Philippe Marlière
Politiste
Abonné·e de Mediapart

130 Billets

1 Éditions

Billet de blog 10 déc. 2017

Philippe Marlière
Politiste
Abonné·e de Mediapart

Johnny, la culture populaire et la gauche

Avec la disparition de Johnny Hallyday, on vient définitivement d’enterrer la France des Trente glorieuses, celle de la DS voiture (de luxe) présidentielle, de Léon Zitrone, de Guy Lux et Simone Garnier, de l'époque bénie où le Tour de France était encore remporté par des coureurs français.

Philippe Marlière
Politiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans son étude magistrale du développement de la culture de masse dans la Grande-Bretagne de l’après-guerre[1], Richard Hoggart avait renvoyé dos-à-dos deux interprétations symétriques de la culture populaire. L’une peut être qualifiée d’ “aristocratique”, l’autre de “populiste”. La première souligne les goûts “frustes” des classes populaires en matière culturelle, leur “manque d’effort” et “d’intérêt” à l’égard des objets culturels de “qualité”. La seconde se veut pleine d’empathie vis-à-vis des goûts populaires, mais trahit en réalité un sentiment de pitié et de condescendence à l’égard d’un peuple “aliéné” qui n’a même pas pris conscience de son aliénation. Aux critiques méprisantes du grand bourgeois conservateur répond le discours faussement compréhensif du petit-bourgeois “marxiste”.

La mort de Johnny Halliday a été le théâtre de ces deux lectures. Les grands bourgeois conservateur.ice.s ont moqué l’étalage du mauvais goût (les bikers sur les Champs Élysées, le rock’n’roll franchouillard, l’inculture supposée de Johnny, etc.). Les petit.e.s-bourgeois.es “marxistes” ont été outré.e.s que les adorateur.ice.s du chanteur soient si facilement “manipulé.e.s” par Emmanuel Macron et les médias : comment peut-on communier à la mémoire d’un exilé fiscal et d’un macho ? Comment ne pas voir que Macron s’est servi de Johnny pour détourner l’attention des effets de sa politique économique ? D’autres encore ont reproché à Johnny d’avoir été à l’origine d’un mouvement yéyé dépolitisé et hédoniste.

Ces deux lectures ont rivalisé dans la semaine qui a suivi le décès du chanteur, dopées par une mise en scène grandiloquante des obsèques et par des hommages aussi niais que narcissiques des professionnel.le.s de la politique et des médias. Le pouvoir macroniste a certes intelligemment compris l’avantage politique qu’il y avait à nationaliser le deuil de Johnny. En cela, il a rappelé Tony Blair, au lendemain de la mort de Lady Di en 1997 : “C’était la princesse du peuple”, avait-il faussement improvisé devant les journalistes , quelques heures après son décès accidentel. Quelle stupidité avaient tonné les petits-bourgeois “marxistes” : comment peut-on assimiler au peuple une représentante de l’aristocratie ? Et pourtant, les événements donnèrent raison à Blair. Le chagrin national suscité par la mort de Diana fut sincère. Le public, choqué par cette disparition brutale, n’avait pas oublié que la jeune femme avait été maltraitée par un mari indifférent et une famille royale hostile. La reine, retranchée dans son château à Balmoral, apparut à cette occasion détachée du peuple et hautaine. Sa côte de popularité chuta de manière vertigineuse. Le peuple exprima une émotion qui transcendait les clivages sociaux ou politiques habituels.

C’est, grosso modo, ce qui vient de se dérouler en France. Ses fans de gauche se moquent que Johnny ait été un homme de droite. Ils/elles regrettent certainement qu’il ait été un exilé fiscal. Mais l’essentiel n’est pas là à leurs yeux. Ils/elles aimaient le chanteur ; ses chansons ont égayé leur vie et sont autant de cadres mémoriels de leur propre existence. Ils/elles ont aussi perçu ce que les autres n’ont pas saisi : Johnny ne prétendait pas être autre chose qu’un chanteur, avec ses qualités et ses défauts. Ses admirateurs lui savent gré de sa longue carrière et de ses innombrables concerts. C’était un “ami” ont déclaré de nombreuses personnes venues lui rendre hommage lors de ses obèques nationales à Paris.

Mais comment expliquer un tel psychodrame national ? Trop, c’est trop, tonnent les bourgeois conservateurs et les petits-bourgeois “marxistes”. Et pourtant, les admirateur.ice.s de Johnny n’ont pas été envoûté.e.s. L'explication par la manipulation des médias et du pouvoir politique est donc un peu courte. L'émotion populaire - notamment chez les plus de 50 ans - était réelle. On pourrait émettre l’hypothèse qu’avec la disparition de Johnny, on vient définitivement d’enterrer la France des Trente glorieuses, celle de la DS voiture (de luxe) présidentielle, de Léon Zitrone, de Guy Lux et Simone Garnier, de l'époque bénie où le Tour de France était encore remporté par des coureurs français.

En effet, les plus belles chansons de Johnny datent des années 60 et 70. Il est donc associé à ces deux décennies dans l’esprit du public. Macron, qui est cynique mais pas idiot, l’a bien compris et, à sa manière, l’a dit dans son discours devant l'église de la Madeleine. Comment ne pas comprendre que les Français.e.s, enfants, jeunes ou adultes qui ont vécu ces années de relative insouciance sociale sont nostalgiques de cette période ? Pourquoi tant de progressistes méprisent-ils/elles les fans de Johnny, qui sont souvent issu.e.s de milieux populaires ? N’est-il pas paradoxal que cette gauche qui n’a que le mot “peuple” à la bouche soit si ignorante des goûts populaires ?

Note

[1] Richard Hoggart, The uses of literacy. Aspects of working class life, Londres, Penguin Classics, 2009 (publication en 1957) (La Culture du pauvre. Étude sur le style de la vie des classes populaires en Angleterre, Paris, Éditions de Minuit, 1970).

Twitter : @PhMarliere

https://www.facebook.com/philippe.marliere.50

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexistes et sexuelles
Le youtubeur Léo Grasset visé par une enquête pour viol
Selon nos informations, une étudiante a déposé plainte à Paris. Elle accuse de « viol » le célèbre vulgarisateur scientifique et youtubeur, déjà visé par une enquête préliminaire pour « harcèlement sexuel ». De nouveaux témoignages font état de « problèmes de respect du consentement », mais également d’« emprise ».
par Sophie Boutboul et Lénaïg Bredoux
Journal — Asie et Océanie
Xi Jinping, le pompier pyromane
L’atelier du monde est au bout du rouleau et dans toute la Chine, des protestations réclament la fin des mesures draconiennes de contrôle social décidées au nom de la lutte contre le Covid. Le numéro un chinois est pris au piège de sa politique autoritaire.
par François Bougon
Journal — Transparence et probité
Le n°2 de l’Élysée, Alexis Kohler, s’enferre dans le déni face aux juges
Mis en examen pour « prise illégale d’intérêts » en septembre, le secrétaire général de l’Élysée se voit reprocher « sa participation » comme haut fonctionnaire, entre 2009 et 2016, à des décisions touchant le groupe MSC, lié à sa famille. Lors de son interrogatoire, il s’est dit « choqué » que « son intégrité » soit mise en cause.
par Martine Orange
Journal
Soupçons de fraude fiscale : la justice saisie du cas de l’ex-ministre Caroline Cayeux
La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) a fait savoir mardi qu’elle avait signalé au parquet de Paris le cas de Caroline Cayeux, ministre démissionnaire du gouvernement, soupçonnée d’évaluation mensongère de son patrimoine et de fraude fiscale.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran
Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.
par maelissma
Billet de blog
Voix d'Iran : la question du mariage forcé (et du viol) en prison
Ce texte est une réponse à la question que j'ai relayée à plusieurs de mes proches, concernant les rumeurs de mariages forcés (suivis de viols) des jeunes filles condamnées à mort.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Lettre d'Iraniens aux Européens : « la solidarité doit s'accompagner de gestes concrets »
« Mesdames et messieurs, ne laissez pas échouer un soulèvement d’une telle hardiesse, légitimité et ampleur. Nous vous demandons de ne pas laisser seul, en ces temps difficiles, un peuple cultivé et épris de paix. » Dans une lettre aux dirigeants européens, un collectif d'universitaires, artistes et journalistes iraniens demandent que la solidarité de l'Europe « s'accompagne de gestes concrets, faute de quoi la République islamique risque de durcir encore plus la répression ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Révolution kurde en Iran ? Genèse d’un mouvement révolutionnaire
Retour sur la révolte en Iran et surtout au Rojhelat (Kurdistan de l’Est, Ouest de l’Iran) qui a initié le mouvement et qui est réprimé violemment par le régime iranien dernièrement (plus de 40 morts en quelques jours). Pourquoi ? Voici les faits.
par Front de Libération Décolonial