Philippe Marlière
Politiste
Abonné·e de Mediapart

124 Billets

1 Éditions

Billet de blog 10 sept. 2013

Le dernier discours de Salvador Allende

[Archive] Salvador Allende (1908-1973), un médecin de formation, est démocratiquement élu président du Chili en 1970, à sa quatrième tentative. C’est un socialiste ; le premier marxiste à accéder à ce poste sur le continent sud-américain.

Philippe Marlière
Politiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Salvador Allende (1908-1973), un médecin de formation, est démocratiquement élu président du Chili en 1970, à sa quatrième tentative. C’est un socialiste ; le premier marxiste à accéder à ce poste sur le continent sud-américain.

Le 11 septembre 1973, l’armée chilienne lance ses chars contre le palais de la Moneda, la résidence présidentielle. Les cadres fascisants de l’armée avaient déjà tenté de renverser le régime de gauche démocratiquement élu. Le nouvel assaut sera victorieux. De la junte militaire qui organise cet acte odieux émergera Augusto Pinochet, qui avait été nommé général en chef des armées par Allende quelques jours auparavant. Le coup d’État est financièrement et logistiquement soutenu par les États-Unis sous la présidence Nixon.

Quelques minutes avant la prise de la Moneda, Allende s’adresse à la nation chilienne sur les ondes de Radio Magellanes. C’est un discours d’adieu. Le « président camarade » a refusé de fuir le pays, comme le lui proposait les putschistes. La qualité de l’enregistrement est médiocre. Surimposés aux paroles du président chilien on entend des bruits de fond : des voix angoissées et agitées, ainsi que des bruits d’explosion et de fusils automatiques. La retransmission se déroule dans le chaos général alors que les chars entourent déjà le palais présidentiel.

Salvador Allende parle de sacrifice, de loyauté vis-à-vis du peuple, de dignité, de son amour du Chili et de la fierté des réformes sociales importantes qu'il a entreprises pendant ses trois années de présidence. Il vilipende la traîtrise des militaires ; des hommes qu’il a souvent nommés et qui se sont retournés contre lui. Ce document sonore est extraordinaire : Allende parle de lui au passé. Il a déjà intériorisé l’acte ultime qu’il s’apprête à commettre : son suicide.

Cette photographie est la dernière qui ait été prise dans le palais de la Moneda, le 11 septembre 1973. Allende a la tête recouverte d’un casque de combat et porte en bandoulière une kalachnikov ; un modèle soviétique que lui avait offert son ami Fidel Castro. Cette ultime photographie d’Allende est transmise plusieurs mois après le coup d’État à Marvin Howe, le correspondant du New York Times en Amérique latine. Le quotidien new yorkais la reproduit bientôt en première page, lui conférant un statut mythologique. C’est en février 2007 que l’on révèle l’identité du photographe. Il s’agit d’Orlando Lagos Vásquez, l’un des photographes officiels d’Allende, qui vient de mourir quelques mois auparavant à l’âge de 94 ans.

Certains à gauche ont raillé le « légalisme pointilleux » et la « naïveté politique » de Salvador Allende. Ces « erreurs » et « errements » furent, pour ses détracteurs, autant responsables de sa chute que la trahison des militaires ou les entreprises de déstabilisation constantes du patronat chilien et de l'impérialisme étasunien.

En réalité, l'expérience du gouvernement d’Unité Populaire est aujourd'hui davantage porteuse d’enseignements que les révolutions de la première moitié du 20e siècle qui, dans le contexte de deux guerres mondiales, offrent un schéma militarisé du processus révolutionnaire. La présidence d’Allende permet de penser les mouvements de résistance populaire en cours en Amérique Latine ou ceux potentiels, en Grèce ou en Europe. Le gouvernement d’Unité Populaire, unitaire et pluraliste, lutta pour le socialisme en organisant à chaque étape le plus grand rassemblement des forces populaires autour d'objectifs concrets et radicaux, qui répondaient aux besoins du peuple chilien. Il a échoué face à la résistance acharnée des possédants, mais cette défaite n’invalide pas la pertinence de la démarche.

Quelles que soient ses erreurs, Allende s’est comporté avec un courage et une dignité d’homme d’État jamais égalée depuis dans la gauche internationale. Salvador Allende était un socialiste ; un socialiste chilien. Il a tenté, dans l’adversité croissante, de gouverner tel quel et jusqu’à sa mort. C’était le 11 septembre 1973, il y a quarante ans.

Twitter : @PhMarliere

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait

La sélection du Club

Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en EREA, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran