Philippe Maitre
Abonné·e de Mediapart

17 Billets

1 Éditions

Billet de blog 13 avr. 2020

Congé maternel et paternel : et si on essayait l'égalité ?

En cette période de coronaconfinement, le (non)partage des tâches ménagères et parentales saute souvent aux yeux. Profitons-en pour faire une proposition qui, nous semble-t-il, irait dans le sens d'une égalité entre femmes et hommes.

Philippe Maitre
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

  Je pense que pour contribuer à une égalité en matière de tâches d'éducation et de soins aux enfants, et à une égalité plus large entre femmes et hommes, il faut qu'on en arrive à une égalité totale en matière de congé maternité / paternité. En effet, on dit souvent que si les mères ont le droit à 6 semaines avant et 10 semaines après l'accouchement, c'est pour qu'elles se reposent. Je pense de mon côté que si vraiment les femmes devaient se reposer, il faudrait justement que leur compagnon (ou compagne du reste, en cas de couple lesbien) ait droit au même congé. En effet, je pense pendant qu'avant l'accouchement une femme est sur les rotules, et que, plus que de partager à égalité les tâches ménagères, il faudrait qu'il y ait à ses côtés quelqu'un qui en prenne une part bien plus importante. Après l’accouchement, après les petits jours de présence du père, où est l'égalité, et... où est le repos ? Qui doit se lever la nuit pour aller auprès de bébé ? Maman, le plus souvent. Papa doit retourner au travail. Qui se tape tous les soins durant la journée ? Maman, car papa est au travail. S'occuper d'un nouveau-né n'est pas une tâche de tout repos. Par conséquent, la présence du père qui, selon moi, devrait prendre en charge bien plus de la moitié des tâches durant cette période est ce qui permettrait réellement à la mère de récupérer.

  Vis-à-vis de l'enfant... Pourquoi un enfant n'aurait pas le droit d'avoir ET sa mère ET son père auprès de lui ? Et pourquoi Et la mère ET le père n'auraient pas le droit de s'occuper, d'aimer, de cajoler leur enfant à égalité, si elle et il le souhaitent ?

  Ce qui se joue là est très important en termes de conséquences sociales, psychologiques et politiques. Le choix fait de ne donner qu'à la mère 10 semaines à temps plein avec son enfant a comme conséquence de créer un lien de dépendance mère / enfant (qu'on ne s'étonne pas que seule une minorité de pères prenne le congé parental...) et enfant / mère... Ce lien de dépendance est une des sources de l'enfermement des femmes dans l'univers de la maison / du domestique. Bien sûr durant cette période les rôles des femmes et des hommes, rôles normés, vont se trouver renforcer. Les mères vont apprendre à être mère... et les pères, père... ce qui ne veut pas dire la même chose : l'une est dans le soins, l'autre dans les responsabilités. Et cela suivra le couple toutes les années qui suivront : qui appellera-t-on en général quand l'enfant sera malade à l'école, hein ? Plus largement, l'image sociale de ce qu'est une mère et un père s'en trouvera conforter : qu'une femme retourne travailler tôt, et on dira qu'elle est une mauvaise mère ; qu'un homme s'occupe intégralement de son bébé, et on trouvera ça très suspect.

  Il est à noter que ce qui est mis sur le compte de la "nature" - la mère a accouché donc c'est elle qui se repose - est très bizarrement invalidé, du coup, par la loi. Ainsi, si l'enfant est malade à sa naissance... une femme peut reporter son congé maternité ?! Ah bon, donc quand l'enfant est à l'hôpital, elle n'a plus besoin de se reposer ? Si, situation triste et tragique, la maman décède à l'accouchement... le père peut prendre 10 semaines après la naissance... Or, ben tiens, il n'a pourtant pas accouché ! Ce qui montre, DONC, que ce congé est fait non pour se reposer, mais pour s'occuper de l'enfant. Ce qui d'ailleurs est confirmé car si on adopte un nouveau-né, et bien on a aussi le droit à un congé, à ce qu'il me semble. Bref, le repos de la mère, c'est vraiment une sale excuse, alors qu'est visé en fait la reconduction de rôles sociaux, rôles qui encore une fois, vont potentiellement fermer l'espace social aux femmes (notamment en termes de carrière pro), et ouvrir celui des hommes.

  Bref, dans une société égalitaire, une femme et un homme (ou deux femmes) devraient pouvoir si telle est leur volonté pourvoir s'occuper durant un vrai congé maternité / paternité de leur enfant. Les mères se reposeraient vraiment, les rôles sociaux auprès de l'enfant et dans la société pourraient s'en trouver transformés, l'enfant auraient auprès de lui l'amour et les soins de ses deux parents, à égalité, et hommes et femmes pourrait câliner autant qu'ils / elles le veulent.

  Dans un capitalisme radin (ok, c’est redondant) et une société sexiste, c'est pas près d'arriver. Mais ça dépend de nous : seule la lutte débouche sur des avancées...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
La redevance sabordée, l’information en danger
Emmanuel Macron l’a décidé presque seul : l’audiovisuel public sera privé dès cette année des 3,2 milliards d’euros que lui rapporte cette ressource prélevée depuis 1948. Au nom du « pouvoir d’achat », le gouvernement s’apprête à faire peser de lourdes menaces sur les médias publics.
par Dan Israel
Journal
Outre-Manche, la BBC dans le collimateur du gouvernement
L’exécutif britannique veut changer le mode de financement du groupe audiovisuel public pour des raisons économiques et électoralistes. En janvier dernier, la ministre de la culture, Nadine Dorries, a expliqué vouloir mettre fin à la redevance, un système de financement qu’elle juge « obsolète ».
par Marie Billon
Journal — Gauche(s)
Le conflit russo-ukrainien divise la gauche anti-guerre
La cohérence du camp anti-impérialiste, a priori uni par son rejet des blocs militaires, a été mise à l’épreuve par l’invasion de l’Ukraine. Certains refusent les livraisons d’armes, craignant l’engrenage d’un conflit interimpérialiste, tandis que d’autres estiment incontournable cette solidarité. 
par Fabien Escalona
Journal
Yaël Braun-Pivet, première femme au perchoir
La députée des Yvelines succède à Richard Ferrand au terme de deux tours de scrutin. Un poste qu’elle convoitait depuis de nombreux mois. 
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
États-Unis : le patient militantisme anti-avortement
[Rediffusion] Le droit à l'avortement n'est plus protégé constitutionnellement aux États-Unis. Comment s'explique ce retour en arrière, et que peuvent faire les militantes des droits des femmes et les démocrates ?
par marie-cecile naves
Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu
Billet de blog
Autorisation de l'interdiction de l'IVG aux USA, sommes nous mieux lotis en France ?
« N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant ».
par bennoursahra
Billet de blog
Quel est le lien entre l’extrême droite, l’avortement et les luttes féministes ?
La fuite du projet de décision de la Cour suprême qui supprimerait le droit à l'avortement aux Etats Unis en est l'exemple. L’extrême droite d’hier comme d’aujourd’hui désire gouverner en persécutant un groupe minoritaire sur des critères raciaux pour diviser les individus entre eux. Quant aux femmes, elles sont réduites à l’état de ventres ambulants.
par Léane Alestra