Philippe Marlière
Politiste
Abonné·e de Mediapart

123 Billets

1 Éditions

Billet de blog 4 sept. 2015

Et si le Front de gauche adoptait une stratégie gagnante ?

Après les revers électoraux, les querelles d’égos de candidats dans la course à l’échalote de 2017 ou encore une opposition de choc au Parti socialiste aussi populaire que… le PS lui-même, pourquoi le Front de gauche n’adopterait-il pas une stratégie gagnante ?

Philippe Marlière
Politiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Après les revers électoraux, les querelles d’égos de candidats dans la course à l’échalote de 2017 ou encore une opposition de choc au Parti socialiste aussi populaire que… le PS lui-même, pourquoi le Front de gauche n’adopterait-il pas une stratégie gagnante ? Pour cela, il peut compter sur le discrédit et le rejet croissant de la social-démocratie. Cette social-démocratie, incarnée en France par François Hollande ou Manuel Valls, n’est en réalité ni sociale, ni démocratique. Le gouvernement socialiste ne mène pas une politique sociale-démocrate, mais il est néolibéral sur le plan économique, et conservateur-autoritaire sur les questions sociales et culturelles (mis à part le Mariage pour tous). En mettant en œuvre des politiques austéritaires, le PS a déserté son flanc gauche et désespéré un électorat qui, lorsqu’il vote en faveur des socialistes, entend exprimer un vote de gauche.

Ce ne sont pas les ralliements au compte-gouttes d’élus ou de militants socialistes qui feront pencher la balance en faveur du Front de gauche. Les rappels à l’ordre idéologiques ou les moqueries répétées à l’encontre des chefs sociaux-démocrates finissent par lasser le public qui se méfie des politiciens professionnels, fussent-ils de la gauche radicale. La gauche de transformation sociale doit donc imaginer une stratégie qui permette de rassembler et de fidéliser un bloc majoritaire de la population. Elle ne peut réussir ce pari que si elle se donne pour objectif de prendre la place de la social-démocratie frelatée qui se distingue de moins en moins de la droite.

Comment y parvenir sans renier ses valeurs et son programme ? C’est envisageable si le Front de gauche (dans sa conception citoyenne/partisane élargie) parvient à occuper une position centrale dans le champ de la gauche. La centralité n’est ici nullement synonyme de centrisme ou de modération politique. La gauche radicale doit chercher à se substituer à la social-démocratie comme principal mouvement de gauche. En Europe, trois forces politiques ont récemment poursuivi avec succès une telle stratégie.

Entre 2009 et janvier 2015, le total des voix de Syriza est passé de 4,6% à 36,3%. Cet essor exceptionnel s’explique, non à partir de considérations idéologiques ou personnelles, mais de propositions politiques concrètes. Alexis Tsipras a pris un engagement de rupture radicale, jugé réaliste et nécessaire y compris par les électeurs grecs modérés : dénonciation du memorandum et renégociation de la dette. On peut évidemment observer qu’une fois au pouvoir, Syriza a totalement échoué à remplir cet engagement. La marche vers le pouvoir, radicalement réformiste, a cependant été couronnée de succès.

En Espagne, Podemos, dans un registre différent, est également parvenu à réunir un électorat interclassiste et intergénérationnel, autour de propositions simples et concrètes pour mettre fin à l’austérité et à la corruption. C’est sur cette base, et non sur celle d’un discours marxiste et anticapitaliste, que Pablo Iglesias s’est imposé comme le leader d’un large front anti-austéritaire.

En Grande-Bretagne, Jeremy Corbyn est contre toute attente en passe d’être élu à la tête du Parti travailliste. Corbyn est un pur produit de la social-démocratie britannique, mais ses idées et son parcours de militant le placeraient dans l’aile gauche du Front de gauche. C’est encore à partir de propositions anti-austéritaires et de défense des services publics menacés qu’il a convaincu les militants travaillistes.

Ces trois exemples montrent qu’il n’est pas nécessaire de “cliver” par principe, d’insulter ses adversaires ou de recycler le dernier concept politique à la mode pour être entendu. Tsipras, Iglesias et Corbyn, dans des styles et selon des modalités différents, parlent une langue compréhensible de tous. Davantage, ils s’expriment avec bonhomie et sans agressivité, condition sine qua non pour être écouté des électeurs.

En occupant la centralité de l’espace de gauche désertée par la social-démocratie, la gauche radicale se donnerait les moyens de promouvoir des réformes radicales qui répondent aux attentes du public. Cette stratégie constitue le modus operandi qui permettrait au Front de gauche de prendre le pouvoir ou de s’en approcher. Cette méthode a fonctionné dans plusieurs pays européens, pourquoi ne fonctionnerait-elle pas en France ? C’est en menant des réformes sociales pour le peuple que le Front de gauche restera fidèle à ses objectifs révolutionnaires, non dans une posture qui combine surenchère verbale contre le gouvernement socialiste et impuissance politique, comme c’est le cas depuis  2012.

Article remanié et publié dans L'Humanité le 2 septembre 2015.

Twitter : @PhMarliere

https://www.facebook.com/philippe.marliere.50

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Chez Lidl, la souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause. Premier volet d’une enquête en deux parties. 
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Social
« Les intérimaires construisent le Grand Paris et on leur marche dessus »
Des intérimaires qui bâtissent les tunnels du Grand Paris pour le compte de l’entreprise de béton Bonna Sabla mènent une grève inédite. Ils réclament une égalité de traitement avec les salariés embauchés alors qu’un énième plan de sauvegarde de l'emploi a été annoncé pour la fin de l’année. 
par Khedidja Zerouali
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
En Biélorussie, certains repartent, d’autres rêvent toujours d’Europe
Le régime d’Alexandre Loukachenko, à nouveau sanctionné par l’UE et les États-Unis jeudi, semble mettre fin à sa perverse instrumentalisation d’êtres humains. Parmi les nombreux exilés encore en errance en Biélorussie, certains se préparent à rentrer la mort dans l’âme, d’autres ne veulent pas faire machine arrière.
par Julian Colling

La sélection du Club

Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat