Philippe Godin
Critique d'art
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 janv. 2021

Incube de poésie

En publiant Les Chuchoteurs d’Olivier Bringer, les éditions artderien poursuivent leur exploration des chemins de l’expérimentation artistique. Une denrée aussi précieuse que rare en un temps où l’originalité se perd.

Philippe Godin
Critique d'art
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Olivier Bringer

« Je déteste le dessin moins que la poésie mais tout de même il y a de ça l’art me donne la nausée… ». Le premier texte du nouvel opus, Les Chuchoteurs, donne le ton : ce livre d’art qui mêle une trentaine de dessins et 12 poésies inédites est résolument iconoclaste à l’égard d’une certaine vision académique de l’art. À l’image de son auteur personnage inclassable, artiste dans l’âme, génialissime dans sa radicalité, écrivant et dessinant dans une nécessité et une immédiateté absolue, les textes et les dessins fascinent par leur présence, au moment même où ils semblent « représenter » l’horreur, la chute ou le raté. Le travail graphique évoque parfois les personnages lovés des espaces indéterminés et crasseux chers à Roger Ballen. Plus généralement, l’univers esthétique d’Olivier Bringer semble inséparable d’un phylum de références littéraires - Poe, Jarry, Sade…- dont l’artiste a imbibé ses lectures de son écoute passionnée des musiques expérimentales – le tout macéré avec l’efficacité d’un riff des Stooges ou de Captain Beefheart !

 Vous allez m’égorger m’ouvrir le ventre m’énucléer m’émasculer je vous aime tant  

Je suis cet ange odieux

Illustration de couverture, Passage de ces morts dans ce temps rétracté d’Olivier Bringer, Les Chuchoteurs

Admirateur des « fous littéraires » à l’instar d’Isidore Liseux, de James Hogg ou de Gabrielle Wittkop, Olivier Bringer s’entoure des écrits oubliés aux titres étrangement dissonants à nos oreilles aseptisées : De la Démonialité et des animaux incubes et succubesConfession du pécheur justifiéLe nécrophile…N’a-t-on jamais écrit, dessiné que pour résister à une forme d’oppression, fût-elle sanitaire et scientifique ?

Olivier Bringer, l'habitant du coin, à sa façon. © nilonilaz

Dans une époque où l’originalité se perd, Olivier Bringer fait partie de ces têtes à l’envers qui résistent plus que jamais, à la pointe de leurs folies, au lissage des subjectivités. Entre démonologie et sorcellerie, à l’instar d’un Pétrus Borel qui dressait, au début du 19ème siècle, la figure du lycanthrope en un temps où les excentriques, les écervelés, les casse-cous, et les aventuriers de l’esprit semblaient déjà avoir disparu, Olivier Bringer insiste et signe !

Une leçon de résistance aux nouvelles inquisitions qui nous attendent, à découvrir sans modération !

Livre d'art. Série de 30 dessins et 12 textes inédits d’Olivier Bringer

https://editions-artderien.fr/

Double page

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl