Philippe Corcuff
Enseignant-chercheur, engagé dans la renaissance d'une gauche d'émancipation, libertaire, cosmopolitique et mélancolique
Abonné·e de Mediapart

319 Billets

1 Éditions

Billet de blog 22 oct. 2021

Philippe Corcuff
Enseignant-chercheur, engagé dans la renaissance d'une gauche d'émancipation, libertaire, cosmopolitique et mélancolique
Abonné·e de Mediapart

Natacha Polony ou la zemmourisation aux « mains propres »

La journaliste multicartes Natacha Polony poursuit dangereusement sur la voie d’une zemmourisation light dans un article publié dans l’hebdomadaire « Marianne », dont elle dirige la rédaction, le 15 octobre 2021, rejointe ensuite par le ministre « macroniste » Jean-Baptiste Djebbari…

Philippe Corcuff
Enseignant-chercheur, engagé dans la renaissance d'une gauche d'émancipation, libertaire, cosmopolitique et mélancolique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La bulle médiatico-sondagière actuelle autour de la pré-candidature présidentielle d’Éric Zemmour ne bénéficie pas seulement du fétichisme journalistique vis-à-vis des sondages ou de la zemmourisation hard portée par Valeurs actuelles, CNews ou le FigaroVox, mais aussi d’une zemmourisation light, dont Natacha Polony constitue une des protagonistes.

Bricolages confusionnistes

L’itinéraire politique et professionnel de Polony la prédispose aux bricolages idéologiques confusionnistes, si l’on entend par là l’espace des interférences entre des postures et des discours d’extrême droite, de droite, du centre, de gauche modérée dite « républicaine » et de gauche radicale, et cela dans un contexte de crise du clivage gauche/droite favorisant l’extrême droitisation. En 2001, elle est secrétaire nationale du Mouvement des citoyens initié au départ par Jean-Pierre Chevènement à gauche, puis est engagée dans la campagne présidentielle de 2002 de Chevènement. En 2002-2009, elle est journaliste dans l’hebdomadaire de centre gauche « républicain » Marianne, cofondé en 1997 par Jean-François Kahn, promoteur à l’époque d’un « centrisme révolutionnaire ». En 2009-2011, elle travaille dans le quotidien de droite Le Figaro. En 2018, elle devient directrice de la rédaction de Marianne. Par ailleurs, elle est depuis 2017 chroniqueuse sur France Inter, en y participant aussi à un débat hebdomadaire, et depuis août 2021 elle a son émission sur BFMTV, Polonews. Ce qui ne l’empêche pas de pourfendre régulièrement les médias… depuis une position privilégiée dans les médias. Elle y exprime souvent un hypercriticisme « politiquement incorrect », anti-« élites », mêlant orientations conservatrices et critique des dégâts sociaux du néolibéralisme économique.

Polony contribue donc aujourd’hui à une forme de zemmourisation light qui favorise la dynamique médiatique actuelle autour d’Eric Zemmour. Light, c’est-à-dire légitimant certains thèmes zemmouriens, mais sans ses provocations xénophobes, sexistes et homophobes.

Disqualification de la critique du complotisme

Un récent exemple de cette tendance a consisté dans la participation, comme Éric Zemmour, à la disqualification de la nécessaire critique des théories du complot, qui constituent un tuyau rhétorique important de l’extrême droitisation idéologique en cours. Ainsi dans sa chronique En toute subjectivité du 4 octobre 2021 sur France Inter, intitulée « Une nouvelle commission anti fake news », elle a mis en avant l’usage de l’anticomplotisme comme « anathème contre quiconque pense mal ». S’en prendre à la critique du conspirationnisme est d’ailleurs devenu, bien au-delà de Polony, un lieu commun de discours légitimant indirectement ce dérèglement superficiel de la critique sociale.

Tweet d’Eric Zemmour sur le complotisme (20/07/2021)

https://twitter.com/zemmoureric/status/1418946859087933458

Zemmourisation aux « mains propres » dans Marianne

Elle a été plus loin dans un article paru dans le numéro 1283 de Marianne du 15-21 octobre 2021 : « De quoi le vote Zemmour est-il le non ? », en ouverture d’un dossier consacré à la même question. Elle y rejette d’abord les analyses en termes de « bulle Zemmour » : « Une analyse de l’absorption de la politique par le spectacle serait passionnante et nécessaire, mais, en l’occurrence, réduire à cela le phénomène Zemmour relève du déni. » Quel déni ? Que Zemmour traduirait politiquement des attentes profondes dans la population française : « nombre de Français pensent que la destruction de l’école, l’afflux d’une immigration non intégrée, la désindustrialisation, la perte d’indépendance stratégique, l’abandon de notre place dans le concert des puissances, sont en train de mettre en danger la possibilité même pour la France de se perpétuer en tant que nation » Et les fameuses « élites » mises en cause par Polony, qui en fait pourtant partie (le paradoxe principal de la thématique du « Peuple contre les élites » telle qu’elle est portée par les discours ultraconservateurs et confusionnistes dans les espaces publics aujourd’hui, c’est qu’elle est exprimée par des « élites » médiatiques, politiciennes, intellectuelles ou technocratiques), seraient au cœur de ce déni pour les citoyens attirés par Zemmour et rencontrés par Marianne : « Ils pensent, surtout, et c’est ce qui ressort de leurs témoignages, que les politiques de tout bord ont une fâcheuse tendance à enrober cette réalité dans un langage technocratique ou compassé dans l’unique but de ne pas affronter leurs responsabilités. »

Elle légitime ainsi les thèmes de Zemmour, mais sans les soutenir directement, en gardant les « mains propres » de celle qui présente cela comme une analyse « objective » de la réalité. Elle dit même préférer à la fin de son article une réponse à ces thèmes qui soit « un chemin raisonnable » face à la « logique de chaos ou de fracturation » incarnée par Zemmour, mais en terminant avec un doute sur la possibilité de ce chemin : « Si tant est qu’il existe ». En attendant, il reste la réponse Zemmour…

« Macronisme » et zemmourisation

La légitimation light de thèmes zemmouriens n’est pas que le fait de Polony. Dans un entretien avec Laurence Ferrari sur CNews, le 18 octobre 2021, à propos de Zemmour, où il manie l’ironie critique vis-à-vis du pré-candidat, l’actuel ministre délégué chargé des Transports, Jean-Baptiste Djebbari, explique toutefois, comme une concession soft à la chaîne zemmourisée sur laquelle il parle : « mais c’est intéressant sur le fond…Pour le coup, il pose des débats intellectuels qui sont intéressants ». La boussole politique et la conception des « débats intellectuels » du ministre macronien apparaît pour le moins flottante.

Jean-Baptiste Djebbari : Eric Zemmour "a une politique assez wokiste" © CNEWS

L’ambivalence du macronisme, entre critique de l’extrême droite et aimantation light par des thèmes d’extrême droite, n’est pas nouvelle. J’ai pu monter de manière détaillée dans La grande confusion (Textuel, mars 2021) dans quelle mesure les discours de Macron ont été orientés en ce sens à partir de son intervention du 10 décembre 2018 annonçant « le grand débat national ».

Le danger « postfasciste »

Emballement médiatique, zemmourisation hard ou zemmourisation light : le danger est aujourd’hui alimenté de divers côtés. Et ce qui était improbable il y a encore quelques mois devient possible : la victoire d’un candidat « postfasciste » à l’élection présidentielle en avril prochain. Je parle de « postfascisme » pour appréhender un mélange d’éléments de continuité avec les fascismes historiques des années 20-40 et des formes de « républicanisation ». Ce qu’opère Zemmour c’est la jonction entre la dynamique d’une extrême droite idéologique depuis le milieu des années 2000 - que j’analyse dans La grande confusion -, dont il a été un des principaux piliers, et le terrain de la politique électorale. Or le terreau idéologique « postfasciste » est maintenant bien présent dans les espaces publics en France (médias, champ politique, Internet et réseaux sociaux). Il ne faut pas sous-estimer le danger comme l’ont fait de larges pans de la gauche américaine jusqu’à l’élection de Donald Trump en novembre 2016.

Á lire aussi :

* "Les errances de la critique de l'anticomplotisme : Natacha Polony parmi d'autres", par Philippe Corcuff, site Conspiracy Watch, 18 octobre 2021

* "Éric Zemmour peut-il gagner la présidentielle ?", par Philippe Corcuff, blog Mediapart, 8 octobre 2021

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Comment le gouvernement veut rattraper le retard français
Dans un contexte de risque élevé de tension sur le réseau électrique cet hiver, l’Assemblée nationale examine, à partir du lundi 5 décembre, le projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire en France.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Dans les Cévennes, les femmes promises à la misère obstétricale
Le 20 décembre, la maternité de Ganges suspendra son activité jusqu’à nouvel ordre, faute de médecins en nombre suffisant. Une centaine de femmes enceintes, dont certaines résident à plus de deux heures de la prochaine maternité, se retrouvent sur le carreau.
par Prisca Borrel
Journal
Affaire Sarkozy-Bismuth : les enjeux d’un second procès à hauts risques
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert seront rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez