Philippe Riès
Journalist
Journaliste à Mediapart

146 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 juin 2013

Les amis «latinos» de Jean-Luc Mélenchon

Au pays de Jean-Luc Mélenchon, la nouvelle est passée pratiquement inaperçue : la Bolivie du socialiste «indigène» Evo Morales a connu un mois de mai socialement très agité, sous l'impulsion de la Centrale Ouvrière Bolivienne, avec les mineurs d'étain, casques sur la tête et bâton de dynamite en main, à l'avant-garde des luttes.

Philippe Riès
Journalist
Journaliste à Mediapart

Au pays de Jean-Luc Mélenchon, la nouvelle est passée pratiquement inaperçue : la Bolivie du socialiste «indigène» Evo Morales a connu un mois de mai socialement très agité, sous l'impulsion de la Centrale Ouvrière Bolivienne, avec les mineurs d'étain, casques sur la tête et bâton de dynamite en main, à l'avant-garde des luttes.


Cette indifférence est regrettable parce ce que dans la jeunesse trotskyste du «leader maximo» du Front de Gauche, la COB, ses dirigeants mineurs, la révolution de 1952, le manifeste révolutionnaire des «Thèses de Pulacayo», les combats de «Siglo XX», une des principales mines du pays, appartenaient à un imaginaire du «Grand Soir» à venir dans les vieilles démocraties bourgeoises condamnée par le «déclin irrémédiable des forces productives». Et ne voilà-t-il pas que les héritiers de Guillermo Lora déclenchent une grève générale illimitée, posent le marteau-piqueur et descendent sur La Paz pour affronter un gouvernement «socialiste».
A l'origine de ce bras de fer, la revendication des grévistes et des salariés d'autres secteurs d'obtenir des augmentations de salaires supérieures et des conditions de retraite égales à celles des...militaires, qui touchent 100% de leur dernier salaire, contre 70% seulement pour les mineurs. Après 18 jours de grève à Huanuni, qui assure la moitié de la production d'étain du pays, le mouvement a été suspendu, le gouvernement s'engageant à répondre aux revendications dans un délai d'un mois.
Contrairement aux autres amis latino-américains de Mélenchon, feu Hugo Chavez au Venezuela et le couple Kirchner en Argentine, Morales n'a pas ruiné le pays par une gestion calamiteuse de la rente des matières premières, pétrolière dans le premier cas, avant tout agricole chez les seconds. Il a procédé à des nationalisations occasionnelles d'actifs de société étrangères et joue abondamment de la carte «antiyankee» toujours utile au sud du Rio Grande. Mais la gestion budgétaire du pays a été prudente, et reconnue comme telle par les agences internationales de notation.
Sur le plan politique par contre, Morales, comme les Kirchner et feu Chavez, est moins partisan du «Que se vayan todos» (Qu'ils s'en aillent tous) cher à Jean-Luc Mélenchon que du «J'y suis, j'y reste». Après deux mandats présidentiels, il veut en obtenir un troisième, au mépris de la constitution qu'il a lui-même rédigée. En utilisant un truc classique, validé par une Cour Suprême aux ordres : le changement de loi fondamentale aurait remis le compteur à zéro. La présidence à vie n'est pas loin.
Au Venezuela, le successeur désigné de Chavez, Nicolas Maduro, a hérité, dans des conditions contestées par l'opposition, d'une situation économique catastrophique et d'une criminalité échappant à tout contrôle. Pour avoir refusé un résultat très serré et marqué par les fraudes, les députés de l'opposition ont été privés du droit de prendre la parole et de voter. Et certains d'entre eux rondement tabassés dans l'hémicycle par les «chavistas», quand ils eurent l'audace de protester. On aurait aimé connaître l'opinion d'un des promoteurs de la «VI République» sur ces intéressantes avancées «démocratiques» mais curieusement, la question ne lui est jamais posée.
Le sujet n'est pas de savoir s'il faut réduire les inégalités sociales criantes qui affligent encore les économies latino-américaines et freinent leur développement, mais comment. La logique économique voudrait que l'on mise sur l'amélioration du potentiel de croissance de ces pays, un meilleur usage des ressources matérielles et humaines, le sérieux budgétaire, la lutte contre le cancer de la corruption, l'investissement dans l'éducation et la formation, afin de financer un réel effort de redistribution, sous conditions. La voie brésilienne, en somme, en dépit de ses imperfections et nombreux dérapages. La voie populiste consiste à gaspiller la rente dans des politiques clientélistes, à laisser la bride sur le cou aux corrupteurs et aux corrompus, à truquer les chiffres. Jusqu'au jour où la rente se tarit, même temporairement, et où le système implose, généralement dans la violence politique. Le Venezuela y est. L'Argentine y retourne. Et la Bolivie hésite encore. Comme inspiration, on peut trouver mieux.

Publié initialement le 30 mai 2013, sur Orange.fr

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange
Journal
Élisabeth Borne, une négociatrice compétente et raide au service du président
Ces deux dernières années, celle qui vient de devenir première ministre était affectée au ministère du travail. Tous les responsables syndicaux reconnaissent sa capacité de travail et sa propension à les recevoir, mais ont aussi constaté l’infime marge de manœuvre qu’elle leur accordait.
par Dan Israel

La sélection du Club

Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet
Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena
Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon