Philippe Godin
Critique d'art
Abonné·e de Mediapart

10 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 déc. 2021

Gastineau Massamba, la peinture comme acte de résistance

Gastineau Massamba partage le sort de ces êtres humains fuyant les violences politiques, sans aucune sécurité économique ni sociale, se déplaçant et migrant à la recherche de meilleures conditions de vie. C’est la force de sa peinture de pouvoir rendre visible le cri silencieux de ceux que nous côtoyons, et de nous faire « entendre » notre propre surdité à la souffrance d’autrui.

Philippe Godin
Critique d'art
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La galerie Anne de Villepoix présente la première exposition personnelle de Gastineau Massamba  "Mandola..." Pour cet événement, l’artiste revient à la peinture avec un ensemble de tableaux empreints d’une énergie inédite, après avoir longtemps expérimenté les travaux autour de la couture sur toile.

L’usage de l’acrylique et du pastel permet au peintre de retrouver l’énergie susceptible de saisir au plus vif les figures qu’il peint sans dessin préalable. L'artiste fait fi de toute narration et de décoration, il va à l’essentiel et attaque directement le motif sans préparer la toile. En bon dramaturge, il peint au plus profond de la chair. L’importance de la réserve dans cette peinture sur fond noir contribue à isoler les personnages. Un ascétisme qui confère à ses toiles un décorum quasi nul et qui n’est pas sans évoquer le dépouillement du théâtre de Beckett. D’ailleurs ne pourrait-on pas dire qu’il dresse des figures indomptables au moment où elles représentent l’effroi ? L’omniprésence du cri participerait d’une forme d’acte de résistance dont le philosophe Gilles Deleuze attribuait à l’art, la seule fonction édifiante dans un monde privé de transcendance ? N’est-ce pas cette aptitude à « tenir bon » au milieu du monde et des situations les plus inhumaines dont l’artiste témoigne à sa manière.

À propos de sa peinture, Gastineau Massamba confie qu’elle parle de choses qui lui sont très proches. Le peintre partage, depuis qu’il vit en France, le sort de ces êtres humains fuyant les violences politiques, sans aucune sécurité économique ni sociale, se déplaçant et migrant à la recherche de meilleures conditions de vie. C’est la force de cette peinture de pouvoir rendre visible le cri silencieux de ceux que nous côtoyons, et de nous faire « entendre » notre propre surdité à la souffrance d’autrui.

Peinture dont le seul hors-champ est suspendu aux regards terrifiés des personnages qui nous observent, elle offre un face-à-face indécent où le dispositif pictural piège admirablement notre propre regard. L’artiste nous renvoie ainsi l’angoissante image de nous-mêmes, telle une apostrophe aussi acerbe que touchante adressée au public hypocrite.

Si la peinture a toujours été un art du silence, délaissant aux autres muses le pouvoir de dire et de narrer les actions humaines, elle s’est parfois risquée aux limites d’elle-même jusqu’à figurer le cri, excédant tout discours. De Caravage à Goya, de Poussin à Munch, de Bacon à Picasso, c’est sans doute le paradoxe de ce bruit d’un cri déchirant l’image qui a attiré ces grands peintres comme une épreuve ultime à leur art privé de voix.

Poussin en peignant Le Massacre des innocents fut le premier à donner une consistance inouïe à l’existence d’un cri innocent, celui d’un enfant qu’on tue, rompant avec une tradition chrétienne qui représentait le cri pour signifier, le plus souvent, l’expression du châtiment d’un péché.

La sauvagerie silencieuse des toiles de Gastineau Massamban, leur crudité caravagesque et leur déréliction somptueuse les rendent dignes de ces grands peintres qui firent entendre un cri moderne débarrassé des fables religieuses.

Pourtant l’art de Gastineau Massamba n’a rien d’une oraison funèbre. Un subtil mélange d'expressionnisme et de maniérisme traverse cette peinture dont la vitalité permet de concilier l’âprêté thématique à la jubilation de la touche. La peinture est une fête malgré les drames qui peuvent s’y jouer. Contrairement à une tradition picturale qui fait descendre la lumière du ciel, l’éclairage semble provenir des tréfonds de la terre. Lumière d’outre-tombe ? Elle semble monter du sol comme pour mieux témoigner de ce rapport si fécond qui nous lie à la nature.

Né au Congo en 1973, Gastineau Massamba est très tôt initié par son père professeur à l’école des Beaux-Arts de Brazzaville puis poursuit son cursus au centre d’art de la Tsiémé à Talangai dirigé par Rémy Mongo Etsion. Il expérimente de nombreux médiums, performances, sculptures, poésies. A l’instar de ses travaux autour de la couture sur toile qui l’ont fait connaitre internationalement, il revient ici à la peinture et au dessin avec un ensemble de tableaux empreints de l’ambiance intime de son atelier de Montreuil.

Gastineau Massamba 

" Mandola... "

Du 17 Novembre 2021 au 29 Janvier 2022 

Galerie Anne de Villepoix

18 rue du Moulin Joly, 75011, Paris

Du mardi au samedi De 10 h à 18 h

Tel :

+33 (0)1 42 78 32 24

+33 (0)9 80 53 23 4

https://www.annedevillepoix.com

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Politique
À l’approche de « l’élection reine », le vote bousculé
Au fil des scrutins, il semble de plus en plus difficile d’y voir clair dans les comportements électoraux. Deux ouvrages s’attaquent au problème sur des bases simples : comprendre et réhabiliter les absents des urnes et ajouter la loupe des histoires individuelles.
par Mathilde Goanec
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française