Philippe Riès
Journalist
Journaliste à Mediapart

146 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 mai 2013

Le chemin de Damas libéral de Benoît Hamon

Sur le papier, voici de quoi désespérer un peu plus le peuple de gauche qui, un an après l'élection de François Hollande, contemple comme Perrette, le lait renversé de ses espoirs de «changement» : ne voilà-t-il pas que Benoît Hamon, éminent représentant de la gauche du Parti socialiste, présente une réforme d'inspiration libérale introduisant en France, enfin, une pratique venue des Etats-Unis, l'action de groupe.

Philippe Riès
Journalist
Journaliste à Mediapart

Sur le papier, voici de quoi désespérer un peu plus le peuple de gauche qui, un an après l'élection de François Hollande, contemple comme Perrette, le lait renversé de ses espoirs de «changement» : ne voilà-t-il pas que Benoît Hamon, éminent représentant de la gauche du Parti socialiste, présente une réforme d'inspiration libérale introduisant en France, enfin, une pratique venue des Etats-Unis, l'action de groupe.

Présentant le 2 mai son projet (par exemple, dans la matinale de France Inter), la «loi Consommation», dont il refuse modestement qu'elle devienne la «loi Hamon», le ministre délégué à l'économie sociale et solidaire n'avait à la bouche que les mots de concurrence, de transparence, de protection des consommateurs face aux ententes et aux cartels.

Le mécanisme de l'action de groupe, «class action» outre-Atlantique, est de permettre à des individus qui s'estiment lésés dans l'achat d'un bien ou d'un service, de se regrouper pour faire appel conjointement à la justice afin d'obtenir une reconnaissance et une indemnisation du préjudice. Il s'agit, face aux ressources juridiques, financières et politiques dont disposent souvent les entreprises, surtout les grandes, de concentrer le pouvoir des consommateurs et des clients. Vieux principe : l'union fait la force.
Les Etats-Unis, qui ont inventé la «class action», sont aussi le pays qui a le premier mis en place des législations anti-trust face à la concentration du pouvoir économique par les «robber barons» ayant personnifié l'émergence du capitalisme américain à la fin du 19ème siècle. De fait, l'absence de concurrence est le premier ennemi du consommateur, la violation de sa liberté de choix. Il est significatif que Benoît Hamon ait justifié sa réforme avant tout par des comportements anti-concurrentiels.
Qu'un gouvernement socialiste français s'engage dans une démarche libérale ne surprendra que ceux qui ont la mémoire courte. Rappelons que des dérèglementations majeures de l'économie française ont été promues (même si on est encore loin du compte) à Bercy, du temps où Pierre Bérégovoy était ministre des Finances.
Certes, on ne se refait pas en un jour et l'action de groupe telle que la conçoit Benoît Hamon donne une rôle prioritaire, voire exclusif, dans le déclenchement aux associations de consommateurs, indépendamment même de leur représentativité. Au détriment des avocats (qui ne manqueront pas de se faire entendre dans le débat parlementaire, où ils sont largement représentés, comme chacun sait). Elle présente aussi l'inconvénient de favoriser les «passagers clandestins», ceux qui bénéficieraient d'une décision de justice sans s'être engagés pour l'obtenir.
On pourrait aussi relever que cette démarche clairement libérale de M. Hamon est en complète contradiction avec l'attitude de son parti, et la sienne en particulier, quand la Commission européenne avait tenté, avec la directive sur les services, dite Bolkestein, d'achever le marché unique dans ce secteur désormais dominant de l'activité économique, en y faisant entrer la concurrence et en s'attaquant aux rentes indues et aux avantages acquis, aux professions protégées, comme les notaires et les pharmaciens ou encore au racket...des plombiers hexagonaux. Au cours de débat, dans une harmonie touchante avec leurs homologues de la droite française, M. Hamon et ses amis avaient choisi les rentiers contre les consommateurs, les intérêts particuliers contre l'intérêt général, les corporatismes contre l'innovation et l'initiative.
Cette confusion intellectuelle et politique n'est guère surprenante : Benoît Hamon n'a pas la moindre idée de ce qu'est le libéralisme, partageant cette ignorance avec les neuf dixièmes (soyons optimiste !) des habitants de ce pays. En proposant, avec l'action de groupe, une réforme libérale, il se trouve comme M. Jourdain qui faisait de la prose sans le savoir.

Publié initialement sur Orange.fr, le 2 mai 2013

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viol, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes
Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik
Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement