Philippe Riès
Journalist
Journaliste à Mediapart

146 Billets

0 Édition

Billet de blog 31 juil. 2013

Pourquoi Hollande mérite le prix Nobel d'économie

Le prix de la formule de l'année devrait revenir à cet intervenant sur BFM Business qui estimait récemment que François Hollande mériterait le prix Nobel d'économie pour avoir démontré la validité pratique de la courbe de Laffer. Comme chacun devrait savoir, cette création contestée de l'économiste américain libéral Arthur Laffer, chantre de l'économie de l'offre, est un habillage scientifique de l'adage populaire «Trop d'impôt tue l'impôt».

Philippe Riès
Journalist
Journaliste à Mediapart

Le prix de la formule de l'année devrait revenir à cet intervenant sur BFM Business qui estimait récemment que François Hollande mériterait le prix Nobel d'économie pour avoir démontré la validité pratique de la courbe de Laffer. Comme chacun devrait savoir, cette création contestée de l'économiste américain libéral Arthur Laffer, chantre de l'économie de l'offre, est un habillage scientifique de l'adage populaire «Trop d'impôt tue l'impôt».


Mesure fiscale après mesure fiscale, l'opérateur politique corrézien qui croit présider aux destinées de la France s'applique à donner raison à Laffer. En dépit d'une hausse nominale de plus de trente milliards d'euro des prélèvements liés aux «grands impôts» directs (IR, IS, ISF), en attendant la TVA l'an prochain, les recettes fiscales du pays s'effondrent. Le manque à gagner est évalué au bas mot à dix milliards d'euros pour 2013. C'est le résultat, vous dira-t-on, d'une conjoncture plus déprimée que prévue dans les attentes initiales fantaisistes du gouvernement.

Mais cette conjoncture n'est-elle pas elle même le résultat de l'aventurisme fiscal des princes qui nous gouvernent ? Auquel cas François Hollande mériterait le «Prix de la Banque royale de Suède en sciences économiques en mémoire d'Alfred Nobel» (c'est le vrai nom de la breloque) à un deuxième titre, pour avoir également valider les «équivalences ricardiennes». Mécanisme qui veut que les agents économiques, anticipant les hausses d'impôt qu'imposera inévitablement la gestion irresponsable des finances publiques, restreignent la consommation et l'investissement au profit de l'épargne de précaution.
Autre exemple : la modification défavorable du forfait fiscal sur les emplois à domicile a eu un effet immédiat exactement contraire à celui attendu par les Diafoirus de Bercy. Les ménages des classes moyennes ciblés ont réduit le nombre d'heures travaillées par leurs employés ou payent désormais sous la table une partie de la rémunération auparavant intégralement déclarée. Qui est le perdant ?
Mais comme il n'est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre, la Hollandie vient d'en remettre une couche avec les droits de mutation sur les biens immobiliers.
Fidèles au Sapeur Camembert, manifestement le véritable inspirateur de leur «stratégie» fiscale, les gouvernants «socialistes» prévoient (dans le budget 2014) d'autoriser les départements à augmenter de 3,8 à 4,5% le taux maximum du prélèvement qui leur revient à chaque fois qu'un ménage ou une entreprise acquiert un bien immobilier. Il s'agit, cyniquement, de compenser à peu près le milliard et demi d'euros dont l'Etat central veut priver les collectivités territoriales dans le cadre de son propre «programme d'économies». Un effort de rigueur «sans précédent», clame la propagande gouvernementale. Qu'on en juge : 1,5 milliard de réduction (annoncée) en 2014 sur une enveloppe de...400 milliards. On est tenu d'applaudir !
Passons sur le mépris à l'égard du «peuple le plus intelligent de la terre» dont témoignent ces acrobaties comptables. On vous prendrait pour des imbéciles qu'on ne pourrait pas mieux vous le faire savoir. Passons aussi sur le fait que le département, élément le plus discutable du mille feuille administratif français unique en Europe, est un échelon dont la suppression est à la fois urgente...et impossible. Parti d'élus sans militants, le PS français ne va pas heurter sa «base» résiduelle à la veille d'années électorales successives (municipales, européennes, régionales). Pas question de rationner les clientèles qui s'abreuvent aux mamelles du mammouth. Passons encore sur le fait que ces «droits de mutation», dénomination destinée à masquer que les neuf dixièmes sont des prélèvements fiscaux, figurent déjà parmi les plus élevés en Europe (plus de 5%) et constituent un obstacle bien identifié à la fluidité du marché immobilier et à la mobilité de la main d'oeuvre.
Surtout, la hausse des droits de mutation, payés intégralement par l'acheteur, est une mesure antisociale qui va frapper avant tout les jeunes primo accédants. Pour lesquels une surcharge de 1.400 euros sur un achat de 200.000 euros, c'est plus que l'épaisseur du trait. Ne serait-ce que parce que le crédit bancaire ne finance pas cette dépense. Qu'est-ce que serait si «moi Président» n'avait pas mis la jeunesse au coeur de ses engagements électoraux ?
Il paraît que chez les socialistes français, François Hollande était le spécialiste reconnu de la fiscalité. Quel dommage que sa marotte n'ait pas été plutôt, au hasard, la sécurité ferroviaire ou la culture du tournesol.

Publié initialement sur Orange.fr, le 25 juillet 2013

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Entreprises
Un scandale financier luxembourgeois menace Orpea
Mediapart et Investigate Europe révèlent l’existence d’une structure parallèle à Orpea, basée au Luxembourg, qui a accumulé 92 millions d’actifs et mené des opérations financières douteuses. Le géant français des Ehpad a porté plainte pour « abus de biens sociaux ».
par Yann Philippin, Leïla Miñano, Maxence Peigné et Lorenzo Buzzoni (Investigate Europe)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal — France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)

La sélection du Club

Billet de blog
L'UE a dépensé plus de 340 millions d’I.A. pour le contrôle des frontières
Comme l'écrit Statewatch depuis 2007 l'UE a dépensé plus de 340 millions pour la recherche sur les technologies de l’Intelligence Artificielle (I.A.) destinée au contrôle des frontières, des demandeurs d’asile, de l’immigration, alors que la proposition de loi en la matière actuellement en discussion ne fournit pas les sauvegardes contre les emplois dommageables de ces technologies.
par salvatore palidda
Billet de blog
Migrations environnementales #1 : la sécheresse dans la Corne de l’Afrique
Le manque d’eau pourrait, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), concerner 40 % de la population mondiale avant 2050 et pousser à la migration jusqu’à 700 millions de personnes. Dans la Corne de l'Afrique, le réchauffement climatique entraîne déjà des déplacements de population.
par BPI - Migrants, réfugiés, exilés
Billet de blog
La Méditerranée pour tombeau, pièce journalistique n°1
Changer la compréhension du monde par le partage d’enquêtes sur le terrain. À La Commune CDN d'Aubervilliers, la pièce d'actualité n°17 est aussi la pièce journalistique n°1. Etienne Huver et Jean-Baptiste Renaud ont enquêté sur la route migratoire la plus dangereuse du monde. À l’heure de la solidarité ukrainienne, la Méditerranée n’en finit pas de tuer et nous regardons ailleurs.
par guillaume lasserre
Billet de blog
« Grand remplacement » : un fantasme raciste qui vient de loin
La peur d’un « grand remplacement » des « Blancs chrétiens » est très ancienne en France. Elle a connu une véritable explosion à l’ère coloniale, face à la présence, pourtant quantitavement faible, des travailleurs africains en métropole. Alain Ruscio montre ici que ce fantasme raciste fut un filon politique et un calcul abondamment exploités du XIXe siècle à nos jours.
par Histoire coloniale et postcoloniale