doit bien considérer comme un dispositif général rendant l’anglais obligatoire dans l’enseignement supérieur. Le premier, un décret du premier ministre, subordonne l’obtention du BTS à une certification du niveau en anglais. Le second, un arrêté de la ministre de l’Enseignement Supérieur, porte sur les certifications en langue dans le cadre des licences, licences professionnelles et DUT.  Ils imposent une mise en place dès l'année 2020/2021 pour les licences spécialisées en langues (LEA, LLCER et Lettres Langues) — c’est un comble ! puis pour l'ensemble des licences professionnelles et pour cinq spécialités de DUT. Les autres licences et DUT seront tous concernés l'année suivante, le dispositif étant généralisé.

Dans une ère où le plurilinguisme est promu comme un moyen de développer une compréhension interculturelle entre les peuples, une sorte d’écologie des langues et des sociétés humaines par les langues, rendre l’anglais et rien que l’anglais obligatoire va complètement à contre sens. Y compris de la politique d’offre de formation multilingue croissante mise en œuvre par les universités et l’Europe depuis 30 ans. Les effets de rétroaction des évaluations sur les formations ont été bien étudiés : on sait que ça va détourner massivement les étudiant.e.s et même peut-être déjà les lycéen.ne.s des autres langues. D’ailleurs, dans de  nombreux cursus, notamment les BTS et DUT, une seule langue est possible. Ce sera l’anglais, point barre.

Et même pour enseigner dans les établissements français de l’étranger...

On pourrait penser qu’il s’agit là d’un évènement ponctuel. Mais un autre texte est paru qui va dans le même sens. Un arrêté du 4 février 2020 du ministère de l’éducation nationale a créé un examen nommé « Certificat d’aptitude à participer à l’enseignement français à l’étranger » (CAPEFE). Ce certificat est délivré par les INSPÉ comme complément à un master d’enseignement ou apparenté. Il sera désormais exigé pour obtenir un poste (voire un stage) dans un des établissements concernés. Or parmi les épreuves, on trouve : « Faire valoir un niveau au moins B2 du cadre européen commun de référence pour les langues en anglais. Maitriser le cas échéant une autre langue étrangère au niveau B2 du cadre européen commun de référence pour les langues ». Pour aller enseigner en français dans un des 522 établissements français et dans 139 pays du monde, y compris les plus francophones et les moins anglophones où se trouvent un bon tiers de ces établissements, il faut avoir validé un bon niveau d’anglais....

Un moyen de transférer des financements publics vers des entreprises privées étrangères

Cette certification en anglais a été chiffré à 3,1 M€ pour 38 000 étudiants à la rentrée 2020 et prévoit une généralisation à l’ensemble des 400 000 étudiants du pays à la rentrée 2022. Ce dispositif représentera donc à partir de la rentrée 2022 une facture annuelle de plus de 32 millions d’euros. Dans un premier temps, le ministère prendra ces couts à sa charge (inscrits dans la loi de finance 2020 pour les universités) mais rien ne dit qu’il ne les transfèrera pas ensuite sur les établissements sans abonder leurs dotations pour autant.

On peut s’interroger sur les motivations de cette dépense importante, surtout dans une période d’augmentation du déficit de l’État, lequel prétend par ailleurs vouloir augmenter son financement des universités via sa loi sur la recherche.

Cette certification en anglais a été présentée par le premier ministre dans son discours à Croix le 23 février 2018 : « À terme, chaque étudiant (...), au plus tard en fin de licence, aura passé un test de type Cambridge, IELTS, financé par l’État, et qui donnera donc un niveau reconnu partout à l’étranger » (IELTS = International English Language Testing System ; in FrenchSystème d'évaluation en langue anglaise internationale ; par Cambridge il faut sans doute entendre le BULATS (Business Language Testing Service) devenu LINGUASKILL, délivré par l’université de Cambridge, qui a développé un véritable business de certification en anglais. Les textes officiels précisent bien qu’il doit s’agir d’une évaluation externe. Le terme est flou, externe à quoi ? à l’établissement ? Si l’on en croit les exemples donnés par le premier ministre, les organismes visés sont bien des organismes hors service public, étrangers en l’occurrence et donc payants. L’IELTS est ainsi géré par l'université de Cambridge, le British Council et IDP Education Australia. Le TOEFL® et le TOEIC® sont des marques déposées par l’université de Princeton aux États-Unis. Le ministère a lancé le 15 janvier un appel d’offre[1] clos le 14 février (avant publication de l’arrêté !) et c’est lui, et non chaque université, qui désignera l’entreprise retenue.

Concrètement, il s’agit donc bien de rendre obligatoire le fait de payer des frais d’inscriptions à des organismes privés étrangers, et ceci d’autant plus qu’aucun niveau de réussite n’est exigé des candidat.e.s : « La justification de la présentation à cette certification conditionne la délivrance du diplôme » ! D’ailleurs les premiers visés sont celles et ceux qui n’en ont pas besoin, puisque suivant une licence de... langue. Pas toujours d’anglais ou incluant de l’anglais, en effet, mais souvent. On va donc avoir des titulaires (potentiels, du coup) d’une licence d’anglais d’une université française devoir passer un test d’anglais externe pour obtenir leur licence. Avec une terrible réduction de l’anglais à n’être qu’une langue instrumentale internationale, le tristement célèbre globish. C’est, en même temps, l’aveu par le gouvernement d’une terrible défiance envers la qualité des formations en langues données dans les universités françaises.

Dans tous les cas, les résultats certifiés par ces tests sont valables deux ans, ce qui fait qu’ils ne seront plus valides quand les étudiant.e.s obtiendront leur master (auxquels s’inscrivent une grande partie des titulaires d’une licence y compris obtenue après un DUT). Ils et elles quitteront donc l’enseignement supérieur sans certification en anglais ou devront la repasser (à leurs frais ?).

Bref, ce dispositif n’a à peu près aucune intérêt éducatif. Mais il permet aussi de faire gagner de l’argent dans le privé et dans certains milieux d’affaires internationaux (comprenez « anglophones »).

L’éducation supérieure réduite à une école de commerce

On peut par conséquent douter que la réflexion qui a conduit à ces décisions soit fondée sur des considérations effectivement éducatives, si réflexion il y a. Car, au-delà des arguments développés ci-dessus, d’autres ont été développés par les universités françaises ou par des associations de professionnel.le.s spécialistes qui ont protesté et demandé aux deux ministères concernés d’abandonner ces « réformes ». À commencer par la fiabilité toute relative et souvent critiquée de ces tests standardisés, à la fois simplistes et piégeux, et des inconnu.e.s qui « évaluent » les candidat.e.s. Les universités françaises de service public ont bâti un « Certificat de compétences en langues pour l’enseignement supérieur » (CLES), disponible dans neuf langues, et on ne voit vraiment pas pourquoi le CLES serait moins fiable que les certifications étrangères privées. Mais le ministère a fait savoir, dans une lettre du 17 février adressée à une association, que le CLES ne sera pas accepté au titre de cette certification.

Mais de tout cela, le gouvernement actuel s’en fiche éperdument. Il l’ignore même peut-être, comme il ignore qu’il y a trois principales langues internationales largement répandues dans le monde et pas seulement l’anglais : dans l’ordre anglais, français, espagnol. Puis viennent l’allemand, le russe..., le portugais...[2] Il ignore également les atouts du tri- ou plurilinguisme ciblé sur des cas précis et des besoins précis. A quoi sert un examen en anglais pour aller enseigner dans un lycée français d’un des 43 autres états où le français est langue officielle et où l’anglais est marginal ? En quoi rater cet examen devrait empêcher l’exercice de cette mission ? C’est absurde, c’est idiot, c’est même destructeur.

Il faut dire que notre gouvernement et ses cabinets sont surtout issus de la finance internationale où, en effet, un certain anglais sert de langue de communication (au mieux), de transaction (surtout). C’est à travers ce filtre qui instrumentalise l’éducation en général et l’éducation aux langues en particulier qu’on y voit les langues. Les textes publiés disent bien, du reste, que la certification présentée par les étudiant.e.s doit être « externe » ainsi que « reconnue au niveau international et par le monde socio-économique » (« monde socio-économique » = monde l’entreprise).

Et comme ils sont toujours surs d’avoir raison, ils ne consultent jamais les professionnels de terrain (les universités ont découvert ce texte bien après sa publication) et, de toute façon, ne les écoutent pas : aucun des avis (avis négatif du CNESER à la quasi unanimité et du réseau des VP CFVU des universités), aucune des lettres, déclarations, motions, propositions adressées aux ministères concernées n’a été pris en compte[3].

 PS1: des associations ont annoncé déposer des recours en justice administrative pour faire annuler l'arrêté et le décret.

 PS2: Liens vers les 3 textes officiels

[1] https://centraledesmarches.com/marches-publics/Paris-Ministere-de-l-education-nationale-Mise-en-oeuvre-et-delivrance-d-une-certification-en-anglais-pour-des-etudiants/5135755

[2] http://www.wikilf.culture.fr/barometre2017/index.php

[3] Par exemple : https://www.aplv-languesmodernes.org/spip.php?article8086, http://www.adeb-asso.org/certifications-en-anglais-prise-de-position-de-ladeb/, https://www.aeciut.fr/wp-content/uploads/2020/04/lettre-ouverte-premier-ministre-cles-24.01.2019.pdf,https://www.snesup.fr/rubrique/certification, http://www.sauvonsluniversite.fr/spip.php?article8704 ...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Algériens sans papiers : la France ne peut plus les expulser mais continue de les enfermer
Dans un courriel confidentiel, le ministère de l’intérieur reconnaît l’impossibilité, à la suite des tensions diplomatiques entre Paris et Alger, d’éloigner les Algériennes et les Algériens sans papiers. Et pourtant : leur enfermement en centres de rétention se poursuit. Une situation « absurde » dénoncent associations et avocats.  
par Yasmine Sellami et Rémi Yang
Journal — Extrême droite
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi
Journal
La réplique implacable de Laurent Joly aux « falsifications » sur Vichy
En amont du procès en appel ce jeudi du candidat d’extrême droite pour contestation de crime contre l’humanité, l’historien Laurent Joly a publié un livre dévastateur. Il pointe ses mensonges sur le régime de Vichy, et analyse les raisons politiques de cette banalisation des crimes de l’époque.
par Fabien Escalona
Journal
Le parti républicain poursuit son offensive contre le système électoral
Un an après l’investiture de Joe Biden, le 20 janvier 2021, ses adversaires cherchent à faire pencher les prochaines élections en leur faveur en modifiant, avec une ingéniosité machiavélique, les rouages des scrutins. En ligne de mire, le vote de mi-mandat de novembre, grâce auquel une grande partie du Congrès sera renouvelée.
par Alexis Buisson

La sélection du Club

Billet de blog
On a mis Molière dans un atlas !
Un auteur de théâtre dans un atlas ? Certes, Molière est génial. Parce qu'il n'a laissé quasiment aucune correspondance, un trio éditorial imagine comment Jean-Baptiste Poquelin a enfanté "Molière" dans un atlas aussi génial que son objet. (Par Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Molière porte des oripeaux « arabes »
Le 15 janvier 2022, Molière aurait eu 400 ans. Ce grand auteur a conquis le monde, a été traduit et adapté partout. Molière n'est désormais plus français, dans les pays arabes, les auteurs de théâtre en ont fait leur "frère", il est joué partout. Une lecture
par Ahmed Chenikii
Billet de blog
Molière et François Morel m’ont fait pleurer
En novembre 2012, François Morel et ses camarades de scène jouaient Le Bourgeois gentilhomme de Molière au théâtre Odyssud de Blagnac, près de Toulouse. Et j’ai pleuré – à chaudes larmes même.
par Alexandra Sippel
Billet de blog
Quoi de neuf ? Molière, insurpassable ! (1/2)
400e anniversaire de la naissance de Molière. La vie sociale est un jeu et il faut prendre le parti d’en rire. « Châtier les mœurs par le rire ». La comédie d’intrigue repose forcément sur le conflit entre la norme et l’aberration, la mesure et la démesure (pas de comique sans exagération), il reste problématique de lire une idéologie précise dans le rire du dramaturge le plus joué dans le monde.
par Ph. Pichon