Philippe Godin
Critique d'art
Abonné·e de Mediapart

21 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 nov. 2022

Philippe Godin
Critique d'art
Abonné·e de Mediapart

Les terres promises de Leslie Amine

Arriver à ce point d’incandescence, où les coordonnées de notre monde se dissolvent dans une forme d’éblouissement mimant la catastrophe de l’histoire, tel est le pari réussi de Leslie Amine.

Philippe Godin
Critique d'art
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La toile de plus grand format de l’exposition Disparence qui vient de s’ouvrir à la galerie Anne de Villepoix, La muna (195 x 260 cm) s’impose par l’intensité et la tension de sa mise en scène en forme de brasier dont semble s’extraire une petite fille courant le regard effrayé. La peintre parvient à entraîner sa figure dans une catastrophe d’autant plus angoissante qu’elle échappe à toute reconnaissance visuelle évidente.  Est-ce un incendie ? la fin du monde ? un désastre écologique ?  un bombardement ? une tempête de sable ? ou un simple cauchemar ?

Leslie Amine La Muna 2022 acrylique et encre sur toile 195 x 260 cm

La muna ne livre-t-elle pas une image dont la puissance semble faire écho à notre temps de sublime effroi à l’âge de l’anthropocène ? La dissolution généralisée de ses formes n’évoque-t-elle pas l’image de notre monde au bord de sa propre disparition ?

En nous offrant cette dernière toile, l’artiste nous livre, par ailleurs, une allégorie de la vanité de la peinture. Cette Muse n’est-elle pas finalement aussi impuissante que les autres à suspendre le temps ? 

En 1920, un tableau de Paul Klee fut exposé dans une galerie de Munich.  Le philosophie Walter Benjamin écrivit à son propos :

« Il existe un tableau de Klee qui s'intitule Angelus novus. Il représente un ange qui semble avoir dessein de s'éloigner de ce à quoi son regard semble rivé. Ses yeux sont écarquillés, sa bouche ouverte, ses ailes déployées. Tel est l'aspect que doit avoir nécessairement l'ange de l'histoire. Il a le visage tourné vers le passé. Où paraît devant nous une suite d'événements, il ne voit qu'une seule et unique catastrophe, qui ne cesse d'amonceler ruines sur ruines et les jette à ses pieds. Il voudrait bien s'attarder, réveiller les morts et rassembler les vaincus. Mais du paradis souffle une tempête qui s'est prise dans ses ailes, si forte que l'ange ne peut plus les refermer. Cette tempête le pousse incessamment vers l'avenir auquel il tourne le dos, cependant que jusqu'au ciel devant lui s'accumulent les ruines. Cette tempête est ce que nous appelons le progrès ».

Leslie Amine The bond, encre et acrylique sur toile, 146 x 114 cm 2022

Si la peinture de Leslie Amine est empreinte d’un exotisme diffus, avec ses paysages de palmes aux brumes écarlates, ses scènes de palabres insouciantes, et ses flots de végétations tropicales entremêlées à la nonchalance des personnages, elle ne verse jamais dans la figuration pittoresque d’une Afrique de pacotilles. En puisant son inspiration lors de ses voyages au Bénin, à Haïti, ou dans les quartiers de Yaoundé, l’artiste se constitue un corpus photographique qu’elle dépouille de tout emprunt à un imaginaire de carte postale, prenant soin d’évacuer la mièvrerie des images d’Épinal. On ne trouvera donc pas, ici, ce lot convenu de l’imagerie chère aux attractions touristiques, ni même à celle des récits de voyages – survivances lointaines d’un roman colonial ou d’un orientalisme désuet.

Leslie Amine Circulation V 2022 acrylique et encre sur toile 195 x 132 cm

Leslie Amine revendique pleinement l’influence de la vision poétique de Victor Segalen cherchant à promouvoir une sensibilité neuve de l’esthétique du voyage, et la recherche d’un Ailleurs au cœur même de la quotidienneté. En invoquant une « aptitude à sentir le Divers », à contrecourant de l’homogénéisation montante des subjectivités sous le régime de la mondialisation, l’auteur de l’Essai sur l’exotisme invitait, déjà, l’art à aller dans le sens d’une hétérogénéité toujours plus grande des modes de perception. A l’instar de Segalen dépouillant l’exotisme de tous ses clichés : « le palmier et le chameau ; casque de colonial ; peaux noires et soleil jaune et, du même coup se débarrasser de tous ceux qui les employèrent avec une faconde niaise », la peintre met en place un dispositif pictural complexe susceptible de déjouer les images toutes faites. Elle travaille, particulièrement, la transparence et les superpositions des figures dessinées en laissant apparaître, à l’instar des dessins surréalistes, différentes strates d’une image. Chaque toile devient ainsi un espace diffracté et feuilleté venant déjouer la reconnaissance hâtive des formes et des motifs qui la composent.

Uber Eats Deliveroo & autres figures de la précarité d'un monde qui passe

Leslie Amine Livreur I 2022 acrylique et encre sur toile 195 x 132 cm

Et, si les tableaux peuvent se distribuer en séries aisément identifiables par les thématiques abordées : scènes des livreurs de rue, conversations, circulations de personnages, en revanche la multiplicité des plans confère une étrangeté redoutable au caractère profane des sujets proposés. Ainsi, les coursiers Uber Eats et autres Deliveroo deviennent évanescents à l’image de ces nouveaux métiers, symboles de nos économie ubérisées. Ces livreurs, en majorité originaires d’Afrique, ne constituent-ils pas ce nouvel lumpenprolétariat de travailleurs sans droits voués aux conditions de travail les plus précaires parmi les précaires ? Le génie de l’artiste est d’avoir su rendre l’inconsistance de leurs conditions sociales grâce aux seuls moyens de la peinture mieux que les plus fervents discours militants.

Leslie Amine Conversation VIII 2022 acrylique et encre sur toile 195 x 130 cm

Les paroles s'envolent, les peintures restent…

De même la série des conversations qui revisite un thème célèbre de l’histoire de l’art - de la peinture anglaise du XVIIème siècle ou des scènes de la tradition biblique, permet à la peintre d’éprouver la mise en scène plastique du tableau comme espace de la parole, en diluant les figures et leurs rencontres fortuites dans une liquéfaction insouciante et rêveuse. Les paroles s'envolent, les peintures restent…L’artiste ne donne-t-elle pas une consistance troublante à la souveraineté de son art par son pouvoir de conserver les apparences fuyantes du monde ? Deux hommes qui se parlent, une femme qui marche. N’est-ce pas une manière d’illustrer les pages sublimes de Claudel à propos de l’Orage de Rembrandt : « Mais l'orage du poète et du musicien souffre d'une grande infériorité : il passe. L'orage du peintre, lui, ne passe pas. Il est là pour toujours, éternellement contemporain de lui-même. L'artiste à son profit a arrêté le temps » ?

Leslie Amine Cameroonian Crossover II 2022 acrylique et encre sur toile 130 x 162 cm

En s’efforçant de restituer les moments les plus fugaces de l’existence, qui correspondent à cette épiphanie du ravissement poétique devant le spectacle inattendu d’une rencontre ou d’un instant d’errance, l’art de Leslie Amine s’inscrit pleinement dans un phylum esthétique passant notamment par le surréalisme, et le pari d’habiter poétiquement la terre chez Segalen ou Julien Gracq. Si la peintre dans son refus d’aplatir le monde à sa seule réalité matérielle, intègre, les procédés surréalistes de l’image dans l’image en suggérant cette coalescence du réel et de l’imaginaire, elle procède également par condensation, en utilisant des encres, et des acryliques particulièrement liquides. Une manière de tempérer la précision réaliste du dessin, par les aléas de l’encre, et des coulures qu’elle emprunte aussi au peintre Marc Desgrandchamps. Les toiles sont également parsemées d’aspérités lumineuses, et de taches que la peintre retravaille plusieurs fois, révélant ainsi des zones de matière plus ou moins denses. L’artiste opère ainsi une dialectique subtile de la transparence et de l’opacité, du hasard et de la maîtrise, pour mieux suggérer cet entrelacs du rêve et de la réalité.

 Leslie Amine Cameroonian Crossover II 2022 acrylique et encre sur toile 130 x 162 cm

Leslie Amine est née en France en 1981. Elle vit et travaille à Grenoble. Elle est diplômée de l’école régionale des Beaux-arts de Valence en 2004.

Leslie Amine

" Disparence "   

Mercredi 09 Novembre 2022 au Samedi 14 Janvier 2023

Galerie Anne de Villepoix

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
Faux scoop du « Point » sur Garrido-Corbière : un « accident industriel » écrit d’avance
Alors que l’hebdo avait promis de faire son autocritique en publiant une enquête pour revenir sur ses fausses accusations visant le couple LFI, la direction l’a finalement enterrée. Sur la base de documents internes, Mediapart retrace les coulisses de ce fiasco, prédit deux mois avant par des salariés.
par David Perrotin et Antton Rouget
Journal
Lutte contre l’antisémitisme : angle mort de la gauche ?
Les militants de la gauche antiraciste ont-ils oublié l’antisémitisme ? Un essai questionne le rôle des gauches dans la lutte contre l’antisémitisme et plaide pour la convergence des combats. Débat dans « À l’air libre » entre son autrice, Illana Weizman, un militant antiraciste, Jonas Pardo, et le député insoumis Alexis Corbière.
par À l’air libre
Journal — Parlement
La loi sur les énergies renouvelables est-elle vertueuse ?
Alors que le projet de loi sur le développement de l’éolien et du solaire est en cours d’examen à l’Assemblée nationale, les macronistes savent qu’ils ont besoin de la gauche pour le faire adopter. Mediapart a réuni la députée insoumise Clémence Guetté et le député Renaissance Jean-Marc Zulesi pour éclaircir les points de blocage et les possibilités d’évolution.
par Pauline Graulle et Amélie Poinssot
Journal
Face au mur social, Macron choisit de foncer
Dans un contexte d’inflation record, de conflits sociaux dans les entreprises et d’état alarmant des services publics, le président de la République souhaite réformer les retraites dès le début de l’année 2023. Le climat social gronde mais l’exécutif mise sur une « résignation » de la rue.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Une famille intégrée ou comment s'en débarrasser - Appel OQTF
6 décembre : appel de la décision de l'obligation de quitter le territoire devant le tribunal administratif de Clermont-Ferrand, décision que nous avons déjà chroniquée. Cette famille particulièrement intégrée doit rester ici. Voici quelques vérités fortes apportées par son avocate et un des responsable de RESF63, le jour même d'un « débat » sur la loi immigration à l'Assemblée Nationale !
par Georges-André
Billet de blog
Mineurs isolés à Paris : "C’est le moment d’agir, aidez-nous à quitter cette merde !"
Cela faisait depuis juin 2022 que des mineurs exilés isolés survivaient sous le pont Nelson Mandela, sur la rive droite des quais de Seine de la ville d’Ivry. En six mois, plus de 400 jeunes se sont retrouvés là-bas, faute d’autre solution. Ce matin, ils ont enfin été pris en charge, non sans peines et non sans luttes. Retour sur ces derniers jours de survie et de mobilisation.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Morts en Méditerrannée : plainte devant la CPI contre la violence institutionnelle
La plainte va soulever la question de la responsabilité de l'Italie, Malte, la commission européenne et l'agence Frontex dans le bilan catastrophique de plusieurs dizaines de milliers de noyés en Méditarrannée depuis 2014, au mépris du droit international et des droits humains. Questions sur la violence institutionnelle à rapprocher du projet de loi contre les migrants que dépose l'exécutif.
par Patrick Cahez
Billet de blog
La liberté d’aller et venir entravée pour les habitant⋅es de Mayotte
Le Conseil constitutionnel a jugé conforme à la Constitution les contrôles d’identité systématiques sur l’ensemble du territoire de Mayotte sans limite dans le temps. Il assortit sa décision d’une réserve qui apparait vide de sens : ces contrôles ne peuvent s’effectuer « qu’en se fondant sur des critères excluant […] toute discrimination », alors qu’ils apparaissent par essence discriminatoires.
par association GISTI