mot de passe oublié
11 euros par mois

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et découvrez notre application mobile disponible sur Android et iOS.

Je m'abonne
Le Club de Mediapart sam. 28 mai 2016 28/5/2016 Édition du matin

Séries télé et critique des médias

Compliquer notre lecture critique des médias à travers les séries télé : un petit livre de synthèse d'un professeur en sciences de la communication, Jean-Pierre Esquenazi, et un texte abordant la réception de la série américaine Ally McBeal sous l'angle des individualités contemporaines...

Compliquer notre lecture critique des médias à travers les séries télé : un petit livre de synthèse d'un professeur en sciences de la communication, Jean-Pierre Esquenazi, et un texte abordant la réception de la série américaine Ally McBeal sous l'angle des individualités contemporaines...

 

1) Á propos d'un livre de Jean-Pierre Esquenazi

 

 

Mythologie des séries télé

Jean-Pierre Esquenazi

Le Cavalier bleu (http://www.lecavalierbleu.com/f/index.php?sp=liv&livre_id=236)

96 pages

14,50 euros

 

 

Jean-Pierre Esquenazi, chercheur en sciences de la communication, nous invite opportunément à réévaluer les séries télévisées, et en particulier les séries américaines (de Star Trek et Columbo aux plus récentes Ally McBeal, Urgences, Les Sopranos, Sex and the City, Desperate Housewives...). Il interroge leur double caractéristique de « produits commerciaux » et d'« objets culturels ». Ce qui préserve des marges d'autonomie créatrice et critique.

 

En prendre la mesure suppose de rompre avec un certain mépris élitiste : « Ainsi n'avons-nous jamais su nous défaire d'une conception aristocratique de la culture et sommes restés prisonniers d'une peur instinctive vis-à-vis du peuple, non en tant qu'acteur politique, mais en tant qu'acteur culturel ». Il s'adosse à une enquête auprès d'amateurs de séries, repérant de véritables « petites communautés de téléspectateurs », susceptibles de s'élargir à des cercles plus grands de sociabilité autour de telle ou telle série ; l'intime se nouant à des embryons de collectif.

 

Cette approche nous incite à complexifier notre critique des médias : 1) en identifiant des zones de contradictions et de jeu au sein des « industries culturelles » capitalistes reconduisant largement, par ailleurs, les stéréotypes dominants, et surtout 2) en récusant la vision misérabiliste d'une masse de téléspectateurs supposés totalement « aliénés », et donc en intégrant davantage leurs capacités critiques et leur activité imaginaire, points d'appui potentiels d'une politisation anticapitaliste.

 

Tordant quelque peu le bâton dans l'autre sens, Esquenazi tend toutefois à sous-évaluer les contraintes socio-économiques et idéologiques sur la production des séries.

 

* Paru dans Tout est à nous ! (hebdomadaire du NPA), n°48, 25 mars 2010

 

 

2) « L'individu est-il soluble dans le marché ? De Marx à Ally McBeal », par Philippe Corcuff

 

Texte d'une conférence présentée dans le cadre de l'Université Populaire Montpellier Méditerranée, le 14 mai 2007, disponible sur le site de La Brèche numérique (cliquer) ; il s'appuie notamment sur une étude de réception de la série télé Ally McBeal parmi des téléspectatrices et des téléspectateurs français.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Interroger cette culture là, une nécessité ! Ce qui n'empêche pas d'en "consommer" aussi avec plaisir. Et oui, nous (certains d'entre nous seulement ?) sommes peut-être doubles.

 

J'ai décroché de Desperate, mais seulement après plusieurs saisons, à cause de l'habitude prise, ou d'un certain humour, je ne sais pas.

J'ai aimé Les Sopranos, et bien d'autres, dont surtout Twin Peaks et Six Feet Under. J'ai découvert House grâce à Pointvirgule sur le club Mediapart. Et je sais qu'il me reste The Wire pour quand je voudrai.

(Mais d'abord, la fin de Lost...)

 

Ces séries ne m'empêchent pas de penser, au contraire, la plupart du temps, j'y trouve quelque chose "en plus" du moment de distraction. Elles me sont aussi nécessaires que de bons bouquins de SF par exemple (dans le désordre, Ursula Le Guin, Connie Willis, Christopher Priest).

Les individus, et les collectifs ou les systèmes dans lesquels ils sont pris et dans lesquels ils jouent.

Construisez l'indépendance de Mediapart

onze euros par mois

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et découvrez notre nouvelle application mobile.
Je m'abonne

L'auteur

Philippe Corcuff

Enseignant-chercheur, engagé dans les gauches radicales, libertaires et altermondialistes
Nîmes - France

Le blog

suivi par 632 abonnés

Quand l'hippopotame s'emmêle...