Philippe Corcuff
Enseignant-chercheur, engagé dans la renaissance d'une gauche d'émancipation, libertaire, cosmopolitique et mélancolique
Abonné·e de Mediapart

307 Billets

1 Éditions

Billet de blog 22 sept. 2017

Limites et écueils de la tactique populiste de Jean-Luc Mélenchon

La tactique revendiquée comme « populiste » de Jean-Luc Mélenchon, à distinguer du caractère composite de La France insoumise, utilise de vieilles recettes politiciennes, aggravées de risques inquiétants. Entretien.

Philippe Corcuff
Enseignant-chercheur, engagé dans la renaissance d'une gauche d'émancipation, libertaire, cosmopolitique et mélancolique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Le césarisme de Macron ne peut pas tenir, il n’a pas de base sociale ; mon césarisme l’emportera ! »

Jean-Luc Mélenchon, rencontre avec Claude Askolovitch : « Mélenchon, une certaine idée du chaos », L’Obs, n° 2753, du 10 au 16 août 2017

- Entretien de Philippe Corcuff avec Pauline Graule, paru dans Politis, n° 1469, du 14 au 20 septembre 2017 dans le cadre d’un dossier sur « Le populisme peut-il sauver la gauche ? », https://www.politis.fr/editions/1469-le-populisme-peut-il-sauver-la-gauche-34077/ -

Politis : Le populisme, au sens de Laclau et Mouffe, mis en œuvre pendant la présidentielle par Jean-Luc Mélenchon a-t-il le mérite de relancer le débat intellectuel dans la gauche française ?

Philippe Corcuff : Cela redonne de la matière intellectuelle à une gauche qui a peu rediscuté de ses bases théoriques depuis le début des années 1980. C’était pourtant nécessaire après l’enlisement social-libéral du PS à partir de 1983 et la chute du mur de Berlin en 1989. Néanmoins, il me semble que la référence positive au populisme par Mélenchon demeure tactique et aborde peu la question stratégique de fond. On en reste au traditionnel « comment gagner les élections ? ». Mais « occuper » le pouvoir ne signifie pas lancer une dynamique d’émancipation enclenchant une sortie du capitalisme.

La stratégie anticapitaliste a été polarisée, historiquement, entre une voie dite « révolutionnaire », passant par une rupture violente, et une voie dite « réformiste », passant par une méthode parlementaire. Les deux ayant échoué, il pourrait être judicieux d’en explorer d’autres. La tactique populiste de Mélenchon est simplement une façon de repeindre la vieille voie réformiste : le changement social par les élections ! Elle l’adapte à la personnalisation de la Ve république. L’usage des travaux de Laclau et Mouffe contribue à donner de la légitimité intellectuelle à cette recette usée, en ce qu’ils insistent sur le rôle nécessaire du leader dans « la construction du peuple ».

La tactique de Mélenchon repose sur un constat : face à l’urgence climatique et sociale, pas le temps de lancer une réflexion d’ampleur !

Certes, mais cela maintient l’écart classique dans la politique traditionnelle entre l’aspiration à la victoire électorale et l’aspiration à une démocratie radicale. Mélenchon a eu beau dire qu’il partirait une fois que serait mise en place la VIe République, comment croire ce qui ne s’est jamais vu ? En outre, la tonalité populiste de la campagne a appauvri la vision du conflit. Dire qu’il n’existe que deux camps – l’oligarchie et le peuple – constitue une vision binaire et simpliste d’une réalité travaillée par une pluralité de conflits emboîtés : de classe, de genre, postcoloniaux, etc. De même, se concentrer sur les médias et sur les élites politiques en accusant des personnes revient à appauvrir la critique sociale. D’une part, cela sous-entend que, si on « dégage » les personnes, on règle le problème, comme s’il n’y avait pas de structures sociales. D’autre part, cela risque de renforcer l’imaginaire conspirationniste : il y aurait surtout de méchantes personnes qui manipuleraient dans l’ombre. Enfin, cultiver le ressentiment, me semble délétère.

L’apport éthique de la théorie de l’exploitation de Marx, c’est de convertir les frustrations sociales en un positif : la dignité des travailleurs dans la dynamique vers un monde meilleur. Le discours de Mélenchon a pour l’instant du mal à embrayer sur un tel positif. Son populisme a donc au moins deux écueils : il participe à déplacer l’imaginaire de la gauche dans le sens de l’aigreur, voire du conspirationnisme, et il reconduit une logique électoraliste-réformiste qui s’est montrée historiquement peu apte à transformer en profondeur la société.

Ne voyez-vous donc aucun atout à La France insoumise ? Par exemple dans sa tentative de renouer avec les classes populaires…

Je ne réduis pas la France insoumise à la stratégie populiste de ses dirigeants ! La FI est bien plus composite que la ligne portée par Mélenchon. Parmi les quelques 500 000 personnes qui ont cliqué sur le Net pour soutenir le mouvement, on trouve des personnes fort diverses. Concernant les classes populaires, je crois que la FI, pour l’instant, n’a pas remporté son pari. On parle au nom du peuple, mais les paroles populaires sont peu présentes. L’aigreur qui s’est exprimée dans la campagne présidentielle est davantage celle de couches moyennes en mal de reconnaissance sociale. En 2007, Ségolène Royal avait davantage mobilisé les classes populaires et réduit l’abstention et le vote ouvrier pour le FN que ne l’a fait Mélenchon cette fois-ci.

Par ailleurs, il peut tout à fait y avoir, au niveau local, de l’imagination qui se déploie à travers la FI, indépendamment de la stratégie de ses dirigeants. Aux débuts du NPA, on trouvait aussi de l’imagination débordant des cadres, et puis le mouvement s’est essoufflé et embourbé… Ce que l’on voit depuis vingt ans, à gauche, c’est qu’aucun mouvement ne dure vraiment : on ne sait pas encore ce qu’il en sera de la FI.

* Entretien paru sous le titre « La recette de la France Insoumise est usée » [titre de la responsabilité de la rédaction de Politis]

Les pistes brèves présentées dans ce court entretien pour Politis ont bénéficié d’un débat public à Buenos Aires avec deux spécialistes du « populisme » en Argentine et, au-delà, en Amérique latine : le chercheur en science politique Gerardo Aboy Carlés (par ailleurs spécialiste de la théorie politique d’Ernesto Laclau) et l’historienne Mariana Garzón Rogé sur « ¿ Qué es el populismo? Miradas cruzadas Latinoamérica y Europa », table-ronde modérée par le sociologue Gabriel Nardacchione, le 16 août 2017, http://www.alianzafrancesa.org.ar/cultura/debates-y-pensamiento/ciclo-de-dialogos

* Une mise en perspective par rapport à une analyse globale du capitalisme dans une vidéo d’éducation populaire :

Une vision du capitalisme

Philippe Corcuff : une vision du capitalisme [INTERVIEW] © Histoires populaires

Interview d’environ 42 mn, réalisé par Serge Bastidas, Martial Bouilliol et Aurélien Vernet, 8 juin 2017, Paris, dans le cadre de l’émission « Les mutins de comptoir », collectif d’éducation populaire Histoires populaires, http://histoires-populaires.org/interview-de-philippe-corcuff/

Plan de l’entretien vidéo :

Les quatre contradictions du capitalisme

I – La contradiction capital-travail

II – La contradiction capital-nature

III – La contradiction capital-démocratie

IV – La contradiction capital-individualité

Les pistes de résistance

L’enjeu des représentations sociales

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Violences sexuelles

À la Une de Mediapart

Journal — Culture-Idées
David Wengrow : « On semble ne plus avoir d’imagination sur ce que pourraient être les alternatives »
Pendant des milliers d’années, les humains ont expérimenté avec d’infinies variations des formes du pouvoir. Parfois saisonnier, parfois matriarcal, parfois autoritaire et brutal. Mais parfois aussi égalitaire et relativement libre, y compris à grande échelle, décrivent David Graeber et David Wengrow, dans un livre qui fait l’effet d’une bombe. 
par Jade Lindgaard
Journal — International
Soudan : un mois après, le coup d’État n’est pas achevé
En réinstallant le premier ministre dans ses fonctions, les militaires ont réussi à institutionnaliser leur putsch d’octobre. Mais un obstacle se dresse encore devant eux : la population, qui reste fortement mobilisée. Reportage à Khartoum, dans la manifestation du 25 novembre.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — France
De Calais à l’Angleterre, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila
Journal — Culture-Idées
« Les critiques de la chasse sont très liées à la notion de civilisation »
Alors que plusieurs accidents de chasse ont relancé le débat sur cette pratique, l’anthropologue Charles Stépanoff consacre un livre saisissant à ce qui se passe dans les forêts situées à l’orée de nos villes. Entretien.
par Joseph Confavreux