Philippe Marlière
Politiste
Abonné·e de Mediapart

123 Billets

1 Éditions

Billet de blog 12 janv. 2015

Justice pour tous

Je suis contre la peine de mort et la barbarie. Mes pensées attristées et bouleversées vont aux conjoint(e)s, enfants et parents des 17 personnes assassinées à Paris.Je suis contre le délit d’opinion. Toute opinion qui ne porte pas atteinte à la dignité humaine doit pouvoir être exprimée. Cela ne signifie pas qu’il est fondamentalement pertinent de se moquer, d’insulter ou d’humilier des individus en raison de leurs croyances (notamment religieuses).

Philippe Marlière
Politiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je suis contre la peine de mort et la barbarie. Mes pensées attristées et bouleversées vont aux conjoint(e)s, enfants et parents des 17 personnes assassinées à Paris.

Je suis contre le délit d’opinion. Toute opinion qui ne porte pas atteinte à la dignité humaine doit pouvoir être exprimée. Cela ne signifie pas qu’il est fondamentalement pertinent de se moquer, d’insulter ou d’humilier des individus en raison de leurs croyances (notamment religieuses).

Je suis contre les amalgames, les responsabilités et les punitions collectives.

Je suis contre les explications hâtives et émotives pour expliquer des événements complexes qui entrecroisent des choix personnels et des facteurs structurels.

Je suis contre le racisme, l’islamophobie et l’antisémitisme.

Je suis contre le sexisme et la misogynie.

Je suis contre les intégrismes de tout poil : religieux, politiques et économiques.

Je suis contre l’anticléricalisme d’État et l’athéisme militant (puisque je suis contre les intégrismes de tout poil).

Je suis contre le nationalisme (côté rive droite et côté rive gauche), l’impérialisme, le colonialisme, la poursuite de relations commerciales de la France avec les États qui agressent et colonisent leur voisin (tel Israël) ou qui aident financièrement les djihadistes (tel le Qatar, ou l’Arabie Saoudite).

Je suis contre la ségrégation sociale et ethnique.

Je suis contre les fauteurs de guerre : le capitalisme, en premier lieu, puisque les guerres capitalistes ont tué plus d’individus que toutes les guerres de religion rassemblées.

Je suis contre l’“unité nationale”, notion ambigüe et synonyme de confiscation de la liberté d’expression du peuple et annonciatrice d’atteintes aux libertés publiques. Dans les mois à venir, il faudra veiller à ce qu’un Patriot Act à la française ne vienne pas installer un climat de guerre, ce qui réjouirait tous les ennemis de la liberté.

Je suis pour le droit au blasphème, même s’il s’agit d’un droit théorique dans le cadre d’une république laïque (certes en Alsace et en Moselle, le délit de blasphème existe toujours en vertu de l’article 266 du Code pénal local). Le délit de blasphème ne peut en effet exister, en tant que provision juridique et politique, que dans le cadre d’un régime théocratique.

Je suis pour une laïcité conçue comme un principe de non-domination des religions minoritaires [1] ; une laïcité fidèle au principe de neutralité énoncé par la loi de 1905 : respect des croyances de chacun, dans le cadre de la loi, ce qui favorisera l’émergence d’une identité française plurielle, inclusive et fraternelle.

Je suis pour un humour émancipateur : auto-ironique, tendre avec les opprimés et impitoyable avec les puissants.

Je suis pour qu’on fiche la paix aux croyants. Les croyants sont des individus comme les autres, ni supérieurs, ni inférieurs aux athées ou aux agnostiques.

Je suis pour qu’on laisse les individus vivre leur vie comme ils l’entendent. Que l’État, les organisations politiques et religieuses cessent de donner des conseils vestimentaires aux femmes. Qu’ils les laissent porter librement des jupes (courtes ou longues), des pantalons et des hijabs à l’école, au bureau, dans la rue et à la maison, et qu’ils cessent de contester des choix librement consentis ou de les contraindre.

Je suis pour la République sociale, celle des égaux et de la solidarité. Je suis lassé d’entendre les élites politiques se réclamer constamment des valeurs de la république et décliner un catéchisme de rappels à l’ordre principiels. Cette république dévoyée – qui est dominante en France - n’est qu’un discours creux et trompeur car il ne s’accompagne d’aucune mesure véritablement émancipatrice pour les populations socialement et culturellement dominées.

Je suis pour qu’on décrive la France actuelle telle qu’elle est : celle-ci est multiculturelle, multilingue et multiethnique. Qu’on cesse de prétendre que nous sommes encore sous la 3e République.

Je suis pour qu’on célèbre le melting pot français, source de dynamisme social, culturel et économique.

Je suis pour l’internationalisme et la fraternité entre les peuples.

Je suis pour la tolérance et le respect des différences car les peuples qui méprisent ces valeurs ne peuvent construire un destin commun. L’ignorance et la crainte de l’autre sont des facteurs de tension et de désunion chronique, ce qui conforte invariablement les démagogues et les extrémistes.

Je suis pour un monde d’égales et d’égaux : je revendique donc la justice pour toutes et tous.

Note

[1] Philippe Marlière, “La laïcité, un principe de non-domination”, Mediapart, 30 octobre 2013, http://blogs.mediapart.fr/blog/philippe-marliere/301013/la-laicite-un-principe-de-non-domination

 Twitter : @PhMarliere

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal — Éducation
« On veut comprendre pourquoi le collège n’a rien fait »
Près d’un mois après le suicide de Dinah, 14 ans, ses parents ont déposé plainte pour « harcèlement » et accusent le collège de non-assistance à personne en danger. Plusieurs témoins dénoncent la passivité de l’établissement. La direction dément tout dysfonctionnement.
par David Perrotin
Journal
Étudiants précaires : une petite prime et des bugs
Plutôt que de réformer le système des bourses, le gouvernement a décidé d’accorder une prime inflation de 100 euros aux étudiants boursiers. Les serveurs du Crous n’ont pas tenu le choc, les bugs se sont multipliés et nombre d’étudiants n’ont pas pu faire leur demande dans les délais.
par Khedidja Zerouali
Journal
Professeurs non remplacés : la Cour des comptes dénonce une « défaillance institutionnelle »
Dans un rapport publié jeudi, les magistrats financiers se penchent sur les absences des enseignants qui font perdre aux élèves 10 % d’heures de cours dans les lycées. Les deux tiers sont liés à une mauvaise organisation de l’Éducation nationale.
par Faïza Zerouala

La sélection du Club

Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro