Nouveau Parti Anticapitaliste : actualité du CERES

La constitution du Nouveau Parti Anticapitaliste les 6-8 février 2009 pourrait révéler des analogies, pour une nouvelle gauche radicale, avec ce que fut le congrès d’Epinay pour le PS rénové en 1971 ; le courant CERES incarnant alors le dynamisme d’un «réformisme révolutionnaire»…

La constitution du Nouveau Parti Anticapitaliste les 6-8 février 2009 pourrait révéler des analogies, pour une nouvelle gauche radicale, avec ce que fut le congrès d’Epinay pour le PS rénové en 1971 ; le courant CERES incarnant alors le dynamisme d’un «réformisme révolutionnaire»…

 

**************************************

 

La constitution d’un nouveau parti anticapitaliste (NPA) à l’initiative d’Olivier Besancenot les 6-8 février participe, avec la grave crise financière et écologique du capitalisme, à réorienter l’attention vers l’anticapitalisme. Point de nostalgie d’un passé supposé entièrement glorieux ici (ce serait oublier les épines totalitaires de certains trajets anticapitalistes), mais une mélancolie ouverte sur l’avenir.

 

Le NPA sera le produit d’une diversité de traditions, passées au crible de la critique, métissées entre elles, confrontées à des problèmes renouvelés et enrichies d’expériences neuves. Parmi ces traditions, il y aura les apports du socialisme démocratique. Avec ceux qui, dans le sillage de Jean Jaurès, n’ont pas accepté l’enlisement social-libéral du PS. Car la fatalisation du capitalisme, sous l’expression euphémisée d’«économie de marché» a bien gagné chez les socialistes. Michel Rocard a commencé en octobre 1976 lors d’un colloque de L’expansion devant des patrons : «le système de régulation restera le marché (…) On ne biaise pas avec le marché, sa logique est globale». Son ancien adversaire François Mitterrand lui a emboîté pratiquement le pas en 1983, désarmant la gauche face à la contre-révolution néolibérale. L’ensemble des courants du PS ont fait chorus dans sa nouvelle «Déclaration de principes» de 2008 : «Les socialistes sont partisans d’une économie sociale et écologique de marché».

 

Le PS constitue ma famille politique d’origine. J’ai adhéré au Mouvement de la Jeunesse Socialiste en 1976 et j’ai quitté le PS en 1992. Je n’ai rejoint la LCR qu’en 1999 J’ai milité au sein du CERES (Centre d’Études, de Recherches et d’Éducation Socialistes), créé en 1966 au sein du vieux parti socialiste SFIO par Didier Motchane et Jean-Pierre Chevènement. Ce courant a été au cœur du congrès de la rénovation socialiste en 1971, arrimant à Epinay le PS à une logique de «rupture avec le capitalisme».

 

Le CERES, marxisant et autogestionnaire, s’efforçait de déplacer l’opposition rituelle entre réformes et révolution dans un «réformisme révolutionnaire», inspiré de l’austro-marxiste Otto Bauer ou de l’André Gorz des années 1960. Par rapport à Jaurès, il avait une vue moins graduelle, conscient des ruptures, des affrontements et de la résistance des intérêts dominants, mais dans un cadre démocratique et pluraliste. Il y a une actualité de ce réformisme révolutionnaire, comme une des boutures possibles du NPA, mais à travers un filtre critique.

 

Une des forces du CERES résidait dans sa mobilité stratégique : le degré de proximité des «cultures politiques» n’était pas primordial, mais le pari stratégique sur les effets transformateurs du lancement d’un nouveau parti et d’une dynamique politique dans un contexte spécifique. Aujourd’hui, les circonstances ont changé, d’autres paris ont à être faits pour atteindre des objectifs analogues. Le NPA pourrait constituer une telle opportunité politique, un nouvel Epinay, pour les gauches demeurées anticapitalistes, si on sait saisir ses potentialités par-delà les différences des uns et des autres.

 

Autre piste actuelle : lors de la convention du PS sur l’autogestion en 1975, le CERES a proposé une «seizième thèse», demeurée minoritaire, mettant l’accent sur la nécessaire relation entre «l’action gouvernementale» et «les capacités d’initiative autonome des masses», indispensables pour «l’émergence de nouvelles formes de pouvoir». Car, rappelait-il, «contrôler le gouvernement, ce n’est pas prendre le pouvoir». D’où ce que le CERES avait l’habitude d’appeler «la dialectique du mouvement d’en haut et du mouvement d’en bas». Eu égard à la tendance, pour la gauche gouvernementale post-1981, à être prise par le pouvoir qu’elle avait cru prendre, c’était une précaution fort légitime.

 

Certes, inséré dans un cadre marxiste, le CERES demeurait encore trop insensible à la critique libertaire d’une logique irréductible à celle du Capital, bien qu’en interaction avec elle : la logique de monopolisation du pouvoir politique adossée aux mécanismes modernes de la professionnalisation politique. Trop pris dans une culture étatiste et centraliste - et sur ce point les critiques de «la deuxième gauche» rocardienne portaient juste -, le CERES était aussi peu attentif à la logique expérimentale participant à la créativité pratique des mouvements sociaux, bien avant une victoire électorale, elle-même trop fétichisée : coopératives, économie sociale et solidaire, médias alternatifs, universités populaires, etc. Et puis, sociologiquement, le pôle des énarques du CERES tendait à dominer son pôle de militants syndicalistes et associatifs. Or les technocrates du CERES se sont souvent coulés comme les autres dans les institutions étatiques après 1981.

 

On aurait plutôt besoin aujourd’hui d’une dialectique du mouvement d’en bas et du mouvement d’en haut, intégrant une réserve libertaire à l’égard du pouvoir politique. Cela suppose d’être prudents quant aux conditions d’une participation à une expérience gouvernementale alternative, mais pas de la récuser par principe. Elle pourrait jouer un rôle important, mais pas la fonction principale, dans un processus pluridimensionnel de transformation sociale radicale.

 

En attendant que ces questions se posent pratiquement pour le NPA, la priorité consiste à accumuler des forces préalables et une inventivité propre, dans la stricte indépendance vis-à-vis d’un PS social-libéralisé et de ses dépendances électorales (PCF et Verts), afin de faire émerger un outil inédit et paradoxal : quelque chose comme un parti libertaire.

 

 

Philippe Corcuff

Délégué du Gard au congrès constitutif du NPA

 

 

* Version intégrale d’une «tribune» raccourcie par la rédaction du journal Le Monde et publiée sous le titre «Pour une nouvelle dialectique, libertaire, entre mouvements d’en haut et d’en bas» dans son édition datée du 7 février 2009

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.