Philippe Marlière
Politiste
Abonné·e de Mediapart

130 Billets

1 Éditions

Billet de blog 26 août 2013

Philippe Marlière
Politiste
Abonné·e de Mediapart

Christiane Taubira, une lueur d'espoir

Que retenir de l'université d'été du Parti socialiste à La Rochelle ? Comme d'habitude, les médias ont fait leur miel des petites phrases retransmises en boucle et des rivalités personnelles. Business as usual. Et puis, j'ai visionné le discours de Christiane Taubira qui m'a sorti de l'état de torpeur qui me gagnait.

Philippe Marlière
Politiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Que retenir de l'université d'été du Parti socialiste à La Rochelle ? Comme d'habitude, les médias ont fait leur miel des petites phrases retransmises en boucle et des rivalités personnelles. Business as usual. Et puis, j'ai visionné le discours de Christiane Taubira qui m'a sorti de l'état de torpeur qui me gagnait.

Dans cet été de grisaille pour la gauche française, la garde des sceaux a redonné une lueur d'espoir. Une ministre portant haut et fort - et qui plus est de manière sincère - les idéaux de la gauche : voici un mini-événement qu'il convient de relever. C'est surtout dans la manière de gérer et de remporter (provisoirement) la passe d'armes avec Manuel Valls, le ministre de l'Intérieur, que je l'ai trouvée impressionnante.

Un orateur hors-sujet

Dans une séance plénière consacrée à la démocratie, la voix de Manuel Valls monte trop vite et surchauffe. Le timbre de la voix est éraillé, il ne parle pas avec emphase, il crie et gesticule ; un registre dont il ne se départira pas pendant son intervention d'une vingtaine de minutes. Il lit un discours préparé ; des propos très généraux sur les dangers de l'extrême droite et la nécessité de la combattre. Que nous communique-t-il vraiment ? Deux choses : d'une part, le gouvernement en place est bien de gauche. D'autre part, il est bien un socialiste. Il est hors-sujet. Ces deux informations capitales sont énoncées en s'époumonant ; le regard circulaire et sévère ne croise que rarement celui de son auditoire.

Une oratrice chaleureuse et efficace

Christiane Taubira prend la parole dans une séance plénière portant sur la justice. Elle commence par remercier les organisateurs, les dirigeants du parti présents, sans oublier de saluer les militants venus l'écouter. ("C'est un vrai bonheur de venir présenter le projet de réforme pénale aux militants, un vrai privilège") La garde des sceaux parle calmement, sans l'aide de notes. Elle s'exprime de manière précise et argumentée. Davantage, elle énonce les différents points de son discours en regardant son auditoire dans les yeux. Taubira a manifestement de l'humour et une bonne dose d'auto-dérision (deux qualités essentielles pour quiconque pratique la politique de manière professionnelle ; qualités dont semble dépourvu Manuel Valls). Elle fait rire la salle à plusieurs reprises et s'adresse à l'auditoire de manière chaleureuse. Christiane Taubira suscite un mouvement de sympathie spontané en sa faveur. Ce n'est pas tout : il n'est point de bavardage creux dans son allocution, mais plus de vingt minutes d'un exposé pédagogique sur le projet de réforme pénale dont elle a la responsabilité.

Un miracle politique se produit

Et là, un miracle politique se produit à La Rochelle : une ministre d'un gouvernement de gauche parle avec fierté et combativité d'une réforme de gauche ; de mesures justes et bonnes pour tous. Elle constate que le système carcéral est "embouteillé", ce qui est source de "danger pour tous". Le tout-carcéral appliqué par le gouvernement précédent, et prôné aujourd'hui par Manuel Valls, est un facteur aggravant de la récidive qui provoquera de nouvelles victimes. La situation est explosive et le statu quo ne peut prévaloir. Construire de nouvelles prisons est non seulement extrêmement coûteux, mais encore largement inefficace. Taubira fait le pari d'une "prison républicaine", qui refuse la course actuelle à l'incarcération massive des délinquants. Le rôle de cette prison est d'aider à la réintégration dans la société des délinquants qui ont purgé leur peine.

Christiane Taubira récuse une approche sécuritaire qui est inspirée par un profond pessimiste social. Sous couvert de rassurer, le tout-sécuritaire ne fait que susciter davantage de peur dans la population. Elle cite le président Roosevelt (en anglais) : "The only thing we have to fear is fear itself". Elle raille la "fermeté obtuse et incantatoire dans les mots qui est suivie du creux de l'action" des sécuritaires de tout poil. Claude Guéant est bien entendu la cible de ses propos. Je ne suis probablement pas le seul à penser que Manuel Valls l'est aussi.

La ministre décline les grands axes de la réforme, dont l'abrogation de la peine plancher. Les magistrats doivent pouvoir déterminer au cas par cas la nature de la peine, en fonction du délit commis et des circonstances personnelles et sociales dans lesquelles il a été accompli. Elle explique comment la réforme a vu le jour. Celle-ci est le fruit d'un vaste travail collectif de recherche et de débats contradictoires, qui ont réuni le nec plus ultra des spécialistes en matière pénale : spécialistes de droit criminel, psychologues, représentants de la police et des gardiens de prison, magistrats, etc. En organisant des "conférences de consensus" avec les divers protagonistes, elle a tenu à ce que les conclusions de ces travaux puissent faire l'objet d'un véritable consensus au sein des différents corps constitués. Elle affirme que cette réforme est "sérieuse et rigoureuse", remettant une fois encore Manuel Valls à sa place. Ce dernier a été critiqué à de nombreuses reprises par les syndicats de magistrats pour ses déclarations intempestives et démagogiques sur les questions carcérales.

Elle conclut sous les ovations du public : "Je ne cherche pas à séduire, je préfère convaincre" ; "je veux redonner confiance". Elle lance aussi un net avertissement au ministre de l'Intérieur : "Il faut bannir tout discours de stigmatisation ; il ne faut pas provoquer, ni creuser des fractures". En référence à une actualité récente, elle propose de "retisser le lien social, en faisant vivre la laïcité, qui n'est pas un principe d'exclusion, mais qui est un principe de concorde, quelles que soient nos différences, nos origines, nos apparences, notre situation sociale". Quel courage et quelle force !

Taubira est victorieuse par KO d'un Valls qui semble avoir tout donné lors de l'échauffement médiatique et qui, pendant le match, s'est fait sévèrement corriger. Il s'agissait d'une correction administrée avec classe et élégance ; celle que réservent les personnes de conviction qui maîtrisent bien leur sujet.

Hollande va devoir trancher entre deux voies

Christiane Taubira termine en citant de mémoire cette très belle phrase de Franz Fanon : "L'important n'est pas ce que l'on a fait de toi, l'important est ce que tu fais de ce que l'on a fait de toi".

La garde des sceaux suggère avec courage que la voie droitière poursuivie jusqu'à présent n'est ni juste, ni inévitable. Elle a dégonflé les rodomontades de Manuel Valls et mis à nu ses artifices, en démontrant qu'on peut être à la fois une ministre défendant des politiques de gauche et compétente.

Chritiane Taubira s'est comportée à La Rochelle comme une ministre scandinave : professionnelle, modeste et au service de ses concitoyens. Contrairement au ministre de l'Intérieur, Taubira ne "met pas en scène une l'autorité d'une image" [1], mais incarne l'autorité. Christiane Taubira est ce que les Britanniques appellent a decent person (une personne honnête). La decency qui caractérise Taubira est malheureusement un fait rare dans le milieu de la politique professionnelle en France.

A l'occasion de l'arbitrage sur la réforme pénale, François Hollande va être amené à choisir entre deux voies radicalement différentes : une voix humaniste et sociologiquement sérieuse et une autre sécuritaire reposant sur des constructions idéologiques fantasmagoriques. Ce sera l'un ou l'autre, car toute tentative de synthèse sera irrémédiablement voué à l'échec.

Christiane Taubira ne pourra réussir sans le soutien de l'ensemble de la gauche.

[1] J'emprunte l'expression à Christian Salmon.

Twitter : @PhMarliere

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Réforme de la PJ : Darmanin fait face à un début d’insurrection policière
Au lendemain d’une manifestation de mécontentement des enquêteurs marseillais, le patron de la police judiciaire du sud de la France, Éric Arella, a été démis de ses fonctions. Au risque d’amplifier la fronde contre une réforme qui ne passe pas.
par Fabrice Arfi, Pascale Pascariello, Camille Polloni, Matthieu Suc et Clara Martot
Journal — Cinéma
Les Français désertent le grand écran, le septième art broie du noir
Affecté par la baisse plus forte que prévu des fréquentations en salles et par l’arrivée des plateformes américaines, le cinéma français voit son modèle économique chamboulé.  
par Mathias Thépot
Journal
Le cinéma, emblème d’une politique culturelle fantoche
Alors que des professionnels lancent une journée d’appel à des états généraux du cinéma, jeudi 6 octobre, la politique culturelle sur le sujet demeure aussi introuvable que problématique.
par Joseph Confavreux
Journal
Un Nobel de la paix contre Poutine et Loukachenko et pour les droits humains
En pleine guerre en Europe, le prix Nobel de la paix a été décerné vendredi au défenseur des droits humains Ales Bialiatski, du Belarus, à l’organisation russe Memorial et à l’organisme ukrainien Center for Civil Liberties. Une façon de dénoncer les politiques dictatoriales de Vladimir Poutine et de son allié bélarusse Alexandre Loukachenko.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon
Billet de blog
Quand les riches se mettent à partager
Quand Christophe Galtier et Kylian Mbappé ont osé faire leur sortie médiatique sur les jets privés et les chars à voile, un torrent de réactions outragées s'est abattu sur eux. Si les deux sportifs clament l'erreur communicationnelle, il se pourrait en fait que cette polémique cache en elle la volonté des dominants de partager des dettes qu'ils ont eux-mêmes contractées.
par massimo del potro
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt