Philippe Marlière
Politiste
Abonné·e de Mediapart

123 Billets

1 Éditions

Billet de blog 29 mars 2012

Jean-Luc Mélenchon redonne à la gauche sa dignité

La percée de Jean-Luc Mélenchon dans les sondages indique une tendance lourde et reflète un rapport de forces nouveau. Le Front de gauche est en train de s’installer dans le paysage politique. Ce mouvement s’enracine car il articule aux yeux des électeurs deux caractéristiques essentielles de la gauche historique : la crédibilité et la radicalité.

Philippe Marlière
Politiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La percée de Jean-Luc Mélenchon dans les sondages indique une tendance lourde et reflète un rapport de forces nouveau. Le Front de gauche est en train de s’installer dans le paysage politique. Ce mouvement s’enracine car il articule aux yeux des électeurs deux caractéristiques essentielles de la gauche historique : la crédibilité et la radicalité. Que ce succès tienne beaucoup aux qualités intellectuelles et oratoires du député européen ne fait aucun doute. Mélenchon a des convictions qu’il défend avec pugnacité et une vision politique qui est cohérente. Ceux qui, au PS ou à droite, feignaient de voir chez lui un « populiste » de second ordre en sont aujourd’hui pour leurs frais. Mélenchon est plus qu’une révélation. Il est devenu la figure de référence de la gauche française.

Au début de la campagne, un doute subsistait : Jean-Luc Mélenchon mettrait-il son savoir-faire politique au service de l’union des gauches, ou chercherait-il à poursuivre un chemin plus personnel ? Il a choisi de rassembler la gauche qui souhaite rompre avec trois décennies d’impasse sociale-démocrate. Il a mis en sourdine les thèmes qui désunissent à gauche (l’interprétation de la laïcité et de la république, le patriotisme, ainsi que son tropisme mitterrandiste), pour aller à l’essentiel : la lutte contre l’exploitation capitaliste, la planification écologique, une assemblée constituante contre la 5e république « monarchiste » ou encore l’égalité de genre au travail et dans les rapports privés.

Une campagne juste et crédible

Le candidat du Front de gauche est, il est vrai, aidé par une conjoncture exceptionnelle. D’une part, le retrait d’Olivier Besancenot lui a laissé le champ libre sur le plan médiatique. Davantage, le sectarisme du NPA a permis au Front de gauche d’apparaître comme l’unique pôle de rassemblement à gauche. D’autre part, François Hollande et le PS continuent de composer avec un système qui a failli. Ce n’est pas tant la supposée « mollesse » du candidat socialiste qui est en cause, que l’incapacité de la social-démocratie à rompre avec sa gestion mortifère d’un capitalisme financier sans foi, ni frontières. L’anti-sarkozysme virulent des Français pourrait suffire à faire élire Hollande, mais il ne s’accompagne pas, pour le moment, d’une adhésion aux idées socialistes. Quelle est par ailleurs la position du candidat socialiste sur les retraites, le pouvoir d’achat ou le nucléaire ? Le flou et les hésitations qui entourent ces questions-phares ne sont pas de bon augure. On comprend le manque d’enthousiasme des électeurs qui redoutent qu’une présidence Hollande ne se situe dans la continuité sarkozyste en matière économique et européenne. Il y a, enfin, un dernier facteur conjoncturel : partout en Europe, les gouvernants font payer la crise du capitalisme aux catégories les plus vulnérables. Les politiques d’austérité frappent par leur brutalité et leur caractère injuste. Les idéologues néolibéraux veulent profiter  de la situation pour imposer de nouvelles privatisations des services publics. Les électeurs ont hautement conscience de la nature néfaste et inique de ces politiques, car elles sont synonymes de nouvelles privations personnelles qui réduisent la capacité de chacun de mener une vie libre et épanouie. Mélenchon a sur ce plan un positionnement juste et crédible : les capitalistes ont créé ce marasme économique, qu’ils payent les conséquences de leurs actions maintenant ! Dans un face-à-face désormais célèbre avec Marine Le Pen, Mélenchon a dissipé un mensonge entretenu depuis les années 80 par l’ambivalence de la droite et l’incurie de la gauche : le FN n’est pas le parti du peuple, mais celui des dominants.

Une gauche confiante et combative

Jean-Luc Mélenchon a le sens de la formule qui touche et qui fait mouche : « Nous étions jusqu’à présent armés de notre subjectivité et de nos intuitions pour lutter contre ce système injuste. Aujourd’hui, cette subjectivité est devenue objectivité ». Cette « objectivité », ce sont les électeurs politisés par la crise qui estiment que le moment est venu de changer en profondeur notre société. La « révolution citoyenne » : loin d’être un slogan creux de campagne, ce mot d’ordre s’impose comme une mesure nécessaire et de bon sens.

Le candidat du Front de gauche se démarque de ses concurrents dans sa manière de mener campagne et de s’adresser à l’électorat. C’est là l’une des clés de son succès et de son audience croissante. Il argumente, réfute et explique sans se lasser. Ses discours sont didactiques, précis et parsemés de citations historiques et littéraires. A la Bastille, le « rouge était de retour » : le poing levé, comme en 36, Mélenchon a redonné confiance au peuple de gauche. Les bannières syndicales étaient présentes et des ouvriers défilaient dans leur tenue de travail. Mélenchon a dit à son auditoire qu’il pouvait être fier de l’histoire de la gauche, de ses luttes et de ses personnages illustres. Il leur a parlé de 1789, du devoir d’insurrection contenu dans la Constitution de 1793, de Louise Michel, de la Commune de Paris, de Jules Vallès et son Cri du peuple ou encore de la manifestation féministe du 14 juillet 1935, prélude au Front populaire. Dans un clin d’œil à Jean Jaurès, Mélenchon a conclu son discours d’un tonitruant « Vive la Sociale ! » Le mort saisit le vif. L’histoire de la gauche réifiée est une histoire incorporée, c’est-à-dire une geste vivante, moderne et joyeuse. Il suffisait de regarder les visages heureux sur la place de la Bastille pour s’en convaincre. Après trente années de mutisme, la gauche parle de nouveau sa langue ! Mélenchon a redonné à la gauche sa dignité.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Un complot a été monté par la droite toulousaine pour torpiller une candidate LREM
Manipulation du fisc, de la justice et des médias : une enquête judiciaire lève le voile sur le piège tendu à une candidate LREM à Toulouse. Des SMS consultés par Mediapart accablent la patronne de la fédération LR, Laurence Arribagé, un cadre du fisc et un magistrat.
par Antton Rouget
Journal — International
Exilés : « L'État n'est plus humain »
Combien de drames humains faudra-t-il pour penser autrement les politiques migratoires ? Dans notre émission ce soir : reportage à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. Et en plateau : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint
Journal — France
IVG : les députés adoptent l’extension du délai, le gouvernement tergiverse
Dans une assemblée nationale clivée, la proposition de loi « visant à renforcer le droit à l’avortement » a été votée en deuxième lecture à l’Assemblée, mardi soir. Seulement, son adoption définitive reste incertaine dans cette mandature, faute de volonté du gouvernement.
par Faïza Zerouala

La sélection du Club

Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart