Philippe Corcuff
Enseignant-chercheur, engagé dans la renaissance d'une gauche d'émancipation, libertaire, cosmopolitique et mélancolique
Abonné·e de Mediapart

311 Billets

1 Éditions

Billet de blog 9 févr. 2014

Eddy Mitchell ou le blues des héros ordinaires

Ayant arrêté la scène en septembre 2011, l’ancien chanteur des Chaussettes noires a toutefois sorti un nouvel album en novembre dernier, "Héros", et va prochainement jouer "Un singe en hiver" au théâtre…

Philippe Corcuff
Enseignant-chercheur, engagé dans la renaissance d'une gauche d'émancipation, libertaire, cosmopolitique et mélancolique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce 35e album studio de Monsieur Eddy (de son vrai nom Claude Moine) rend hommage aux musiciens qui l’accompagnent dans cette nouvelle aventure. Des pointures dans leur partie : le guitariste Steve Cropper (compagnon d'Otis Redding et des Blues Brothers), Charlie McCoy (harmoniciste de Bob Dylan), le clavriériste Booker T Jones (fondateur du groupe de musique soul MG's, qui a notamment accompagne Otis Redding), le guitariste Dean Parks (de Paul Simon à Stevie Wonder)…Eddy a voulu donner à cet album une couleur « country soul », qui une fois de plus touche notre âme, mais pas une âme intemporelle, une âme cahoteuse de plain-pied avec les réalités quotidiennes de nos sociétés. Bref une touche philosophique d’interrogation existentielle, une pointe ironique de critique sociale et beaucoup de compréhension pour les aléas de la vie ordinaire de ses contemporains. Et tout cela sans prétention, dans le style de la chansonnette populaire française métissée de rêves de musique américaine.

« Un hommage à l’homme de la rue »

Avec Mister Mitchell, on retrouve les petits bonheurs des balades mélancoliques à travers les sentiers ordinaires des existences anonymes qui peuplent nos cités.

Un des titres phares de l’album : « Les vrais héros ». Ces « vrais héros » n’ont pas grand-chose à voir avec les super-héros hollywoodiens type Superman ou Spiderman, nous fredonne-t-il. Il a plutôt en tête ce que le sociologue Pierre Sansot a appelé « les gens de peu » (1) :

« Mais les héros

Les vrais héros

D’aujourd’hui ne sont pas machos

Voyagent en bus, en car, en train ou en métro

Prennent sur eux, ils portent « Beau »

Cherchent du boulot »

Il y aurait un héroïsme ordinaire, un héroïsme de l’ordinaire, traversé par nos fragilités quotidiennes. Eddy parle de cette chanson comme « un hommage à l’homme de la rue ».

Eddy Mitchell - Les Vrais Héros © EddyMitchellVEVO

D’Alfred Hitchcock à Léo Ferré

Ces racines dans le quotidien n’empêchent pas le Schmoll de saluer quelques figures extra-ordinaires qui ont alimenté nos poésies ordinaires.

D’abord Hitchcock, avec le « Final cut » d’un cinéphile invétéré :

« La belle Rebecca

A des soupçons sur toi

Et la jolie Marnie

En reste tout Frenzy

Le crime était presque parfait

Grace Kelly s’en échappait

La loi du silence t’a servi

Un grand Alibi »

Pourtant, auto-ironique et modeste, notre tendre rocker reconnaît :

« Mais j’suis pas Hitchcock

J’ai pas le final cut »

Par ailleurs, son épouse, Muriel Moine, a écrit une chanson clin d’œil à l’anar Ferré, « Léo », qu’Eddy fait sien :

« Même si ces mots "des pauvres gens"

Léo, qu’on murmure aux enfants

La peur du froid et de la nuit

Quand on est grand, ça marche aussi »

Encore une fois la vie des humbles…

Entre l’argent-roi et les rêves d’enfance

Ce respect pour les hommes et les femmes du commun a des résonances avec la « common decency » (ou décence ordinaire) mise en avant par l’écrivain britannique George Orwell (2). Cependant nos existences banales sont aussi affectées par la pression et les miroitements de l’argent-roi. Dans « Le goût des larmes », Mister Eddy chante :

« Money, Money,

C’est c’que tu veux, qui détermine ta vie

Raider froid sans cœur

Bandit sans honneur

T’oublies avec ou sans armes

Le goût des larmes »

Désensibilisation marchande qui écrase les rêves d’enfance dans « La cour des grands » de nos vies plus étriquées d’adultes :

« C’est impossible de retrouver

La frêle, la si douce naïveté du passé

Faut faire semblant

Gagner du temps

Pour jouer dans

La cour des grands

La cour des grands »

Troquer « la douce naïveté » pour le jeu des apparences…

Et la politique dans tout ça ?

Explorer avec empathie, sans condescendance, les territoires de la dignité ordinaire, c’est déjà le début d’une politique. Une politique partant de l’ordinaire, au lieu d’essayer de l’instrumentaliser au profit de stratégies électoralistes ou révolutionnaires de conquête du Pouvoir : ce serait pas mal ! C’est pourtant tellement déphasé par rapport aux agendas politiciens que les politiques standard ou alternatives ne disent pas grand-chose en général au Schmoll (3). Et une autre politique, un jour, pourquoi pas ? Il répond ainsi à Didier Varrod (4) :

« Il est certain que le discours des gagneurs, des mecs qui veulent tout faire pour bouffer la laine sur le dos de leur voisin n’incite pas à l’inspiration pour écrire de belles chansons. Pour moi un antihéros est souvent, par définition, un personnage qui ne joue pas des coudes pour faire valoir ses talents. Un héros très discret si vous préférez. (…) Le héros renvoie toujours à la notion de dignité. C’est aussi le Maghrébin soupçonné d‘être une racaille, qui sauve tout à coup un gamin dans une cité.

Est-ce que ces exemples suffisent au point d’être érigés en modèles de la pensée de gauche ? L’antihéros est inspirant parce qu’il est doué de panache. Il n’a pas la beauté, ni le pouvoir, ni la force et il fait de sa vie un roman. Mais attention, il n’est pas mièvre pour autant. Je pense même souvent que ce sont les héros qui le sont davantage, parce qu’ils reflètent une image trop parfaite, trop lisse, excepté lorsque c’est Gary Cooper ou Burt Lancaster qui s’y collent. »

Un politique à la fois si près et si loin de nous…

Á noter aussi dans cet album une belle reprise, en duo avec Nolwenn Leroy, de « La complainte du phoque en Alaska », créé par le groupe québécois Beau Dommage.

Tout Eddy ? Pas encore…la vie ordinaire est davantage constellée de surprises que ne le croient ceux qui la regardent d’en haut…

Notes :

(1) Pierre Sansot : Les gens de peu, PUF, 1992 (réédition collection « Quadrige » en 2009).

(2) Voir notamment Bruce Bégout, De la décence ordinaire. Court essai sur une idée fondamentale de la pensée politique de George Orwell, Allia, 2008 ; extrait du livre disponible sur internet ici.

(3) Il aurait voté Sarkozy aux dernières élections présidentielles (voir « Eddy Mitchell se met à table », entretien avec Emmanuel Marolle, Le Parisien, 21 novembre 2013). Erreur de casting ? Oui à mon avis, mais, dans le brouillard politicien actuel, les problèmes d’orientation sont assez partagés…Qui ne s’est jamais trompé (en tout cas pas moi !!!!!), lui jette la première pierre !

(4) Eddy Mitchell, entretiens avec Didier Varrod, Il faut rentrer maintenant…, La Martinière, 2012, pp.204-205 (réédition en poche Points en 2013).

Post-scriptum : Eddy au théâtre à partir du 27 février dans Un singe en hiver

Eddy Mitchell est aussi un acteur, au cinéma et…au théâtre. Du 27 février au 21 juin 2014, il participera à une adaptation d’Un singe en hiver (le roman d’Antoine Blondin de 1959 et le film d’Henri Verneuil de 1962, dialogué par Michel Audiard, avec Jean Gabin et Jean-Paul Belmondo) au Théâtre de Paris (voir ici les informations).

UN SINGE EN HIVER au Théâtre de Paris © thdeparis

Voir aussi sur ce blog : « Philosophie du Schmoll : Eddy Mitchell et la question du scepticisme dans la société néolibérale », 10 mars 2010.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
#MeToo : Valérie Pécresse veut faire bouger la droite
Mardi, Valérie Pécresse a affiché son soutien aux victimes de violences sexuelles face au journaliste vedette Jean-Jacques Bourdin, visé par une enquête. Un moment marquant qui souligne un engagement de longue date. Mais, pour la suite, son équipe se garde bien de se fixer des règles.
par Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
L’ancien supérieur des Chartreux de Lyon, Georges Babolat, accusé d’agressions sexuelles
Selon les informations de Mediacités, trois femmes ont dénoncé auprès du diocèse de Lyon des attouchements commis selon elles lors de colonies de vacances en Haute-Savoie par le père Babolat, décédé en 2006, figure emblématique du milieu catholique lyonnais.
par Mathieu Périsse (Mediacités Lyon)
Journal — Asie
Clémentine Autain sur les Ouïghours : « S’abstenir n’est pas de la complaisance envers le régime chinois »
Après le choix très critiqué des députés insoumis de s’abstenir sur une résolution reconnaissant le génocide des Ouïghours, la députée Clémentine Autain, qui défendait la ligne des Insoumis à l’Assemblée nationale, s’explique.
par François Bougon et Pauline Graulle
Journal
Sondages de l’Élysée : le tribunal présente la facture
Le tribunal correctionnel de Paris a condamné ce vendredi Claude Guéant à huit mois de prison ferme dans l’affaire des sondages de l’Élysée. Patrick Buisson, Emmanuelle Mignon et Pierre Giacometti écopent de peines de prison avec sursis.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Électricité d'État, non merci !
La tension sur le marché de l’électricité et les dernières mesures prises par l’Etat ravivent un débat sur les choix qui ont orienté le système énergétique français depuis deux décennies. Mais la situation actuelle et l'avenir climatique qui s'annonce exigent plus que la promotion nostalgique de l'opérateur national EDF. Par Philippe Eon, philosophe.
par oskar
Billet de blog
Le nucléaire, l'apprenti sorcier et le contre-pouvoir
Les incidents nucléaires se multiplient et passent sous silence pendant que Macron annonce que le nucléaire en France c'est notre chance, notre modèle historique.
par Jabber
Billet de blog
Fission ou fusion, le nucléaire c’est le trou noir
Nos réacteurs nucléaires sont en train de sombrer dans une dégénérescente vieillesse ; nos EPR s’embourbent dans une piteuse médiocrité et les docteurs Folamour de la fusion, à supposer qu’ils réussissent, précipiteraient l’autodestruction de notre société de consommation par un effet rebond spectaculaire. Une aubaine pour les hommes les plus riches de la planète, un désastre pour les autres.
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Un grand silence
L'association Vivre dans les monts d'Arrée a examiné le dossier présenté par EDF. Nous demandons, comme nous l'avons fait en 2010 et comme nombre de citoyens le font, que soit tenu un débat public national sur le démantèlement des centrales nucléaires : Brennilis, centrale à démanteler au plus vite.
par Evelyne Sedlak