Philippe Wannesson
Blogueur et militant
Abonné·e de Mediapart

259 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 déc. 2017

Quand l'Europe sera devenue indésirable

L'Europe n'est ni le centre du monde ni le pôle d'attraction de tous les mouvements migratoires. Elle tend à l'être de moins en moins, et que se passera-t-il lorsqu'à force de politiques migratoires répulsives elle aura réussi à se rendre indésirable au reste du monde ?

Philippe Wannesson
Blogueur et militant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Deux anecdotes tirées du passé calaisien.

Un exilé soudanais. Nous sommes en 2014, il est là depuis des mois, la demande d'asile qu'il s'est résignée à faire s'étire en longueur, il habite une cabane de 2 m2 dans la cour d'un squat. Il raconte qu'il est arrivé en 2001 en Libye. Il y est resté dix ans, il avait du travail, il ne pensait pas à aller en Europe. Puis en 2011 il y a eu la guerre, il a dû s'enfuir. Il s'est retrouvé au camp de réfugiés du Choucha, dans le désert tunisien, près de la frontière libyenne. Il a été reconnu comme réfugié par le HCR, mais il n'a pu bénéficier d'aucun programme de réinstallation dans un autre pays. Il repart en Libye, passe en Italie, remonte vers l'Angleterre, et se trouve bloqué à Calais. Après quatre ans faits d'errance et d'attente, il conclut : "Je n'aurait pas dû venir en Europe, j'aurais dû aller au Qatar, là au moins j'aurais du travail."

Un groupe vient des États-Unis prendre contact avec la réalité calaisienne dans le cadre d'un travail pour l'ONU. Nous sommes en 2016 dans ce qui est devenu le plus grand bidonville de France. Dans ce groupe, un jeune Pakistanais. Apprenant que des exilés pakistanais se trouvent dans le bidonville, il marque son étonnement de les voir en Europe dans de telles conditions : "Mais pourquoi ils viennent en Europe, il y a tellement d'opportunités en Inde !"

L'image d'une Europe centre du monde et pôle d'attraction des mouvements migratoires se craquelle. Il reste à vrai dire à la fois une part de mirage et une part de réalité, une prospérité dans laquelle les inégalités augmentent, un système social qui est démoli pièce à pièce, des libertés démocratiques qui sont rognées ici par des lois sécuritaires et là par un régime autoritaire. Mais que restera-t-il dans vingt ans, trente ans, quarante ans d'une Europe à la population vieillissante, qui aurait continué à détourner d'elle une large part des mouvements migratoires, et qui aurait persévéré à se rendre odieuse à la plus grande part de l'humanité ? Quel sera le devenir de cette Europe qui se sera rendue indésirable au reste du monde ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal
Le logement menacé par la financiarisation
Un rapport commandé par le groupe écologiste au Parlement européen et publié jeudi dresse un tableau inquiétant de la financiarisation du logement sur le Vieux Continent. Avec, souvent, l’appui des pouvoirs publics.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette