Philippe Marlière
Politiste
Abonné·e de Mediapart

127 Billets

1 Éditions

Billet de blog 11 nov. 2015

L'unité de la gauche portugaise : un événement d’une portée considérable

En parvenant à un accord de gouvernement historique, les gauches portugaises se sont rapprochées et engagées dans un programme de compromis contre l’austérité, en tirant notamment les leçons de la défaite de Syriza. Pour la première fois depuis la Révolution des œillets en 1974, la gauche portugaise (Parti socialiste, Bloco de Esquerda et CDU, qui regroupe le Parti communiste et les Verts) est unie.

Philippe Marlière
Politiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En parvenant à un accord de gouvernement historique, les gauches portugaises se sont rapprochées et engagées dans un programme de compromis contre l’austérité, en tirant notamment les leçons de la défaite de Syriza. Pour la première fois depuis la Révolution des œillets en 1974, la gauche portugaise (Parti socialiste, Bloco de Esquerda et CDU, qui regroupe le Parti communiste et les Verts) est unie. Elle vient de sceller un accord de gouvernement sans participation ministérielle de BE, du PCP et du PVE, qui pose les bases d’une politique antiaustéritaire engageant l’ensemble de la gauche.

Le coup de barre à gauche du PS

Les résultats de l’élection législative du 4 octobre ont été interprétés de manière tendancieuse par la plupart des commentateurs qui ont déclaré la droite victorieuse. La coalition des deux partis de droite (PSD et CDS-PP) a recueilli 38,3% et 107 des 230 sièges. La gauche PS-BE-PCP est, pour sa part, nettement majoritaire au parlement : elle a obtenu 50,8% des voix et dispose de 121 sièges.

Les médias ont joué un rôle quasi-séditieux, mettant en garde contre le “péril communiste” dans le pays. Le 22 octobre, le président Aníbal Cavaco Silva a chargé Pedro Passos Coelho, le premier ministre sortant, de former un gouvernement. Mais il a outrepassé ses prérogatives constitutionnelles en suggérant, de manière à peine voilée, aux députés socialistes de se rebeller contre leur dirigeant António Costa. Il a déclaré qu’il serait néfaste pour le pays que des forces eurosceptiques [la gauche radicale] accédassent au pouvoir. Il s’est donc comporté en gardien zélé de l’orthodoxie austéritaire en Europe. Les Grecs avaient pu élire un gouvernement opposé à l’austérité. Au Portugal, la population ne devrait même pas avoir cette liberté !

Comment expliquer une telle évolution des principaux partis de gauche portugais ? Sous le gouvernement de José Sócrates, le PS a signé avec la Troïka un mémorandum d’une nature austéritaire sévère. Le PS a durement payé cette décision en perdant largement les élections de 2011. Pour António Costa, il s’agissait d’éviter la "Pasokisation" de son parti : sous son leadership, le PS a donné un coup de barre (rhétorique) à gauche et a affiché sa volonté de dialoguer avec la gauche radicale.

Un compromis contre l’austérité

Le Bloco et le PCP auraient pu arguer que le PS ne faisait que des promesses qu’il ne tiendrait pas. Inversement, la gauche radicale a pris le PS au mot et a accepté de négocier avec lui. Pris à son propre piège, Costa a dû répondre à l’offre de la gauche radicale. Les négociations furent difficiles et parsemées de compromis de part et d’autre. Elles ont cependant abouti à la signature d’un accord comportant 70 mesures dont la tonalité générale va à l’encontre des politiques d’austérité antérieures.

Sous la pression du Bloco et du PCP, le PS a abandonné les plans de privatisation exigés par la Commission européenne. Entre autres mesures, l’accord prévoit de restaurer les salaires et les retraites au niveau pré-mémorandum. Le salaire minimum sera augmenté en 2016 et en 2017 et les travailleurs dont les salaires perçus sont inférieurs au seuil de pauvreté recevront un complément financier. L’aide sociale pour les enfants et les personnes âgées sera également revalorisée. Les étudiants post-doc bénéficieront d’un contrat de travail ouvrant droit à une couverture sociale. Des divergences subsistent quant à la gestion de la dette publique et extérieure, et le texte ne prévoit aucun audit de celle-ci.

Sous l’impulsion de Catarina Martins, sa porte-parole nationale, les électeurs découvrent une gauche radicale qui se bat avec pragmatisme pour la défense des salaires, des retraites et des services publics. Cette audace est en train de payer : des sondages récents indiquent que le soutien au Bloco s’est renforcé depuis l’élection.

Premiers enseignements de la coalition

Les Portugais sont en majorité opposés à la sortie de l’eurozone. Le Bloco a géré cette question avec adresse : il est passé d’une position pro-euro à une critique radicale de la politique de l’Eurogroupe. Le Bloco a déclaré en juillet qu’un gouvernement de gauche radicale serait prêt à rompre avec l’euro s’il ne pouvait renégocier la dette. Autrement dit, le Bloco a tiré les leçons de la défaite de Syriza.

Quels enseignements nous apporte le rapprochement des gauches portugaises ?

1. Le Bloco et le PCP ont pris acte que la “pasokisation” du PS n’aura pas lieu.
2. La stratégie qui consiste à attaquer le PS plutôt que la droite est politiquement contre-productive et électoralement néfaste pour la gauche radicale.
3. L’accord de gouvernement avec le PS a amené ce dernier à rompre de manière significative avec ses politiques d’austérité.
4. Cet accord prive le PS de l’argument selon lequel il doit gouverner au centre pour compenser la désunion à gauche.
5. Le Bloco sort légitimé et renforcé de ces négociations.

Cette coalition ne sera pas un long fleuve tranquille. Il faut même s’attendre à des tensions et à des désaccords importants entre les divers partis de gauche. Le Bloco pourra, le cas échéant, dénoncer le non-respect des accords et retirer son soutien. Une chose est sûre, l’unité a redonné espoir au peuple et le premier qui la remettra en cause perdra gros.

Article publié dans Regards.fr le 9 novembre 2015.

http://www.regards.fr/des-verites-desagreables-par/article/bloco-de-esquerda-une-strategie

Twitter : @PhMarliere

https://www.facebook.com/philippe.marliere.50

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — Politique
Personnel et notes de frais : les dossiers de la députée macroniste Claire Pitollat
Dix-neuf collaborateurs en cinq ans, des accusations de harcèlement et des dépenses personnelles facturées à l’Assemblée : le mandat de la députée du sud de Marseille, candidate à sa réélection, n’a pas été sans accrocs. Notre partenaire Marsactu a mené l’enquête.
par Jean-Marie Leforestier et Violette Artaud (Marsactu)
Journal
En France, le difficile chemin de l’afroféminisme
Dans les années 2010, le mouvement afroféministe, destiné aux femmes noires, a connu en France un certain engouement. Il a même réussi à imposer certaines notions dans les débats militants, mais il peine à se constituer comme un courant à part entière.
par Christelle Murhula
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier
Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance…ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse
Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey
Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine