Philippe Marlière

Politiste

Londres - Royaume-Uni

Sa biographie
Philippe Marlière est titulaire d’un doctorat en sciences politiques et sociales de l’Institut universitaire européen de Florence. Il est professeur de science politique à University College London (Université de Londres), où il enseigne depuis 1994. Ses publications portent sur le socialisme français et la social-démocratie européenne.Voir mon autre blog sur le site The Guardian: http://www.guardian.co.uk/profile/philippemarliere
Son blog
595 abonnés Le blog de Philippe Marlière
Ses éditions
Voir tous
  • Une gauche portugaise unie et qui gagne

    Par
    Dans le paysage désolé de la gauche européenne, la gauche portugaise relève la tête. Le PS, au pouvoir depuis deux ans, vient de remporter largement l’élection municipale. Le PCP perd quelques villes mais tient son rang. Le Bloco de Esquerda, dirigé par Catarina Martins, une jeune et dynamique porte-parole nationale, est en hausse et engrange des succès prometteurs.
  • Jeremy Corbyn, l'anti-populiste

    Par
    Jeremy Corbyn a mené une campagne d’homme de gauche. C’est le dirigeant du plus grand parti social-démocrate d’Europe. Il a constamment rappelé dans ses discours la centralité de l’opposition Labour vs. Tories, qui correspond au Royaume-Uni au clivage gauche vs. droite en France. Il a évoqué le socialisme et ses valeurs éternelles d’égalité, de pluralisme et de tolérance.
  • Diaboliser Macron et légitimer Le Pen

    Par
    La gauche de gauche sera rejetée par “les gens”, si elle renvoie dos-à-dos la démocratie bourgeoise et un régime autoritaire. La défense des libertés fondamentales est, pour la gauche, un des grands acquis du combat antitotalitaire au 20e siècle. Mis à mal ces derniers jours, il convient de le préserver contre les tentations autoritaires de droite, mais aussi de gauche.
  • Mélenchon doit proposer un accord à Hamon dès maintenant!

    Par
    La balle est dans le camp de Jean-Luc Mélenchon : veut-il vraiment faire gagner la gauche ou préfère-t-il camper jusqu'au bout le personnage du “sauveur de la France” ? Veut-il que l’on se souvienne qu’il aura permis de sauver la gauche d’une défaite historique ou que son ego aura épousé jusqu’à la caricature les habits plébiscitaires de la 5e république ?
  • Benoît Hamon : un vote trompe-la-mort

    Par
    Il est vain d’espérer la naissance d’une gauche de gauche sur les ruines fumantes de la social-démocratie. Cette dernière possède toujours un électorat et des adhérents qui sont de gauche et qu’il faut convaincre. C’est donc le travail unitaire, et non les injonctions sectaires, qui est la clé d’une recomposition radicale de la gauche française.
Voir tous