Philippe Gagnebet
Journal du bord
Abonné·e de Mediapart

303 Billets

1 Éditions

Billet de blog 27 mars 2020

L'Arche de Noé a accosté - 5 -

Hier soir, alors que la nuit avait enveloppé le village et faisait scintiller la marée montante, j'ai humé les embruns et fait ma révérence aux étoiles. D'ici à ce que l'on entende chaque nuit le chant des baleines...

Philippe Gagnebet
Journal du bord
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C'est un peu comme si l'Arche de Noé était rentrée de son long voyage pour venir accoster. Ou alors fallait-il juste re-tendre l'oreille, ouvrir un peu plus nos yeux, débrancher l'ampli qui diffuse les bruits humains du monde. Débarrassés de l'activité humaine qui leur bouffe leurs espaces, les animaux sont de retour, ou alors reprennent-ils juste leurs droits. Les oiseaux, tout d'abord. En ville, merles, mésanges, rouges-gorges, pinsons (plus rares), verdiers ou encore pies et pigeons ramier font leur retour...en fanfare. Même si ils n'avaient jamais disparu. En réalité, ces différentes espèces, qui vivaient massivement à la campagne voilà encore une quinzaine d’années, ont fait souche en ville « à la recherche d’un nouvel habitat, celui des campagnes s’étant dégradé avec l’arrachage des haies et la disparition de trop nombreux insectes », décrypte Guy Bourlès, de la Ligue pour la Protection des Oiseaux. « C’est la période de reproduction. C’est le moment où les mâles chantent le plus pour attirer les femelles, les chants sont encore plus expressifs. » Du coup, l'opération de sciences participatives Oiseaux des jardins, « Confinés mais aux aguets », qui consiste à observer et compter les oiseaux de son quartier pour mieux les protéger, connait un succès fulgurant. Plus de 65 000 Français se sont inscrits entre le 17 et le 22 mars, soit cinq fois plus que d'habitude, le site de la LPO a même atteint son maximum d'inscriptions et a dû interrompre son activité lundi 23 mars.

Ici, en bord d'océan, même cause, mêmes effets. « Avec 80 % de bruit en moins, la nature réapprend à vivre sans nous », me dit Christophe Coïc, directeur de l'association Cistude Nature. Créée en 1995, elle oeuvre à la protection de la nature à travers les programmes de conservation d'espèces, et des actions de protection diverses et variées. Dont notamment son programme « Les sentinelles du climat », centré sur des espèces animales et végétales indicatrices des effets du changement climatique sur la flore et la faune de la Nouvelle Aquitaine. Ainsi, le bouvreuil pivoine, le gros-bec casse noyaux, le merle nicheur, le rouge-gorge ou le gravelot à collier s'en donnent à coeur joie. Un inventaire à la Prévert du peuple de l'air, qui va au moins chanter et danser pendant quatre à six semaines. Il en va de même pour nos amis renards, chevreuils, sangliers, batraciens – eux aussi en pleine période de reproduction – et toute la grande famille des mustélidés : martres, loutres, belettes, fouines et blaireaux sortent de leur activités nocturnes pour enfin revivre en plein jour, beaucoup moins dérangés par l'homme.

Hier, en me baladant au coeur d'une forêt silencieuse, ne le répétez pas aux gendarmes, j'ai cru entendre le langage en morse d'un pic-vert lointain. J'ai pu m'approcher d'un couple d'écureuils qui jouait de branches en branches, et qui semblait me regarder en ricanant « Tiens, un humain, il en reste encore ? » Hier soir, alors que la nuit avait enveloppé le village et faisait scintiller la marée montante, j'ai humé les embruns et fait ma révérence aux étoiles. D'ici à ce que l'on entende, chaque nuit, le chant des baleines...

En Espagne, en tous cas, et c'est bien réel,  ce sont les sangliers, les ours et même les loups qui flânent dans nos villes. Dans plusieurs vidéos postées sur les réseaux, on voit des sangliers descendus des montagnes de Collserola, se promener sur l'Avenida Diagonal ou la Calle Balmes, des quartiers très centraux de Barcelone. Dans un petit village des Asturies, c'est un ours qui déambule dans les rues. Et à Pontedevedra, dans le nord-ouest du pays, c'est bel et bien un loup qui arpente la ville, se permettant même d'emprunter les passages cloutés. Cela peut-il arriver en France ? Pourquoi pas ? Fin janvier, j'avais écrit pour Le Monde un article sur la présence du loup en France et sur l'expansion de son territoire. Si l'on dénombre environ 600 individus actuellement, il ne fait plus aucun doute que Canis lupus lupus se balade sur les côtes atlantiques. Sa présence a été authentifiée à 80 Km au nord de Bordeaux et il se dit que l'an passé, des empreintes avaient été relevées sur les plages de... Lacanau-Océan. Je vais donc faire un peu gaffe à mes escapades nocturnes, même si l' animal n'attaque jamais l'homme. Pour Christophe Coïc, cette période va ouvrir « une nouvelle ère, une nouvelle réflexion sur notre rapport à la nature. Que va-t-il se passer, en tirera-t-on enfin de véritables leçons et prendrons-nous enfin les décisions qui s'imposent ? » Il milite pour la création de grands parcs naturels, immenses, dans chaque régions, qui ne laisseraient aucune place à l'homme, bien loin des « mesurettes » actuelles. « Il faut imaginer les 200 Km de côtes, de dunes et de forêts primaires en Aquitaine avant 1870. C'était l'Amazonie, ici. »

Un parc style Yellowstone en Nouvelle Aquitaine comme cadeau de déconfinement ? Chiche !

A demain, si Covid le veut bien.

* A regarder, les montages photos délirants de Walid Salem, de Rue 89 Bordeaux

Serge Reggiani, "Les loups sont entrés dans Paris" | Archive INA © Ina Chansons

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — Politique
Personnel et notes de frais : les dossiers de la députée macroniste Claire Pitollat
Dix-neuf collaborateurs en cinq ans, des accusations de harcèlement et des dépenses personnelles facturées à l’Assemblée : le mandat de la députée du sud de Marseille, candidate à sa réélection, n’a pas été sans accrocs. Notre partenaire Marsactu a mené l’enquête.
par Jean-Marie Leforestier et Violette Artaud (Marsactu)
Journal
En France, le difficile chemin de l’afroféminisme
Dans les années 2010, le mouvement afroféministe, destiné aux femmes noires, a connu en France un certain engouement. Il a même réussi à imposer certaines notions dans les débats militants, mais il peine à se constituer comme un courant à part entière.
par Christelle Murhula
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey
Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier
Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart
Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine