Philippe LEGER
A travaillé comme journaliste. Retraité.
Abonné·e de Mediapart

42 Billets

4 Éditions

Billet de blog 22 sept. 2009

Lyon : inventive, enjouée, facile à vivre... (2e Partie)

Fête des lumières, Biennales, Gay Pride, les célèbres Nuits de Fourvière... ne semblent pas nuire à la forme de tourisme plus traditionnelle qu'on rencontre à Lyon, axée sur la découverte de son centre historique distingué par l'Unesco en 1998...

Philippe LEGER
A travaillé comme journaliste. Retraité.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Fête des lumières, Biennales, Gay Pride, les célèbres Nuits de Fourvière... ne semblent pas nuire à la forme de tourisme plus traditionnelle qu'on rencontre à Lyon, axée sur la découverte de son centre historique distingué par l'Unesco en 1998...

Sur la colline de « Fourvière » (origine du nom : Forum vetus, le « vieux forum »), on a retrouvé l'emplacement du forum antique et d'un gigantesque temple. Hauteur au fronton : 35 mètres ; le portique qui ceinturait le bâtiment sur les côtés faisait 200 mètres de long ! Un travail... de Romain ! "Ces ouvrages ont été désossés à la Renaissance... la ville a nourri la ville", précise Jacques Lasfargues, Directeur du Pôle Archéologique du Département du Rhône. Mais contrairement à Marseille, très antique métropole phocéenne et aînée des villes françaises qui s'est presque entièrement dévorée pour se reconstruire, la géographie de Lyon a permis que les quartiers s'étendent vers l'Est au cours des siècles, offrant une remarquable continuité physique des centres de chaque époque. "La ville est extraordinairement dotée en lieux de spectacle, poursuit Jacques Lasfargues.... Un théâtre de 11 500 places ; un odéon de 5 000 places ; un amphithéâtre de 20 000 places et un cirque de quelques dizaines de milliers de spectateurs..."
C'est en 177, à Lyon, qu'on assiste au martyr des premiers chrétiens. Selon une épître attribuée à Saint Iréné, c'est dans cette arène qu'après les fouets, les bêtes, le gril, la petite esclave Blandine fut mise dans un filet et livrée à un taureau... "
À l'époque, on n'hésite pas non plus à tremper un homme dans un baquet de miel, à le blesser aux chevilles pour que les ours aient plus de facilité à l'attraper... et le boulotter, ajoute le Directeur du Pôle Archéologique... Les jeux sont donnés en distraction aux responsables gaulois après le Conseil ..." Déjà du tourisme d'affaires, en quelque sorte !
Situé sur la colline de Fourvière, le théâtre romain est toujours en service pour des représentations plus civilisées. Financées par le Département du Rhône, les Nuits de Fourvière présentent chaque année, de juin à août, une programmation pluridisciplinaire, à la fois exigeante et populaire : théâtre, danse, musiques et cinéma. Elles redonnent ainsi vie aux Théâtres gallo-romains de Fourvière qui accueillent ces moments magiques de rencontre entre les artistes et un public nombreux et fidèle.

Patrimoine culturel de l'humanité
Avec la naissance de Lugdunum, débute la construction (et l'accumulation) d'architectures historiques. "Dans le Vieux-Lyon, vous êtes au coeur d'un territoire de près de cinq cent hectares, où la totalité de l'histoire de Lyon s'est déroulé sans interruption pendant 2 000 ans... Durant toute cette période, ce territoire est resté habité, vivant et animé. Le Vieux-Lyon est depuis 1964 le premier secteur sauvegardé de France et l’un des plus vastes ensembles Renaissance d’Europe." (www.Lyon.fr : Site officiel de la ville). Le 5 décembre 1998, Lyon décroche la timbale avec le classement du « territoire » au patrimoine mondial par l’Unesco. Tout le monde prend soudainement conscience que les Lyonnais habitent l'une des plus belles villes du monde. Dès lors, on n'en finit plus de saluer sa renaissance ! Et la « Renaissance »...

Pas pour le vulgaire
Le quartier Saint-Jean est très représentatif de cette époque qui a ancré la capitale rhodanienne dans un demi-millénaire de progrès scientifiques et techniques, et d'humanisme, avec Rabelais comme chef de file. Lyon a sans doute été la première cité à enraciner la France dans la gloire des Arts et des Lettres. Cette ville perpétue la vraie tradition française, multiséculaire, de progrès, d'universalisme et de cosmopolitisme....


La cathédrale Saint-Jean

Construite avec des pierres prélevées sur le temple de Cybèle, les voies romaines et les carrières avoisinantes, la "cathédrale Saint Jean" est un fleuron architectural. Sa construction a pris quatre siècles, à cheval sur le Moyen Age et la Renaissance. Elle domine le quartier médiéval et renaissance du Vieux-Lyon.
"Elle n'est pas d'un style purement roman ou gothique, reconnaît Jean-Paul Hendrickx, un conférencier qui sait communiquer sa passion de la ville et qui préside l'association "Les Passagers de l'Histoire"... elle ne peut donc figurer sur un catalogue consacré aux cathédrales..." Tant mieux !
Accrochée à Fourvière, la cathédrale au style composite fait partie du paysage chrétien lyonnais, de ce Vieux-Lyon distingué par L'Unesco... et des trésors cachés aux "masses". L'église Saint-Jean-Baptiste et Saint-Étienne, désignée plus simplement par le bon peupe de Lyon sous le vocable de "cathédrale Saint-Jean", est la "primatiale" de Lyon, celle du "Primat" des Gaules, titre historique de l'archevêque de Lyon qui consacre sa suprématie sur un territoire qui se confond aujourd'hui avec la France.

"Que n'entre ici âme malivole..."
L'interjection est de François Rabalais, qui vécut longtemps à Lyon où il exerçait comme médecin (à l'Hôtel-Dieu). Il en profitait pour faire imprimer ses ouvrages. On trouve dans le "Gargantua" cette devise fameuse gravée sur un fronton de l'abbaye utopique de Thélème. On est tenté de la reprendre pour la cathédrale Saint Jean qui réserve aux visiteurs avisés, pas "avinés", les trésors qu'elle voile aux esprits superficiels et aux consommateurs de "produits touristiques".

Selon Jean-Paul Hendrickx : "Son évêque s'entourait de savants, des cabalistes juifs, et des savants arabes des universités espagnoles de Tolède, de Cordoue. Il y avait une union de connaissance des trois religions du Livre... Les médaillons sur la façade d'entrée sont un véritable livre d'images, de morale et de méditation... Selon cet érudit, l'éléphant qui porte sur son dos la synagogue et l'église est un symbole de force et de chasteté. On dit que l'éléphant est un animal prude, les prêtres au Moyen Age portaient sur leur chasuble des éléphants brodés..." Sur un autre médaillon, un cavalier chevauche un dromadaire qu'il retient et fait avancer avec un fouet à trois queues. Selon Jean-Paul Hendriks, "la bosse du dromadaire remplie d'eau, représente la Connaissance qu'il faut recevoir pour traverser sans encombre le désert de la vie". 
Vous étiez prévenu(e) : Lyon n'est pas une ville pour les vulgaires ! Qu'ils passent leur chemin... direction tunnel de Fourvière !

 « Le symbole du génie mécanique de l'homme » 
Poursuivons la visite avec Jean-Paul Hendrickx : "La cathédrale a été bâtie en l'honneur de Jean le Baptiste, le patron des ordres de Chevalerie comme ceux des Hospitaliers de l'Ordre de Saint Jean de Jérusalem ou des Chevaliers du Temple... Elle fut un point de passage lors du rapatriement du corps de Louis IX (Saint-Louis), mort de la peste en Terre Sainte. Pour protéger ses chairs de la putréfaction, on avait fait bouillir son corps dans un chaudron et on l'avait conservé dans une préparation de saumure... "C'est donc bien dans une barrique que Saint-Louis a fait sa royale tournée d'adieu à ses bons peuples ! Un épisode plutôt saumâtre de l'histoire de France.


Horloge astronomique de la Cathédrale Saint Jean

À l'intérieur de la Cathédrale, une horloge astronomique et astrologique d'une grande beauté, a pour vocation à définir les phases de la Lune, les saisons et les fêtes calendaires. Elle est animée par tout un système d'automates, des rouages très anciens, certains sont du 14e siècle en fer forgé. Elle est tellement renommée, conclut notre conférencier, que les Japonais sont venus en faire une copie, qu'ils ont mise dans le hall d'une très grande entreprises de Tokyo comme symbole du génie mécanique de l'homme ! Fin de la 2e partie

Cliquez ici pour la suite (3partie)

Cliquez ici pour revenir à la 1ère page

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
La crise climatique attise les tensions au Kenya
Les questions d’écologie sont absentes des discours des candidats aux élections générales du mardi 9 août. Pourtant, avec un régime de pluies devenu « imprévisible », le pays subit fortement les conséquences du dérèglement climatique, qui aggrave des tensions existantes.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Afrique
Le pays suspendu à un scrutin à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Écologie
Petits canaux contre « idéologie du tuyau », une guerre de l’irrigation
Très ancrés dans les territoires montagneux du sud de la France, prisés par les habitants, les béals sont encore vitaux pour de nombreux agriculteurs. Mais cette gestion collective et traditionnelle de l’eau se heurte à la logique de rationalisation de la ressource des services de l’État.
par Mathieu Périsse (We Report)
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Pour la rentrée, préparons la riposte !
Bientôt, les vacances seront terminées. Et beaucoup se demandent maintenant de quoi sera fait leur avenir avec un gouvernement qui n’a concédé presque rien aux salariés, aux retraités et aux chômeurs en termes de pouvoir d’achat.
par Philippe Soulié
Billet de blog
La grosse entourloupe de l'AAH
Alors qu'on parle de la victoire de la déconjugalisation de l'AAH, alors qu'on cite les augmentations de ce minima social comme une exception du macronisme, personne ne parle d'une des plus grandes entourloupes des dernières années : la suppression du complément de ressources de 180 euros pour les nouveaux admis dans le système.
par Béatrice Turpin
Billet de blog
Le pouvoir d'achat des fonctionnaires vampirisé par quarante ans de néolibéralisme
Lorsque la spoliation du pouvoir d'achat des fonctionnaires devient une institution sous la Cinquième République...
par Yves Besançon
Billet de blog
Loi pouvoir d'achat : Macron & Borne veulent prolonger notre ébriété énergétique
[REDIFFUSION] 42°C en Gironde. 40°C en Bretagne. 20 000 hectares partis en fumée. Lacs, rivières et sols s'assèchent. Les glaciers fondent. Que fait-on à l'Elysée ? On reçoit le président des Emirats Arabes Unis pour importer plus de gazole. A Matignon ? On défend un projet de loi « Pouvoir d'achat » qui vise à importer plus de gaz du Qatar et des Etats-Unis. Où est la sobriété ?
par Maxime Combes