Philippe Blanchet

Professeur de sociolinguistique et didactique des langues, département Communication, université Rennes 2. Membre de la Ligue des Droits de l'Homme et du conseil d'orientation de la Fondation Copernic

Rennes / Marseille / Alger - Bretagne / Provence / Algérie

Sa biographie
Né à Marseille en 1961. Résidant en Bretagne depuis 35 ans. Enseignant-chercheur à l'université Rennes 2, spécialiste du plurilinguisme et l'interculturel dans le monde francophone. Ecrivain en langue provençale. Page perso: http://perso.univ-rennes2.fr/philippe.blanchet
Son blog
59 abonnés Le blog de Philippe Blanchet
Ses éditions
Voir tous
  • Les personnels de Rennes 2 dénoncent les violences policières sur leurs étudiant·e·s

    Par
    Lors de la traditionnelle manifestation du 1er mai qui a eu lieu à Rennes hier, les étudiants et étudiantes de l’université Rennes 2 ont été par deux fois victimes de violences policières délibérées. L’intervention arbitraire et violente de la police et de la gendarmerie, sans aucune raison avérée, aucune proportionnalité ni aucun discernement, est totalement inadmissible.
  • Protestation dans les universités: la surdité du pouvoir mène à l'impasse

    Par
    Le Président de la République a réduit le mouvement de contestation dans les universités à l'action d'«agitateurs professionnels» (interview TF1 12 avril) et la Ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche s'appuie sur la «légitimité démocratique» de la Loi ORE (interview France Culture 13 avril) pour refuser de modifier Parcoursup.
  • Idéologique, injuste, infaisable: Parcoursup, largement refusé, va-t-il imploser?

    Par
    La plateforme « Parcoursup » d'admission à l'Université fait l’objet de fortes critiques. Au moment où les demandes sont transmises aux universités pour réponse sous 6 semaines, de nombreux universitaires, départements, UFR et même universités entières refusent de le mettre en œuvre, soutenus par la plupart des syndicats du secondaire et du supérieur. Pourquoi ? Et si « Parcoursup » implosait?
  • Que l’Académie tienne sa langue, pas la nôtre!

    Par
    Le débat fait rage à propos de l’écriture dite "inclusive". Une mesure d’égalité, qui applique des recommandations officielles contredites par une circulaire du Premier Ministre suite à une déclaration de l'Académie Française qui y voit un « péril mortel » pour la langue. 77 linguistes francophones ont décidé de riposter pour dénoncer l’incompétence et l’anachronisme.
  • Un « ñ » breton ou espagnol menace l’unité française

    Par
    La « justice » vient de confirmer l’interdiction d’inscrire à l’état civil le prénom breton Fañch à cause de son « ñ » dit « tildé ». Cette affaire fait découvrir une circulaire de 2014 qui pose aussi des problèmes graves aux personnes d’origine étrangère. Un jugement entre idéologie, préjugés et ignorance.
Voir tous