Philippe Corcuff
Enseignant-chercheur, engagé dans la renaissance d'une gauche d'émancipation, libertaire, cosmopolitique et mélancolique
Abonné·e de Mediapart

317 Billets

1 Éditions

Billet de blog 14 mars 2014

Philippe Corcuff
Enseignant-chercheur, engagé dans la renaissance d'une gauche d'émancipation, libertaire, cosmopolitique et mélancolique
Abonné·e de Mediapart

Sourire aux larmes au ciné : Le sens de l’humour de Marilyne Canto

Aller au ciné pour retrouver le goût mélancolique de l’ordinaire : le premier long métrage de Marilyne Canto, "Le sens de l’humour", nous en donne l’occasion, en nous remémorant des chansons oubliées de Barbara, Maxime Le Forestier et Michel Berger/France Gall...

Philippe Corcuff
Enseignant-chercheur, engagé dans la renaissance d'une gauche d'émancipation, libertaire, cosmopolitique et mélancolique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Elise (Marilyne Canto, actrice et réalisatrice) vit seule à Paris avec son fils Léo (Samson Dajczman) dont le père est mort. Elle entretient des rapports compliqués et erratiques avec Paul (Antoine Chappey), son amant. Le tragique est tapi dans les ombres du quotidien, mais ne paralyse pas le cours de la vie. Le passé, à travers la figure de l’homme disparu, donne certes des tonalités mélancoliques à la vie qui va, pèse sur elle, l’étouffe à certains moments, tout en laissant passer des plages de tendresse et de plaisir, voire de joie.

LE SENS DE L'HUMOUR Bande Annonce (2014) © Bandes Annonce Cinéma

« Le mort saisit le vif ! » écrit Marx dans la préface au premier livre du Capital (1867) : le passé mort s’empare facilement du présent vivant. On pense à une chanson de Barbara, « Attendez que ma joie revienne » (1964), où finalement un nouvel amour semble impossible :

Barbara - Attendez Que Ma Joie Revienne © Beaudry Nicolas

Barbara n’arrive pas à regarder ici sa vie hors du rétroviseur :

« Mais c'est trop tôt pour dire je t'aime,

Trop tôt pour te l'entendre dire.

La voix que j'entends, c'est la sienne.

Ils sont vivants, mes souvenirs.

Pardonne-moi : c'est lui que j'aime.

Le passé ne veut pas mourir. »

Dans Le sens de l’humour, Elise longe à plusieurs reprises ce cheminement nostalgique, mais ne s’y résout pas. Elle hésite entre plusieurs sentiers. Tour à tour angoissée, indécise, féroce, lumineuse… « C’est le sentiment habituel de notre imperfection », écrivait en 1765 à propos de la mélancolie l’Encyclopédie dirigée par d’Alembert et Diderot. La mélancolie du quotidien, dont est tramé le film de Marilyne Canto, explore les multiples imperfections ordinaires qui sont les nôtres, avec le poids des grands malheurs et les percées des petits bonheurs. Cela est filmé avec retenu, sans esbroufe, dans une économie de mots et d’effets, avec des paroles qui écorchent ou qui caressent, des mains qui se cherchent, des regards qui interrogent. La caméra suit au plus près les corps, les déplacements de tous les jours, les incertitudes des situations triviales. Tout à la fois le poids et la légèreté métaphysiques de nos existences fragiles sont replacés au cœur du banal. L’actrice Maryline Canto exprime une diversité de couleurs. Antoine Chappey a la bienveillance du taiseux ouvert à l’inédit. Deux comédiens tout en finesse, sous-utilisés par un cinéma français trop obsédé par les acteurs bankable.

L’enfermement nostalgique dans le passé ne gagnera pas. Le film ouvre des peut-être utopiques dans les failles de l’ordinaire. La mélancolie peut prendre un visage souriant, à la manière d’une chanson de Maxime Le Forestier, « Je veux quitter ce monde heureux » (1978) :

Maxime Le Forestier Je veux quitter ce monde heureux © Fernado medina colìn

« Sourire aux larmes » chante Maxime, accompagné ici par Véronique Sanson, mettant en tension mélancolie et joie, en nous introduisant à la polyphonie du Sens de l’humour.

Un sens de l’humour face au tragique, dans la mélancolie, comme façon de ne pas s’abandonner au désespoir sans pour autant oublier l’expérience de la tristesse. C’est un peu aussi ce que nous chantonne Michel Berger à travers la voix de France Gall dans « Évidemment » (1987) :

France Gall "Evidemment" © Shakura

Le rire est encore possible nous dit Marilyne Canto, mais pas un rire se déployant sur l’oubli :

« Évidemment, évidemment

On rit encore

Pour des bêtises

Comme des enfants

Mais pas comme avant. »

Entre le « on rit encore » et le « pas comme avant » s’insinue la douce musique mélancolique du Sens de l’humour.

Précipitez-vous dans votre salle de cinéma préférée, car très bientôt le film va disparaître de nos écrans. « Loi du marché » oblige !

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal
Le renseignement de sources ouvertes, nouvel art de la guerre d’Ukraine
La collecte et l’analyse des traces numériques laissées par les combats qui font rage en Ukraine peuvent-elles avoir une incidence sur le déroulement du conflit ? La guerre du Golfe avait consacré la toute-puissance de la télévision, celle d’Ukraine confirme l’émergence de l’Open Source Intelligence (OSINT).
par Laurent Geslin
Journal
« Bloc syndical » policier : un mariage scellé par Alliance et béni par Darmanin
Treize syndicats de police ont annoncé leur rapprochement en vue des prochaines élections professionnelles. Mercredi, à la Bourse du travail de Paris, le ministre de l’intérieur s’est félicité de cette union née à l’initiative d’Alliance, une organisation très ancrée à droite.
par Pascale Pascariello
Journal — Terrorisme
Tuerie à la préfecture de police : « J’ai eu l’impression qu’il était possédé par le diable »
Mickaël Harpon se considérait comme frappé par une triple peine : handicapé, agent (administratif et non policier) et musulman. À l’issue d’une nuit folle où il s’imagine dialoguer avec Allah, l’informaticien de la direction du renseignement de la préfecture de police de Paris va tuer quatre collègues.
par Matthieu Suc
Journal — Discriminations
Discrimination des femmes : la Défenseure des droits met un carton rouge à l’Olympique lyonnais
Dans une décision dont Mediacités révèle la teneur, l’autorité indépendante, saisie par une ancienne joueuse, reproche à l’OL de ne pas respecter « les principes fondamentaux de non-discrimination fondés sur le sexe » et « la protection de l’intérêt supérieur des jeunes filles mineures ». Tout le football français est concerné.
par Justin Boche (Mediacités Lyon)

La sélection du Club

Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org
Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85
Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel