Philippe Riès
Journalist
Journaliste à Mediapart

146 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 août 2013

Le taxi parisien, parangon de la «francitude»

La scène se répète plusieurs fois par jour, 365 jours par an : un Eurostar venant de Londres débarque sur les quais de la gare du Nord des centaines de passagers internationaux et une longue file d'attente se forme sous le méchant abri servant de refuge aux clients des taxis parisiens.

Philippe Riès
Journalist
Journaliste à Mediapart

La scène se répète plusieurs fois par jour, 365 jours par an : un Eurostar venant de Londres débarque sur les quais de la gare du Nord des centaines de passagers internationaux et une longue file d'attente se forme sous le méchant abri servant de refuge aux clients des taxis parisiens.

Attente interminable car les véhicules disparates, à la propreté généralement douteuse, aux chauffeurs trop souvent rébarbatifs et capricieux, vont arriver au compte goutte. Adieu la grande vitesse. Bienvenue dans la «ville Lumières», capitale du corporatisme malthusien, de la rente souveraine, de la haine de la concurrence et de l'Etat «régulateur».

A défaut de servir les clients, le lobby des taxis parisiens avait déjà fait la preuve de sa créativité en inventant, au pays où la «gréviculture» est inscrite dans les gènes, la grève contre...le rapport d'une commission. C'était lorsque la commission Attali avait eu l'audace inconsidérée, au début du précédent quinquennat, de suggérer un assouplissement du numérus clausus qui limite à 17.000, depuis des lustres, le nombre des taxis autorisés à circuler dans la capitale. Par comparaison, Londres compte 22.000 de ses célèbres taxis noirs mais aussi 44.000 «minicabs». Inutile de dire que le courageux Nicolas Sarkozy avait battu en retraite avant même que la bataille ne commence.
Le même lobby est aujourd'hui parti en guerre contre une nouvelle forme de concurrence, celle des voitures de tourisme avec chauffeur ou VTC. La capitale française en compte actuellement quelque 2000, bien au delà des «voitures de place», ces grosses limousines de marque allemande (désormais souvent immatriculées outre Rhin) qui servent encore une clientèle étrangère privilégiée. Avec le secours des nouvelles technologies, téléphones intelligents et applications internet, les innovantes sociétés de VTC offrent aujourd'hui une réelle alternative à l'évanescent taxi traditionnel.
Dans un combat évoquant la levée en masse de la franchouillardise contre la menace du «plombier polonais» déferlant dans les fourgons de la directive Bolkestein, la «profession» ne l'a pas entendu ainsi. Elle exige des pouvoirs publics que soit imposé aux VTC un délai de 15 minutes entre la réservation de la course par le client et sa prise en charge effective. Mesurons l'imbécillité profonde de cette disposition, dont on se demande au demeurant comment le respect serait contrôlé (et par qui ?). Il suffirait au voyageur de l'Eurostar de passer sa réservation 10 minutes avant l'arrivée du train pour trouver son véhicule au sortir de la gare. Et qu'est-ce que 15 minutes par rapport à la demi-heure, au bas mot, qu'il lui faudrait pour trouver un taxi ? On pourrait multiplier les exemples.

Aux dernières nouvelles, avec l'esprit de décision qui le caractérise, le gouvernement Hollande-Ayrault hésiterait encore sur la marche à suivre. Gageons qu'une petite grève des taxis parisiens lui indiquera le «bon chemin».
Il est vrai que l'actionnaire majoritaire du Groupe G7, principale compagnie parisienne (7.500 véhicules détenus ou affiliés), n'est autre qu'André Rousselet, qui en connaît un rayon en matière de monopole privé garanti par la puissance publique. Il avait obtenu de son ami François Mitterrand le privilège de créer, à l'abri de la concurrence, une télévision hertzienne à péage, Canal Plus. Surprise, surprise, le PDG de G7 est aujourd'hui un certain Rousselet Nicolas, fils du précédent. Corporatisme et népotisme sont deux mamelles de la même truie.
Il y a fort à craindre que les intérêts de Rousselet père et fils pèsent plus lourd auprès du pouvoir actuel (le jeune Hollande a fait ses classes à l'Elysée quand André y fut le premier directeur de cabinet de «Tonton») que les arguments de bon sens des acteurs du VTC : créer des emplois par milliers, améliorer considérablement le service au client, mettre enfin Paris au niveau de prestation des autres grands centres touristiques mondiaux, aider à la décongestion du trafic parisien en décourageant l'usage de la voiture individuelle. Avec plus d'efficacité (ce ne sera pas difficile) que les prétendues mesures «anti-bagnole» du bobo-démago Bertrand Delanoë. Et en adressant accessoirement un message clair à toutes ces professions «protégées», des notaires aux greffiers des tribunaux de commerce en passant par les huissiers de justice, dont les rentes se nourrissent grassement des privilèges octroyés par l'Etat. Il n'est pas interdit de rêver.

Publié initialement sur Orange.fr, le 22 août 2013 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange
Journal
Élisabeth Borne, une négociatrice compétente et raide au service du président
Ces deux dernières années, celle qui vient de devenir première ministre était affectée au ministère du travail. Tous les responsables syndicaux reconnaissent sa capacité de travail et sa propension à les recevoir, mais ont aussi constaté l’infime marge de manœuvre qu’elle leur accordait.
par Dan Israel

La sélection du Club

Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet
Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena
Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon