Philippe Corcuff
Enseignant-chercheur, engagé dans la renaissance d'une gauche d'émancipation, libertaire, cosmopolitique et mélancolique
Abonné·e de Mediapart

317 Billets

1 Éditions

Billet de blog 12 août 2016

Philippe Corcuff
Enseignant-chercheur, engagé dans la renaissance d'une gauche d'émancipation, libertaire, cosmopolitique et mélancolique
Abonné·e de Mediapart

Mélancolie de Jason Bourne

Quand le quatrième opus de la série cinématographique Jason Bourne, qui vient de sortir sur nos écrans, nous parle éthique et politique bien mieux que nos politiciens professionnels, même les plus à gauche…

Philippe Corcuff
Enseignant-chercheur, engagé dans la renaissance d'une gauche d'émancipation, libertaire, cosmopolitique et mélancolique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Á Gaspard, seulement 24 jours dans un monde inquiétant et pourtant troué de promesses

Après La mémoire dans la peau (The Bourne Identity) de Doug Liman (2002), La mort dans la peau (The Bourne Supremacy, 2004) et La vengeance dans la peau (The Bourne Ultimatum, 2007), tous deux de Paul Greengrass, Matt Damon rempile dans le rôle de Jason Bourne, ex-agent de la CIA recherché par son ancienne agence, dans Jason Bourne tout simplement, toujours sous la direction de Greengrass. Souffrant d’amnésie, celui qui fut un tueur super-entraîné s’efforce une nouvelle fois de recoller des morceaux éparpillés de son existence. Il le fait avec la mélancolie de celui qui s’est découvert criminel, dédié aux basses œuvres de l’impérialisme américain et que cela dégoûte rétrospectivement. La fibre pourtant encore patriotique, il tente de comprendre comment il a pu devenir une machine à assassiner au service d’intérêts obscurs.

L’Anglais Paul Greengrass est donc encore aux commandes avec une virtuosité étonnante dans la réalisation des scènes d’action. On se souvient de deux de ses films magistraux sur ce plan : Bloody Sunday (2002), à propos de la fusillade sanglante opérée par l’armée britannique en Irlande du Nord au cours d’une manifestation pacifique le dimanche 30 janvier 1972, et Vol 93 (United 93, 2006), quant à l’avion qui n’a pas atteint sa cible le 11 septembre 2001.

© Universal Pictures France

Grains de sable mélancoliques

Plus que dans les trois précédents, Jason Bourne apparaît ici plombé par ce qu’il a fait, vivant en marge et se perdant dans des combats de boxe clandestins. Se racheter est impossible, mieux comprendre peut-être…Car il a encore à savoir et à agir sur les dérèglements internes de la CIA, ses opacités, ses projets mégalos de surveillance généralisée du monde à l’heure d’internet et des réseaux sociaux (portés par le directeur de la CIA joué par Tommy Lee Jones). Davantage marqué par la culpabilité et lucide quant à l’impossibilité de la rédemption, il peut quand même empêcher que le monde ne s’enfonce un peu plus dans le pire. Jason Bourne est un grain de sable dans la machinerie politico-sécuritaire américaine généré par elle. Quand il y a du pouvoir, a souvent rappelé le philosophe Michel Foucault, il y a de la résistance, des résistances. Les univers de la domination ne sont pas homogènes. Ils sont plus composites que ne le croient les critiques qui surévaluent leur compacité et leur prégnance et qui, par là, contribuent à les fataliser un peu plus. Marx déjà pensait le capitalisme à travers des contradictions qui ouvraient des possibilités d’émancipation.

Cependant des contradictions et des grains de sable, ce n’est pas encore l’émancipation. Des points d’appui seulement rouvrant son horizon. Dans ce cadre encore limité, il y a les antihéros solitaires (comme Jason Bourne), figure si prisée par le roman noir et Hollywood, mais aussi des conflits d’intérêts individuels et de carrières qui traversent une institution bureaucratique comme la CIA, particulièrement éclairés dans cet épisode de la série. Les manipulateurs à l’ancienne ne sont d’ailleurs pas moins inquiétants que les jeunes loups aux compétences numériques. Mais leurs conflits ouvrent des espaces à l’action hérétique. Ne sous-estimons pas les divisions de l’adversaire et ne le rendons pas plus fort qu’il n’est !

Jason Bourne et Louise Michel ?

