Didier Motchane vivant

Quelques-unes des interventions et messages présentés hier jeudi 2 novembre 2017 lors de l’hommage public rendu à Didier Motchane (17 septembre 1931-29 octobre 2017) à la mairie de Montreuil : Régis Debray, Didier Leschi, Jocelyn Benoist, Sophie Wahnich et moi-même.

Didier Motchane a été un des cofondateurs en 1966 (avec Jean-Pierre Chevènement et quelques autres) du CERES (Centre d'études, de recherches et d'éducation socialiste, transformé en Socialisme et République en 1986). Il fut un des principaux artisans du congrès d’Epinay, qui a vu la refondation du Parti socialiste en juin 1971, ainsi que de la stratégie d’Union de la gauche, débouchant sur la signature du programme commun de gouvernement en 1972. Il a quitté le PS en 1993 pour participer à la création du Mouvement des citoyens (MDC). Il a été aussi et surtout un intellectuel exigeant en politique. Il a épousé la cinéaste Dominique Cabrera en janvier 2006.

 

clefs-pour-le-socialisme-portrait-motchane

 

Quelques témoignages lus le jeudi 2 novembre 2017 en mairie de Montreuil

 

Didier Leschi est aujourd’hui préfet. Il a rejoint le PS et le CERES en 1985, venant du trotskysme. Il intègre le secrétariat national de Socialisme et République, comme responsable du secteur Jeunes, après le mouvement étudiant de novembre-décembre 1986, dont il a été un animateur à l’Université Paris Nanterre. Son intervention :

 

Des amis et camarades ont souhaité faire part à tous du regret de ne pouvoir être avec nous dans ce moment de deuil et de fraternité.

Régis Debray a envoyé le message suivant qu’il m’a demandé de vous lire :

Ne pouvant être à vos côtés, permettez-moi de saluer en quelques mots plus qu’un vieil ami : l’un de ces hommes d’engagement qui n’ont jamais sacrifié leurs convictions à leur carrière, et qui ne sont pas légion. Historien du présent, d’autant plus remarquable que réfractaire à l’air du temps, et à ce titre bon perceur de baudruches, son ironie lucide et son art du mot juste se sont toujours évité les facilités du désespoir ou du haussement d’épaule. Avec lui, l’action et la pensée marchaient main dans la main, et cette exigence morale autant qu’intellectuelle restera pour tous ses camarades un exemple d’intégrité. On s’efforcera, cher Didier, de ne pas l’oublier

Régis Debray

 

Je voudrais ajouter quelques mots qui rejoindront la pensée de beaucoup. Didier était à mes yeux le frère bohème de Jean-Pierre Chevènement, un mélange de Rimbaud et Stendhal.

Il était généreux et affectueux. J’ai beaucoup bénéficié de sa générosité et de son affection, de ses invitations au restaurant qui se transformaient en cours politique sur l’état du monde. Il aura joué un rôle fondamental dans mon évolution politique en polissant mon trotskysme originel avec sa pensée faite de rigueur et d’originalité, ouverte sur le monde curieuse de tout. J’admirais son érudition, sa connaissance de l’histoire du mouvement ouvrier, du marxisme, du socialisme, de la Révolution française. Didier ne nous entourait pas simplement par les idées, mais aussi par son affection attentionnée dès lors qu’il avait confiance. J’ai pu bénéficier de cette confiance plus peut être que je ne l’aurais imaginé quand j’ai commencé à le connaître. 

Et j’ai toujours vu Didier comme une sorte d’albatros qui refusait la plainte.

L’albatros s’en est allé...

Didier Leschi

 

Didier Leschi est de la même génération que moi (il est né en 1959 et moi en 1960). J’étais de la « dernière génération » du CERES, celle de la fin des années 1970, alors qu’il a rejoint ce courant politique juste un peu avant qu’il ne se transforme en Socialisme et République. Mon intervention :

 

Je suis entré dans la « famille » CERES, lycéen, en septembre 1976. J’ai quitté le MDC (Mouvement des citoyens) en 1994. Cependant, Didier est resté, depuis, un repère et un ami. Il a incarné de manière batailleuse et broussailleuse, exploratrice et joyeuse, impliquée et distanciée, la tension incandescente entre engagement politique et travail intellectuel, qui aujourd’hui se brouille sous le quadruple effet de la technocratisation, du présentisme médiatique, de l’anti-intellectualisme internautique et de l’éloignement académique des chocs de la cité. Didier a fortement contribué, comme après lui Daniel Bensaïd, à mettre cette tension au centre de mon parcours cahoteux. Á la conscience de la grandeur de ceux qui m’ont ainsi aidé à me faire plus humain et moins stupide, s’est ajoutée au fil des ans une lucidité quant au ridicule de ceux comme moi qui apparaissent décalés dans leur époque, dans leur métier intellectuel, dans leur cadre militant.

Didier fait partie des quelques-uns qui m’ont appris que l’effort pour « penser par soi-même » impliquait également de « penser contre soi-même ». M’étant déplacé depuis 1994 vers des rives militantes qu’il aurait qualifiées dans les années 1970 de « gauchistes », je garde chevillé au corps, jusque dans mon engagement anarchiste actuel, une vigilance pragmatique et anti-gauchiste qu’il m’a transmise dans le rapport à l’exigence toujours actuelle de révolution sociale. Je pense tout particulièrement à une phrase de son livre de 1973 Clefs pour le socialisme qui m’accompagne encore de son ironie porteuse de sens politique : « Dans les grandes banlieues de la révolution, l’illusion lyrique n’est séparée de l’illusion comique que par un terrain vague : la confusion politique, la gesticulation idéologique s’y donnent libre cours. »

Philippe Corcuff

 

J’ai ensuite lu les messages de Jocelyn Benoist et de Sophie Wahnich, qui ne pouvaient pas être en France ce 2 novembre.

 

Jocelyn Benoist est professeur de philosophie à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Né en 1968, il est de « la première génération » de Socialisme et République. Son message :

 

Hélas je ne suis pas à Paris jeudi. Je le regrette. La mort de Didier me bouleverse profondément. Il me manque terriblement. Il a été en un sens un père pour moi et le seul qui encore aujourd'hui donne du sens à la politique même si je n'ai jamais trouvé ma propre voie dans l'intériorité / extériorité à elle qu'il avait su inventer. Il était unique et GRAND en effet. Mon amour s'adresse à l'ombre immense de sa bonté.

Jocelyn Benoist

 

C’est un autre fil que la galaxie CERES-Socialisme et République-MDC qui a relié Sophie Wahnich, historienne de la Révolution française et directrice de recherche au CNRS, à Didier Motchane : celui justement de la Révolution française. Elle est d’une génération située entre celle de Jocelyn Benoist et la mienne. Son message :

 

Lorsque j’expliquais au moment du bicentenaire à Didier Leschi que la Révolution française ce n’était pas l’invention d’une république étatiste mais d’un espace continuellement délibératif,  sa première envie a été de me faire rencontrer Didier Motchane. Nous avons diné ensemble mais sans réussir cette fois à nous rencontrer. C’est parfois long une rencontre.

Il aura fallu le mouvement de novembre et décembre 1995 pour rencontrer cette fois Dominique Cabrera. Mais ce n’est pas avec Nadia et les hippopotames que l’histoire continue mais avec Demain et encore demain. Un film sur l’énigme de la vie, de l’amour et de la politique, sur ce qui tisse notre intimité. Nous avons alors discuté tous ensemble de la séquence « gauche plurielle », de ses impasses, des raisons qui faisaient qu’on ne pouvait plus voter, même au seul premier tour, pour un parti aussi décevant. Puis nous avons fait le stage au Moulin d’Andé, un moment heureux sur une journée politique malheureuse de juillet 1791, et dans la conversation qui a égayé un dîner qui venait clore cette séquence estivale, j’ai enfin compris que Didier Motchane non seulement avait entendu mes questions mais m’avait lue et qu’il avait aimé ça, et il faut reconnaître que ce n’est pas rien d’être lue par Didier Motchane.

Didier et Dominique sont venus au lancement de mon dernier livre dans une petite librairie du 11e arrondissement, puis nous avons dîné. Et il  y a peu j’ai reçu un message de Didier qui voulait me dire son plein accord sur ma manière de regarder la Catalogne et une légalité désormais faite pour protéger les puissants. Il avait lu le Libé des historiens et mon petit texte dedans.

Demain ne prendra plus bien sur la même couleur, mais ces moments précieux partagés sont pour chacun comme ces edelweiss, cueillies comme le miracle de la vie qui s’insinue, surgit, éclot et demeure.

Sophie Wahnich

 

Autres hommages sur Mediapart :

 

* « Nos années Motchane », par Michel Delarche, 31 octobre 2017, https://blogs.mediapart.fr/michel-delarche/blog/311017/nos-annees-motchane

 

* « Didier. Le grand Motchane et mes années CERES », par Philippe Corcuff, 31 octobre 2017, https://blogs.mediapart.fr/philippe-corcuff/blog/311017/didier-le-grand-motchane-et-mes-annees-ceres

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.