La marche des quartiers Nord de Marseille contre la violence et le clientélisme

Samedi 1er juin, à 14h 30, répondant à l'appel du collectif constitué en février dernier après les assassinats de plusieurs jeunes sur fond de trafic de drogue, aux cris de « Marseille ! Marseille debout ! Debout pour tes enfants ! Debout pour tes familles ! Debout pour l'avenir... ! »

DSCF0098.JPG

Pas moins d'un millier de Marseillais des quartiers nord se étaient rassemblés au bas des escaliers de l'esplanade Saint Charles... 
Juchée sur le plateau d'une benne de camion, une oratrice du collectif a remercié pour leurs soutiens « les habitants et leurs associations mais aussi certains syndicats et des élus qui font parti du collectif.... On n'est pas que des victimes, s'est-elle exclamée, on est aussi responsables de l'avenir de nos enfants ! Nos propositions seront entendues au plus haut niveau grâce à une commission, dans laquelle habitants et citoyens seront représentés. Ils feront partie entière de cette organisation que Manuel Valls, le ministre de l'Intérieur, a promis de suivre avec attention lors de sa récente visite à Marseille. »
À la tête du cortège, les manifestants ont déployé deux larges banderoles proclamant : « Contre toutes les violences » et « quartiers populaires, nous sommes des Marseillais, égalité de droits et de traitement pour tous et partout ». Ils se sont dirigés vers la Canebière aux cris de « Magouille – clientélisme – le gavage en n'en veut plus... ! Et la violence, y'en a marre ! Et l'injustice, y'en a marre... Pour nos quartiers, on veut des moyens, on n'est pas des moins que rien ! 1ère, 2e , 3e... génération : nous sommes tous des Marseillais! Non au fric pollueur ! » Dans le défilé, certains élus ont du se sentir visés.
Avant de se quitter, les manifestants ont promis de se retrouver samedi 15 juin au centre social de l'Agora dans le 14e (34 rue Busserine) « pour un bilan, ainsi qu'un échange pour préparer l'avenir »

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.