Philippe Corcuff
Enseignant-chercheur, engagé dans la renaissance d'une gauche d'émancipation, libertaire, cosmopolitique et mélancolique
Abonné·e de Mediapart

316 Billets

1 Éditions

Billet de blog 10 déc. 2021

Extrême droitisation et gauche : débat d'un libertaire avec des communistes (vidéo)

Un enseignant-chercheur et militant libertaire débat avec des militants communistes à Nîmes sur le confusionnisme, l’extrême droitisation en cours, le péril « postfasciste » et les possibilités de renaissance d’une gauche d’émancipation : la vidéo de la conférence et des discussions inédites qui ont suivie.

Philippe Corcuff
Enseignant-chercheur, engagé dans la renaissance d'une gauche d'émancipation, libertaire, cosmopolitique et mélancolique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

De la confusion des idées à l'extrême droitisation politique

Rencontre-débat organisée par la librairie Diderot et la section de Nîmes du PCF

Animée par Denis Lanoy (PCF Nîmes)

Maison du protestantisme, Nîmes, 4 décembre 2021, 18h-20h

Vidéo de la conférence et du débat (environ 1h40 - débat : à partir de 42 mn 50) sur YouTube

"DE LA CONFUSION DES IDÉES À L'EXTRÊME DROITISATION POLITIQUE" Conférence-Débat, Philippe CORCUFF © Le Cri du Gard

Introduction, plan et conclusion de la conférence

Introduction

Je remercie la librairie Diderot et la section de Nîmes du PCF de cette invitation. Il y a quand même des choses qui changent en positif comme le fait que des communistes invitent un libertaire.

Je vais proposer, en introduction à nos échanges, quelques repères très partiels à propos d’un gros livre de 672 pages, que j’ai mis trois ans et demi à écrire et dont j’ai accumulé les matériaux depuis 2012 et qui est paru en mars 2021 : La grande confusion. Comment l’extrême droite gagne la bataille des idées.

Je date les débuts de l’extrême droitisation des espaces publics et de l’extension des domaines du confusionnisme qui la facilite en France au milieu des années 2000. Je parle d’extrême droitisation des espaces publics, et pas d’extrême droitisation de la société française, qui m’apparaît plus composite et mouvante.

L’investigation dont mon livre est le produit part d’un aveuglement partiel, individuel et collectif, sur la situation et d’un échec militant, également individuel et collectif. Je n’ai pas vu, que dès le milieu des années 2000 (avec notamment le sakozysme comme grand dérégleur des repères idéologiques et politiques) qu’une vague ultraconservatrice se préparait. J’avais trop le nez dans le guidon. Dans le sillage de mon engagement altermondialiste à Attac, sur le plan associatif, et à la Ligue communiste révolutionnaire, sur le plan partisan, ce qui donnera par la suite le Nouveau Parti Anticapitaliste, j’ai cru qu’une nouvelle gauche radicale aller pouvoir rénover centralement la gauche, à la suite de l’affaiblissement des deux principaux pôles de la gauche au XXe siècle, le pôle communiste pour cause de prise de conscience massive des dégâts du stalinisme et le pôle social-démocrate néolibéralisé. Nous avons échoué, parce qu’à la fois nous n’avons pas bien vu ce qui se tramait du « côté obscur de la force » et que nous avons gaspillé les quelques cartes que nous avions en main pour empêcher ce qui tend à nous submerger aujourd’hui. Je pense aussi que la rénovation qui aurait pu être portée par le Front de gauche, puis La France insoumise a été un échec.

Il faut donc voir ce livre comme un travail de recherche et de mise à distance à partir de mes propres aveuglements et mes propres échecs militants, grâce aux outils des sciences sociales et de la philosophie que je tire de mon parcours universitaire. Mon travail ne porte donc aucun surplomb visant à mettre en cause les autres, et pas moi. Je n’ai pas de leçon à donner vu le cours cahoteux de mon itinéraire militant. Mais, grâce à mes ressources universitaires et un rapport autocritique à mon trajet militant, j’essaye de commencer à fournir une cartographie des pièges de la période et une amorce de boussole pour nos temps troublés.

Mon topo initial aura deux temps principaux : 1) je rappellerai les repères cardinaux de ma démarche ; et 2) j’envisagerai (en réponse à une préoccupation des organisateurs) un des terrains seulement de ma recherche : les manichéismes croisés autour de la laïcité et la façon dont cela pose la question de l’universel. Ce sera donc une présentation partielle et schématique.

1) Repères globaux d’une démarche

2) Des manichéismes croisés autour de la laïcité à la question de l’universel

a) Retour sur la loi de 1905

b) Extrême droite et droite : le cas d’Eric Ciotti

c) Natacha Polony et la laïcité surtout contre les musulmans

d) Norman Ajari et la caricature anticoloniale de la laïcité

e) Retour sur l’universel

En guise de conclusion

Je serai bref dans ma conclusion avant débat. Il y a le feu au lac, comme je l’ai écrit récemment dans une tribune parue dans L’Humanité. C’est les notions même de « gauche » et d’« émancipation sociale » qui pourraient être durablement marginalisées, et il n’est plus impossible qu’un candidat « postfasciste » emporte la prochaine élection présidentielle.

Il faut donc prendre conscience des pièges confusionnistes, et ne faire aucune concession aux idées d’extrême droite. Dans mon livre paru en mars, il n’y a aucun locuteur confusionniste appartenant au Parti communiste. C’était un bon signe de résistance. Malheureusement, depuis la parution du livre, il y a eu des concessions confusionnistes de ce côté-là. La participation de Fabien Roussel, aux côté de dirigeants du RN et de Zemmour, à une manifestation ultra-sécuritaire organisée par des syndicats de policiers. L’abstention de députés communistes sur la loi dite sur « le séparatisme », aimantation islamophobe soft du macronisme.

Toutefois, fort heureusement, le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, est un des rares à cultiver une vigilance anticonfusionniste : du rappel de la solidarité internationale des travailleurs face à l’exploitation capitaliste le 27 septembre 2018 dans Le Monde à la désapprobation dans la presse régionale du 22 juin 2021 des ambiguïtés d’Olivier Faure, de Fabien Roussel et de Jean-Luc Mélenchon. Au bord du précipice « postfasciste », il est plus que temps de retrouver une boussole de l’émancipation sociale à gauche.

* Voir aussi "Philippe Corcuff : "Un président post-fasciste n'est plus impossible"", entretien de Philippe Corcuff avec Françoise Verna, La Marseillaise. L'hebdomadaire d'Occitanie, du 3 au 9 décembre 2021 [accès abonnés]

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Inflation : les salariés, éternels dindons de la farce
Avec la poussée inflationniste, les salariés sont sommés d’accepter un recul de leurs revenus réels pour éviter l’emballement des prix. Mais lorsque les prix étaient bas, les salariés devaient accepter la modération salariale au nom de l’emploi. Un jeu de dupes que seules les luttes pourront renverser. 
par Romaric Godin
Journal
Électricité et gaz : les salaires mettent le secteur sous haute tension
Appel à la grève dans le secteur des industries électriques et gazières, le 2 juin prochain, pour réclamer des revalorisations de salaires indexées à l’inflation. Chez RTE, gestionnaire du réseau électrique français, un mouvement social dure depuis déjà depuis treize semaines.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Écologie
Planification écologique : le gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot
Journal
Des livreurs sans papiers accusent Amazon d’avoir fermé les yeux sur leur situation
Employés à Rouen d’octobre 2021 à février 2022, sept travailleurs venus d’Afrique reprochent au géant du numérique d’avoir laissé une entreprise sous-traitante abuser de leur situation, les faisant travailler intensément sans les payer de ce qui leur était dû.
par Dan Israel

La sélection du Club

Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN
Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli
Billet de blog
L’École et ses professeurs à bout de souffle : urgence vitale à l'école
Nous assistons aujourd’hui, dans un silence assourdissant, à une grave crise à l’Ecole. Le nombre des candidats aux concours de l’enseignement s’est effondré : ce qui annonce à court terme une pénurie de professeurs. Cette crise des « vocations », doit nous alerter sur une crise du métier et plus largement sur une crise de l’Ecole.
par Djéhanne GANI