Philippe Godin
Critique d'art
Abonné·e de Mediapart

21 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 nov. 2022

Philippe Godin
Critique d'art
Abonné·e de Mediapart

Les terres promises de Leslie Amine

Arriver à ce point d’incandescence, où les coordonnées de notre monde se dissolvent dans une forme d’éblouissement mimant la catastrophe de l’histoire, tel est le pari réussi de Leslie Amine.

Philippe Godin
Critique d'art
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La toile de plus grand format de l’exposition Disparence qui vient de s’ouvrir à la galerie Anne de Villepoix, La muna (195 x 260 cm) s’impose par l’intensité et la tension de sa mise en scène en forme de brasier dont semble s’extraire une petite fille courant le regard effrayé. La peintre parvient à entraîner sa figure dans une catastrophe d’autant plus angoissante qu’elle échappe à toute reconnaissance visuelle évidente.  Est-ce un incendie ? la fin du monde ? un désastre écologique ?  un bombardement ? une tempête de sable ? ou un simple cauchemar ?

Leslie Amine La Muna 2022 acrylique et encre sur toile 195 x 260 cm

La muna ne livre-t-elle pas une image dont la puissance semble faire écho à notre temps de sublime effroi à l’âge de l’anthropocène ? La dissolution généralisée de ses formes n’évoque-t-elle pas l’image de notre monde au bord de sa propre disparition ?

En nous offrant cette dernière toile, l’artiste nous livre, par ailleurs, une allégorie de la vanité de la peinture. Cette Muse n’est-elle pas finalement aussi impuissante que les autres à suspendre le temps ? 

En 1920, un tableau de Paul Klee fut exposé dans une galerie de Munich.  Le philosophie Walter Benjamin écrivit à son propos :

« Il existe un tableau de Klee qui s'intitule Angelus novus. Il représente un ange qui semble avoir dessein de s'éloigner de ce à quoi son regard semble rivé. Ses yeux sont écarquillés, sa bouche ouverte, ses ailes déployées. Tel est l'aspect que doit avoir nécessairement l'ange de l'histoire. Il a le visage tourné vers le passé. Où paraît devant nous une suite d'événements, il ne voit qu'une seule et unique catastrophe, qui ne cesse d'amonceler ruines sur ruines et les jette à ses pieds. Il voudrait bien s'attarder, réveiller les morts et rassembler les vaincus. Mais du paradis souffle une tempête qui s'est prise dans ses ailes, si forte que l'ange ne peut plus les refermer. Cette tempête le pousse incessamment vers l'avenir auquel il tourne le dos, cependant que jusqu'au ciel devant lui s'accumulent les ruines. Cette tempête est ce que nous appelons le progrès ».

Leslie Amine The bond, encre et acrylique sur toile, 146 x 114 cm 2022

Si la peinture de Leslie Amine est empreinte d’un exotisme diffus, avec ses paysages de palmes aux brumes écarlates, ses scènes de palabres insouciantes, et ses flots de végétations tropicales entremêlées à la nonchalance des personnages, elle ne verse jamais dans la figuration pittoresque d’une Afrique de pacotilles. En puisant son inspiration lors de ses voyages au Bénin, à Haïti, ou dans les quartiers de Yaoundé, l’artiste se constitue un corpus photographique qu’elle dépouille de tout emprunt à un imaginaire de carte postale, prenant soin d’évacuer la mièvrerie des images d’Épinal. On ne trouvera donc pas, ici, ce lot convenu de l’imagerie chère aux attractions touristiques, ni même à celle des récits de voyages – survivances lointaines d’un roman colonial ou d’un orientalisme désuet.

Leslie Amine Circulation V 2022 acrylique et encre sur toile 195 x 132 cm

Leslie Amine revendique pleinement l’influence de la vision poétique de Victor Segalen cherchant à promouvoir une sensibilité neuve de l’esthétique du voyage, et la recherche d’un Ailleurs au cœur même de la quotidienneté. En invoquant une « aptitude à sentir le Divers », à contrecourant de l’homogénéisation montante des subjectivités sous le régime de la mondialisation, l’auteur de l’Essai sur l’exotisme invitait, déjà, l’art à aller dans le sens d’une hétérogénéité toujours plus grande des modes de perception. A l’instar de Segalen dépouillant l’exotisme de tous ses clichés : « le palmier et le chameau ; casque de colonial ; peaux noires et soleil jaune et, du même coup se débarrasser de tous ceux qui les employèrent avec une faconde niaise », la peintre met en place un dispositif pictural complexe susceptible de déjouer les images toutes faites. Elle travaille, particulièrement, la transparence et les superpositions des figures dessinées en laissant apparaître, à l’instar des dessins surréalistes, différentes strates d’une image. Chaque toile devient ainsi un espace diffracté et feuilleté venant déjouer la reconnaissance hâtive des formes et des motifs qui la composent.

Uber Eats Deliveroo & autres figures de la précarité d'un monde qui passe

Leslie Amine Livreur I 2022 acrylique et encre sur toile 195 x 132 cm

Et, si les tableaux peuvent se distribuer en séries aisément identifiables par les thématiques abordées : scènes des livreurs de rue, conversations, circulations de personnages, en revanche la multiplicité des plans confère une étrangeté redoutable au caractère profane des sujets proposés. Ainsi, les coursiers Uber Eats et autres Deliveroo deviennent évanescents à l’image de ces nouveaux métiers, symboles de nos économie ubérisées. Ces livreurs, en majorité originaires d’Afrique, ne constituent-ils pas ce nouvel lumpenprolétariat de travailleurs sans droits voués aux conditions de travail les plus précaires parmi les précaires ? Le génie de l’artiste est d’avoir su rendre l’inconsistance de leurs conditions sociales grâce aux seuls moyens de la peinture mieux que les plus fervents discours militants.

Leslie Amine Conversation VIII 2022 acrylique et encre sur toile 195 x 130 cm

Les paroles s'envolent, les peintures restent…

De même la série des conversations qui revisite un thème célèbre de l’histoire de l’art - de la peinture anglaise du XVIIème siècle ou des scènes de la tradition biblique, permet à la peintre d’éprouver la mise en scène plastique du tableau comme espace de la parole, en diluant les figures et leurs rencontres fortuites dans une liquéfaction insouciante et rêveuse. Les paroles s'envolent, les peintures restent…L’artiste ne donne-t-elle pas une consistance troublante à la souveraineté de son art par son pouvoir de conserver les apparences fuyantes du monde ? Deux hommes qui se parlent, une femme qui marche. N’est-ce pas une manière d’illustrer les pages sublimes de Claudel à propos de l’Orage de Rembrandt : « Mais l'orage du poète et du musicien souffre d'une grande infériorité : il passe. L'orage du peintre, lui, ne passe pas. Il est là pour toujours, éternellement contemporain de lui-même. L'artiste à son profit a arrêté le temps » ?

Leslie Amine Cameroonian Crossover II 2022 acrylique et encre sur toile 130 x 162 cm

En s’efforçant de restituer les moments les plus fugaces de l’existence, qui correspondent à cette épiphanie du ravissement poétique devant le spectacle inattendu d’une rencontre ou d’un instant d’errance, l’art de Leslie Amine s’inscrit pleinement dans un phylum esthétique passant notamment par le surréalisme, et le pari d’habiter poétiquement la terre chez Segalen ou Julien Gracq. Si la peintre dans son refus d’aplatir le monde à sa seule réalité matérielle, intègre, les procédés surréalistes de l’image dans l’image en suggérant cette coalescence du réel et de l’imaginaire, elle procède également par condensation, en utilisant des encres, et des acryliques particulièrement liquides. Une manière de tempérer la précision réaliste du dessin, par les aléas de l’encre, et des coulures qu’elle emprunte aussi au peintre Marc Desgrandchamps. Les toiles sont également parsemées d’aspérités lumineuses, et de taches que la peintre retravaille plusieurs fois, révélant ainsi des zones de matière plus ou moins denses. L’artiste opère ainsi une dialectique subtile de la transparence et de l’opacité, du hasard et de la maîtrise, pour mieux suggérer cet entrelacs du rêve et de la réalité.

 Leslie Amine Cameroonian Crossover II 2022 acrylique et encre sur toile 130 x 162 cm

Leslie Amine est née en France en 1981. Elle vit et travaille à Grenoble. Elle est diplômée de l’école régionale des Beaux-arts de Valence en 2004.

Leslie Amine

" Disparence "   

Mercredi 09 Novembre 2022 au Samedi 14 Janvier 2023

Galerie Anne de Villepoix

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
Affaire « Paul Bismuth » : Sarkozy prend ses distances avec les autres prévenus
L’ancien président conteste avoir commis la moindre infraction, malgré des enregistrements diffusés par la cour d’appel de Paris indiquant le contraire. À l’entendre, il n’était « pas passionné de procédure pénale », à l’inverse de Thierry Herzog, son ami avocat, et de l’ex-magistrat Gilbert Azibert.
par Michel Deléan
Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget
Journal
Drones, « exosquelettes » et nouvelles brigades : comment Darmanin va dépenser ses milliards
Les députés ont adopté mardi la version sans doute définitive de la Lopmi, ce texte qui fixe les objectifs et moyens des forces de l’ordre pour les cinq prochaines années. Elle prévoit une augmentation de leur budget de 15 milliards d’euros, dont la moitié sera consacrée à la numérisation de l’ensemble de leurs activités.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Prof harcelée par l’extrême droite : « Maintenant, il faut une protection policière pour réfléchir sur la fraternité ? »
Sophie Djigo, enseignante de philosophie en classe préparatoire à Valenciennes, a été la cible d’une campagne en ligne parce qu’elle organisait une sortie pédagogique dans une association d’aide aux migrants à Calais. Elle demande à l’Éducation nationale de « protéger les collègues ».
par Célia Mebroukine

La sélection du Club

Billet de blog
Jean-Charles Richard et autres héros du jazz
Sur l’album L’Étoffe des Rêves, le saxophoniste Jean-Charles Richard converse avec le pianiste américain de jazz Marc Copland. La vocaliste Claudia Solal et le violoncelliste Vincent Segal les rejoignent. L’entente des deux leaders, le talent apporté par leurs renforts, façonnent un univers harmonique enchanteur. Et délivre, cet automne, un concert réel comme un songe.
par BRUNO PFEIFFER
Billet de blog
L’art nous empêche-t-il de construire un monde meilleur ?
L'art peut-il être un outil politique pour surmonter les crises environnementales et sociales que nos sociétés traversent ? A-t-il vraiment le pouvoir de créer de nouveaux récits pour amener une mutation profonde et nécessaire ? Non. Car dans un monde profondément individualiste, l'art est fondamentalement du côté des forces réactionnaires.
par Sébastien Piquemal
Billet de blog
Avec Francesca Woodman et Vivian Maier, « Traverser l’invisible »
Chacune à sa façon, les deux photographes, comme l'écrit Marion Grébert, « ont mené leur existence en échappant à la moindre possibilité d’être saisies. »
par Jean-Claude Leroy
Billet de blog
Sans couronne se relever
Au cours de sa formation théâtrale, Suzanne de Baecque répond à un travail d’immersion en s’inscrivant au concours de Miss Poitou-Charentes. Avec Raphaëlle Rousseau pour complice, elle narre son expérience à partir des coulisses, observant ses concurrentes, les racontant pour mieux donner naissance à « Tenir debout », docu-fiction entre rire et larmes, premier spectacle magnifique.
par guillaume lasserre