L’action collective, plus directement politique, est également présente, mais à la périphérie. Dans La mort dans la peau, une scène d’action était emmêlée dans une manifestation altermondialiste menée par ATTAC Allemagne sur Alexanderplatz à Berlin. Plus spectaculaire encore, dans Jason Bourne, une course-poursuite se mène à Athènes au moment d’une émeute radicale et anarchiste dans une Grèce écrasée par le néolibéralisme des institutions européennes. Dans le langage cinématographique même de Greengrass, les altermondialistes allemands comme les émeutiers grecs participent à faire dévier les logiques du Léviathan étasunien. Greengrass subvertit ainsi, sans avoir l’air d’y toucher car nous plongeant dans le rythme effréné du thriller, de manière moins frontale que dans Bloody Sunday, l’exclusivité individualiste de la représentation hollywoodienne de la résistance à l’oppression, tout en maintenant la place donnée à la force des fragilités intimes face aux machines de pouvoir. Au passage, il pointe l’hypocrisie des géants actuels des réseaux sociaux, entre proclamations « libertaires » et collaboration pratique à la surveillance globalisée.

Certes, l’émancipation n’est pas encore au rendez-vous, mais le sens éthique de la préservation de son intégrité personnelle par rapport à certaines valeurs comme les mobilisations collectives perturbent sérieusement la mécanique du système. Jason Bourne est là où nous en sommes, pas plus loin : il a notre mélancolie, née des désenchantements (dont les désenchantements vis-à-vis de nous-mêmes, individuellement et collectivement) et des défaites passés, et pourtant il refuse la fatalité de l’inéluctable. Pourquoi lui en demanderait-on plus que ce réalisme critique, en créant de mythologiques « lendemains qui chantent » ne tenant pas compte des déboires d’hier ? Il nous revient de montrer en pratique que nous pouvons faire quelques pas supplémentaires vers une utopie pragmatique et devenir des hybridations de Jason Bourne et de Louise Michel ajustées aux débuts du XXIe siècle…

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Iran : l’hymne à la révolte qui galvanise la jeunesse
À l’heure où les affrontements se font de plus en plus violents, comme à l’université Sharif de Téhéran et qu’une autre jeune fille a été battue à mort, la chanson « Pour », qui raconte simplement les désirs de liberté des manifestants, a recueilli plus de 40 millions de vues en deux jours.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Moyen-Orient
« Les foules iraniennes exigent de séparer le gouvernement de la religion »
Pour le philosophe Anoush Ganjipour, les manifestations en Iran exigent que le pouvoir des mollahs abandonne sa mainmise sur l’espace public. Une telle revendication d’une sécularisation, moderne, procède des injustices commises par la République islamique.
par Antoine Perraud
Journal — Extrême droite
« Le RN veut se distinguer du FN, mais il garde le même fond xénophobe »
Le parti lepéniste s’en tient à un colloque à l’Assemblée nationale pour fêter ses 50 ans. Un anniversaire qui sied mal à la dédiabolisation affichée, quand bien même, rappelle l’historienne Valérie Igounet, ses fondamentaux restent inchangés : « immigration, insécurité, priorité nationale ».
par Christophe Gueugneau
Journal
#MeToo, 5 ans après : notre émission spéciale
Le 5 octobre 2017, un mot-dièse va faire le tour de la planète : #MeToo (« moi aussi »), une expression pour dire haut et fort les violences sexistes et sexuelles. Cinq ans plus tard, les rapports de domination, de pouvoir, ont-ils vraiment changé ?
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Après les élections, vers le post-fascisme
Aujourd'hui, en Italie, l'institutionnalisation du fascisme va porter l'agression raciste et patriarcale à un niveau supérieur. Avec cette combinaison du fascisme et de la technocratie, le gouvernement Meloni ne sera probablement pas simplement un gouvernement Draghi plus raciste. Nous verrons dans quelle mesure les alliances internationales, l'Union européenne et la Présidence de la République pourront limiter et contenir les dégâts. 
par Bruno Montesano
Billet de blog
La grande nostalgie
Les nostalgiques de l'ère fasciste s'en donnent à cœur joie pour ressortir les reliques de l'époque. Dimanche matin à Porta Portese, le plus grand marché aux puces de la capitale, j'ai trouvé un choix impressionnant de memorabilia de l'ère Mussolini.
par D Magada
Billet de blog
L'Italie post-fasciste : en marche vers le passé
La victoire du post-fascisme, déflagration annoncée, menace nos systèmes démocratiques imparfaits et l'Europe qui subit une guerre de conquête et un bouleversement interne avec ces extrêmes-droites qui accèdent au pouvoir. Faut-il attendre les catastrophes pour crier ? La remise en cause de vieux réflexes ne demandent-elles pas une actualisation pour agir sur notre époque sans se renier ?
par Georges-André
Billet de blog
Ouvrir les yeux sur le fascisme qui vient
Un peu partout, « la loi et l’ordre » s’imposent, sous une forme directement inspirée des années 40 comme Italie, ou de façon plus insidieuse, comme chez nous. De L’écofascisme au post-fascisme en passant par l’autoritarisme policier ultra-libéral, c’est cinquante nuances de brun. Et il va falloir commencer à sérieusement s’en inquiéter, si on ne veut pas voir nos gosses grandir au son des bottes.
par Mačko Dràgàn