Philippe Marlière
Politiste
Abonné·e de Mediapart

130 Billets

1 Éditions

Billet de blog 30 sept. 2011

Philippe Marlière
Politiste
Abonné·e de Mediapart

Primaire socialiste: une fuite en avant qui fragilise la gauche

Primaire socialiste, morne plaine. Les militants socialistes semblent déboussolés par la campagne 2011. Faut-il s'en étonner? Non, tout dans la procédure de la primaire devait produire un tel résultat. Faut-il s'en inquiéter? Oui, cette primaire est faussement démocratique, fragilise le Parti socialiste et, par ricochet, l'ensemble de la gauche.

Philippe Marlière
Politiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Primaire socialiste, morne plaine. Les militants socialistes semblent déboussolés par la campagne 2011. Faut-il s'en étonner? Non, tout dans la procédure de la primaire devait produire un tel résultat. Faut-il s'en inquiéter? Oui, cette primaire est faussement démocratique, fragilise le Parti socialiste et, par ricochet, l'ensemble de la gauche. Elle pourrait même hypothéquer la victoire de la gauche à l'élection présidentielle. Imposée dans des conditions rocambolesques, la primaire représente le colmatage institutionnel d'une crise politique.

Le 1er octobre 2009, les adhérents socialistes ont entériné le principe de la primaire «ouverte»; une procédure qui paradoxalement leur a retiré le pouvoir exclusif de choisir leur candidat. On doit à Terra Nova, un thinktank proche de Dominique Strauss-Kahn, et de publications proches du PS (Libération, Le Nouvel Observateur) d'avoir dicté les termes du scrutin à des dirigeants socialistes hostiles. S'inspirant des expériences de la gauche italienne (2005) et de la campagne Obama (2008), les promoteurs de la primaire ont estimé qu'elle formerait le socle de la reconquête du pouvoir par la gauche. Présentée comme le nec plus ultra de la démocratie participative («tous les électeurs de gauche peuvent voter»), la primaire socialiste est censée trancher la lancinante question de leadership. Ses artisans ont assuré qu'elle susciterait une dynamique politique, mobilisant partis et électeurs, jusqu'à la victoire. Le précédent italien n'a guère refroidi les ardeurs réformatrices. E pur si muove! En 2005, la primaire de la gauche italienne a investi Romano Prodi, le plus droitier des candidats. Au pouvoir, le gouvernement Prodi a mené une politique qui a tourné le dos aux attentes populaires. La coalition de gauche a implosé et Silvio Berlusconi a aisément remporté l'élection suivante. Depuis, la gauche italienne est sans leader reconnu, fragmentée et impuissante.

La primaire a encore accentué le phénomène de personnalisation de la vie politique, clé de voûte des institutions de la 5e république. Arnaud Montebourg, candidat à l'investiture et rare partisan au PS d'une 6e république parlementariste, a été l'infatigable architecte de la primaire en interne. Pourtant, être en faveur d'une 6e république et défendre la primaire sont deux positions totalement contradictoires. M. Montebourg promeut un mode de désignation qui exacerbe une compétition entre candidats auto-proclamés. Dans ce cadre, les militants sont devenus dispensables, voire un rappel gênant de «l'archaïsme partisan». Les candidats l'ont bien compris, s'affranchissant du projet socialiste et «partant à la rencontre des Français» selon un schéma de deuxième tour d'élection présidentielle.

La primaire a définitivement sonné le glas des courants au sein du PS. En personnalisant à outrance la vie du parti, elle a rendu caduque les oppositions idéologiques intra-partisanes. Le monde socialiste est accaparé par les enjeux électoraux, et le soutien des caciques du parti aux candidats n'est plus dicté par des considérations politiques, mais par des stratégies de carrière. Il suffit pour s'en convaincre d'observer le jeu de chaises musicales entre la primaire de 2006 et celle de 2011. Les rares courants encore «politisés» viennent de sombrer. Le parti d'Epinay, parti de militants, est mort et enterré, sans protocole funéraire.

Les médias dominants mettent en scène le «Western socialiste»: petites phrases assassines et propositions «orthodoxes» (sur la dette publique, les retraites) sont reprises en boucle et montées en épingle. S'appuyant sur des instituts de sondages qu'ils rémunèrent, ces médias plébiscitent les candidats les plus à droite et le font savoir: hier DSK, aujourd'hui Hollande. Le premier débat entre candidats n'a-t-il pas connu un large succès d'audience? En dramatisant le feuilleton de la primaire, France 2 a certes donné «envie» aux téléspectateurs de «consommer» un épisode de politique-spectacle. TF1 est parvenue au même résultat lors de la «confession» de DSK. Les six candidats ont sagement joué le jeu, se différenciant dans le style, se contredisant sur des questions secondaires (consommation de cannabis), et s'accordant sur l'essentiel (pas de rupture avec les politiques néolibérales responsables de l'appauvrissement des Français). Ils ont donné un énième gage de bonne conduite aux tenants du néolibéralisme: retraite à 67 ans d'ici 2029 (Martine Aubry); réduction du déficit public à 3% du PIB en 2013 et à 0% d'ici 2017 (François Hollande) ou assurance que la «démondialisation» n'implique pas une «rupture» avec le néolibéralisme (Arnaud Montebourg).

La primaire «ouverte» est le colmatage institutionnel de la crise politique et idéologique qui mine le PS depuis vingt ans. C'est une fuite en avant qui permet à l'oligarchie socialiste d'occulter les questions gênantes: pourquoi tant d'élections perdues depuis 1988? Pourquoi les ouvriers et les employés (53% de la population active) ne sont-ils pas plus nombreux à voter pour le PS? Pourquoi les propositions socialistes ne sont-elles pas dominantes après quatre années de sarkozysme et avec le discrédit du néolibéralisme? La réponse ne viendra pas de candidats socialistes, prisonniers de la bulle sondagière. Moins circonspect, Terra Nova a mis les pieds dans le plat. Le thinktank a publié un rapport recommandant au PS de renoncer au vote des ouvriers, tentés par le «repli xénophobe et le vote FN», pour se consacrer aux catégories moyennes, aisées et éduquées. La primaire, aux règles absconses et aux enjeux sybillins, s'adresse d'ailleurs à ces catégories et exclut de son champ les classes populaires.

Le virus de la primaire est contagieux. Il a gagné la Fête de l'Humanité lors de la guignolesque rencontre de Jean-Luc Mélenchon avec trois des prétendants socialistes. Dans un barnum médiatique, le candidat du Front de Gauche, a décerné un brevet de «retour à gauche» à Ségolène Royal, au terme d'une discussion de quelques minutes. Ces entrevues «politiques» ont été saluées par un cadre du Parti de Gauche: «Voir les socialistes venir toucher la main de Jean-Luc en son palais, venir chercher un adoubement médiatique, c'est un plaisir qu'on ne va pas bouder».

Les électeurs de gauche qui penseraient favoriser l'élection du «moins mauvais» des candidats, n'y pourront rien. Attirés par un mirage démocratique, ils légitimeront un «beauty contest» taillé sur mesure pour les profils les plus droitiers. Ce faisant, ils acclimateront l'ensemble de la gauche aux pratiques plébiscitaires. Femmes et hommes de gauche, que diable iriez-vous faire dans cette galère ?

Philippe Marlière, Professeur de science politique à University College London

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Derrière le triomphe annoncé de l’extrême droite, des élections aux multiples enjeux
Dimanche, les Italiens votent pour renouveler leur Parlement. Une élection décisive qui conclut une campagne morne mais pourrait porter l’extrême droite au pouvoir. Tour d’horizon des programmes et des enjeux. 
par Romaric Godin
Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal — Moyen-Orient
L’Arabie saoudite soudoie des stars des réseaux sociaux pour attirer les touristes
Le royaume entend préparer l’après-pétrole grâce aux revenus du tourisme. Pour faire la promotion des trésors touristiques saoudiens, des influenceurs des quatre coins du monde affluent par avions entiers. Avec un objectif : montrer par leurs publications Instagram que le pays s’est ouvert. 
par Yunnes Abzouz
Journal — Écologie
Trois ans après Lubrizol, Rouen confie aux entreprises la prévention des risques industriels
Trois ans après l’accident de l’usine chimique, la métropole normande a mandaté une association d’industriels pour étudier les attentes de la population et former les élus. Une association de victimes dénonce un « McKinsey » de la pollution.
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Le gigantisme des installations éoliennes offshore en Loire Atlantique et en Morbihan
Un petit tour sur les chemins côtiers en Loire Atlantique et en Morbihan pour décrire et témoigner du gigantisme de ces installations offshores, de la réalité de l'impact visuel, et de quelques réactions locales.
par sylvainpaulB
Billet de blog
Saint-Jean-Lachalm, un village qui a réussi ses éoliennes, sans s'étriper
Saint-Jean-Lachalm, un village de la Haute-Loire qui a trouvé le moyen de ne pas s’étriper lorsque l’idée d’un champ d’éoliennes a soufflé dans la tête de son maire, Paul Braud. En faisant parler un droit coutumier ce qui, de fil en aiguille, a conduit… au chanvre.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Éolien : vents contraires !
[Rediffusion] Mal aimées parmi les énergies renouvelables, les éoliennes concentrent toutes les critiques. La région Provence Alpes-Côte d'Azur les boycotte en bloc sans construire d'alternatives au « modèle » industriel. le Ravi, le journal régional pas pareil en Paca, publie une « grosse enquête » qui ne manque pas de souffle...
par Le Ravi
Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste